gourhel

04/04/2014 – 08H00 Gourhel (Breizh-info.com) –  Petite commune de 606 habitants située  dans le Morbihan, Gourhel était menacée d’être rattachée à la commune voisine de Ploërmel après l’annonce par le maire sortant qu’il ne se représenterait pas à l’élection municipale du mois de mars. Pour parer à cette éventualité deux listes étaient en lice  sur la commune, la première menée par Meyriem Ben Salah et la seconde par Jean-Paul Le Garrec. Au soir du premier tour, alors que 15 sièges d’élus municipaux étaient à pourvoir, c’est la liste de Meyriem Ben Salah qui l’a emporté en obtenant 11 sièges, contre 4 pour Jean-Paul Le Garrec.

Jusque là, pas de quoi faire un article à sensation. Mais l’élimination de Meyriem Ben Salah, pourtant tête de liste, qui a obtenu le plus faible taux de voix des deux listes  – panachage oblige dans les communes de – de 1000 habitants – a provoqué l’interrogation d’un journaliste de l’hebdomadaire Les  Infos du Pays de Ploërmel,  qui n’a pas hésité à titrer en Une : « Un vote teinté de racisme ».

Ce vote a-t-il été inspiré par le racisme, comme semble le penser ce journaliste  ?  Selon la définition la plus courante, le racisme est « un système de pensée, une idéologie, tendant à classifier les personnes à partir du concept de race, catégorie humaine considérée comme immuable, innée et héréditaire. En raison de son caractère statique, la race d’une personne déterminerait inévitablement son accomplissement culturel et individuel au sein du groupe » (Wikipedia). Or il se trouve que Meyriem Ben Salah est blanche, blonde et se fond donc totalement dans le paysage local. Sauf  à parler de racisme anti-blanc, ce qui serait pour le moins paradoxal dans le cas présent, le choix des électeurs ne s’est évidemment pas déterminé par rapport à la « race » de la candidate.

A Gourhel, les habitants ont assez peu apprécié cet article « à sensation ». « Qui est ce journaliste pour nous traiter ainsi ? » s’exclame Jean-Pierre, un électeur enraciné dans la commune depuis des décennies. Les villageois  mettent en avant un choix démocratique qui n a pas à se justifier ni à se contester. Certains évoquent le fait que  Meyriem Ben Salah est arrivée récemment dans la commune et qu’ils la connaissent mal. Le fait que Mme Ben Salah soit une fille de convertie à la religion musulmane a bien entendu pu aussi jouer en sa défaveur, dans un coin où la culture et la tradition catholique sont encore très présentes. De là à accuser les électeurs d’être des délinquants – le racisme est un délit – il fallait oser.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

4 Commentaires

  1. bonjour
    nous avons partout en France la resultante d’un forcing de 40 ans orchestre par les politiques a vouloir obliger les Francais a vivre une promiscuite culturel quíls ne veulent pas, de quel droit des politiques s’arrogent ils le droit
    de nous forcer a vivre avec des populations que nous ne voulons pas voir partager notre vie.
    nous vivons en ce moment le rejet de ce dictat et des mensonges qui l’accompagne, comment peut on croire
    au discour de ( chance pour la France ) alors qu’il sagit d’un desastre et d’un suicide civilisationel collectif.
    il sagit la d’une incurie politique qui se paiera cher malheureusement.

    John

    • tien encore un qui a pas suivie l’évolution humaine ,je suis sur que tu n’est meme pas français de souche comme moi et c’est sur que tu habite dans un tout petit village…

  2. Il y a quelques mois la question de l’intégration de Gourhel dans la commune de Ploërmel se profilait effectivement. Le maire en place ne se représentait pas pour cause d’incompatibilité réglementaire entre la fonction municipale et son métier, car il travaille pour le Conseil Général. Et donc pendant plusieurs semaines, personne ne s’était déclaré pour se présenter aux élections municipales.
    Courant janvier, si je ne me trompe, Meyriem Ben Salah, nouvellement installée à Gourhel, décide courageusement de se présenter, pour que sa commune ne soit pas rattachée à terme à Ploërmel, faute d’équipe municipale. D’abord seule, elle a été rejointe par d’autres personnes. Et finalement une 2e liste s’est montée.
    On peut donc dire que c’est grâce au sursaut impulsé par Mme Ben Salah que les citoyennes et les citoyens de Gourhel ont pu exprimer leur choix. La démocratie a fonctionné, heureusement.
    La liste de Mme Salah a remporté la majorité, tant mieux pour eux, mais elle-même n’a pas été élue: on pourrait dire que les habitants ne sont pas très reconnaissants, mais c’est le « jeu », les urnes ont donné leur verdict.
    Par contre il semble qu’il y ait eu des commentaires, à l’oral et même sur les bulletins, que l’on peut qualifier de racistes. Le journaliste y est allé fort en traitant les Gourhelois de racistes: ce n’est sans doute le cas que de quelques uns. Cependant de tels commentaires ne sont pas admissibles.
    Et quand on voit le commentaire précédent concernant cet article, commentaire dû à un certain Thorpe, on se dit que le rejet des autres à cause de leurs différences a malheureusement encore de beau jour devant lui…
    JV

  3. A mon avis, il faudrait que la LICRA, le MRAP et la LDH délèguent plusieurs policiers chargés d’accompagner les votants dans l’isoloir. Là, ils pourraient démocratiquement et sans faire pression aucune vérifier que les électeurs ne rayent aucun nom sur les listes et, s’ils le font, les interroger sur leurs motivations ou leur état de santé.
    Au cas où certains délinquants en puissance persisteraient à rayer des noms et à faire des commentaires « à l’oral ou même sur les bulletins », ils pourraient rédiger un procès verbal qui servirait de pièce à conviction pour un procès ultérieur. On éviterait ainsi les dérapages inadmissibles que dénonce avec raison ce journaliste et le charmant Jules Vallès ci-dessus

Comments are closed.