Rennes. Le comité d’éthique de la vidéosurveillance fait rigoler Le Canard

A LA UNE

Kouachi, l’assaut final : un membre du GIGN raconte l’attaque contre Charlie Hebdo et la traque des deux islamistes [Interview]

Les éditions Ring viennent d'éditer un livre qui devrait faire l'effet du petite bombe : Kouachi : L'assaut final...

Covid-19 en Hongrie. György Gődény (Parti de la vie normale) : « Les virus ont existé, existent et continueront à exister, l’humanité a toujours...

György Gődény est un personnage atypique par bien des aspects en Hongrie. Ce pharmacien de Nyíregyháza, une ville de...

Thaïs d’Escufon (Génération Identitaire) : « Nous appelons les Français à se révolter contre l’immigration massive qui menace notre peuple et notre identité »...

Après les Alpes, Génération Identitaire a remis le couvert, cette fois ci dans les Pyrénées, pour défendre symboliquement la...

Nantes. Après la marche blanche pour le jeune tué aux Dervallières, des riverains dénoncent « une fumisterie »

Ils ne décolèrent pas – après la marche blanche des proches du jeune Abdelghani , 15 ans, tué le 11...

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

04/04/2014 – 08H00 Rennes (Breizh-info.com) –  Dan son numéro daté du 2 avril, Le Canard enchaîné évoque le « comité d’éthique de la vidéo-protection » mis en place en janvier 2010 à Rennes. Pour constater sa parfaite inutilité. Des bonnes intentions à la réalité, la vertu a ses limites.

La capitale bretonne compte 28 caméras de vidéosurveillance, sans parler  bien sûr du millier installées dans les transports publics. Dès sa mise en service, la municipalité socialiste a donc mis en place « un comité d’éthique de la vidéo-protection » chargé de faire respecter une « charte » assurant aux citoyens que leur liberté n’est en rien menacée.

Selon le célèbre bipède, le comité en question est composé d’une vingtaine de membres, parmi lesquels des adjoints au maire, des élus de quartier, le patron de la police locale, le procureur, le bâtonnier, la Ligue des droits de l’homme etc.

Quelle a été l’activité de ce fameux comité ? Manifestement celle-ci s’apparente fort à un encéphalogramme plat. La mairie PS s’était bien engagée à « la transparence la plus totale » mais, constate Le Canard, quatre ans après on ne trouve rien sur son site Internet. Pas la moindre trace d’activité. Selon un avocat qui a fait partie du fameux comité, il s’agit en réalité d’un « lieu de bavardage » qui ne sert à rien. Il l’a d’ailleurs quitté sans regrets. Même la vénérable Ligue des droits de l’homme s’est mise aux abonnés absents, estimant qu’elle servait de caution à la généralisation de la vidéosurveillance.

A défaut d’éthique, celle-ci sert-elle au moins à sécuriser la ville ? Apparemment non  et, en tous les cas, pas à repérer les casseurs d’extrême-gauche qui agissent à Rennes en toute impunité depuis des années. L’œil des caméras serait-il sélectif ? On pourrait le penser. Une question à soumettre au comité d’éthique, que Le Canard, on se demande bien pourquoi, n’évoque pas…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Le professeur Lejeune déclaré « vénérable »

Retrouvez désormais chaque jour sur Breizh-info l'éditorial du jour du quotidien Présent (pour vous abonner ou commander un numéro...

Emmanuelle Ménard défend l’instruction en famille

Ci dessous un extrait de l'intervention de Mme Emmanuelle Ménard, député de l'Hérault, ce vendredi matin en Commission spéciale...