Nantes. Les intermittents du spectacle se rassemblent place Graslin

A LA UNE

28/02/2014 – 14H00 Nantes (Breizh-info.com) –Une fois de plus, les intermittents du spectacle sont dans la rue. Comédiens, électriciens, metteurs en scène, chorégraphes, machinistes, musiciens… ils sont 100.000 sur les 450.000 employés du secteur du spectacle vivant à bénéficier d’un régime spécifique d’indemnisation. Et alors que le gouvernement, gagné aux arguments du Medef – trop cher –  veut le réformer en abrogeant les annexes 8 et 10 de la convention Unedic, ils sont vent debout.

Le MEDEF fait de la fin du régime des intermittents un préalable à toute négociation avec l’Etat. Enfin, faisait, puisqu’après la mobilisation du 27 février – 10 à 15.000 personnes dans 22 villes, dont 5.000 à Paris – il a commencé à lâcher du lest. A Nantes, 200 personnes environ étaient rassemblées devant le théâtre Graslin. La veille, des rassemblements avaient déjà eu lieu à Angers et Limoges.

Le MEDEF accuse le régime des intermittents de coûter 1 milliard par an. L’UNEDIC ne reconnaît, elle, qu’un coût de 300 millions. Le secteur du spectacle vivant fait partie du secteur de la Culture, qui contribue  à hauteur de 57.8 milliards d’€ au PIB, sept fois la valeur ajoutée de l’industrie automobile. Un sujet très sensible donc – un de plus ! – pour l’actuel gouvernement. D’autant plus que dans l’opinion générale, les intermittents sont souvent vus comme des nantis et des fainéants, une vision très éloignée de la réalité de leur métier et de l’extrême précarité de leurs situations quotidiennes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

1 COMMENTAIRE

  1. A leurs places je me la coincerais un peu! Il y a une crise et ils peuvent aussi la partager avec générosité!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés