14/05/2014 – 09H00 Nantes (Breizh-info.com) – Certains ont cru à un canular. Mais non, c’est semble-t-il très sérieux. A l’initiative d’un « Comité de la jupette » (!), les élèves du prestigieux lycée Clemenceau, à Nantes, sont invités à se rendre vendredi dans leur établissement revêtus d’une jupe et, mieux encore, avec du rouge aux lèvres. L’invitation vaut bien sûr pour les filles mais aussi pour les garçons… égalité oblige.

Organisée à l’initiative de la « commission Anti-Discrimination/Citoyenneté » du Conseil Académique à la Vie Lycéenne, un organisme tout à fait officiel du ministère de l’Education nationale chargé de  « formuler des avis sur les questions relatives à la vie scolaire et au travail scolaire des lycéens», cette journée de réflexion, intitulée « ce que soulève la jupe » (sic) entend faire réfléchir sur « les différences entre les filles/garçons (?), sur le sexisme au sein du lycée et sur toutes formes de discriminations ».

jupette

« Sous prétexte de lutter contre le sexisme, on utilise nos enfants comme cobayes d’une initiative politique, idéologique, encore une fois diligentée par une minorité lgbt agissante et politicienne militante», déclare le collectif  La Manif pour Tous qui appelle à une manifestation « bruyante avec sifflets, drapeaux, banderoles, affiches, déguisés en garçon pour les garçons, et filles pour les filles » jeudi à 13 heures devant les grilles du lycée.

La LMPT précise que cette action « marque le début d’une vaste action locale et nationale que nous allons lancer dans les prochains jours pour le retrait des ‘ABCD de l’égalité’. Sous couvert d’égalité, on nous impose l’idéologie du genre. Nous n’en voulons pas, ni à Clémenceau, ni ailleurs! »

Photo : Adam Bishop/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

4 Commentaires

  1. A l’origine, la journée de la jupe a été imaginée pour protester contre l’oppression des femmes dans nos chers quartiers « sensibles » (cf. le courageux téléfilm de 2009 étonnamment diffusé sur Arte).
    En faire un « mélange des genres » quelques jours après le très politique choix de l’Eurovision – Carmen Knack – semble aux antipodes du message initial, certainement moins audiblemement correct.

    • non, ils ont raison
      ainsi, on voit qui fait quoi, où va l’argent de l’état, les actions utiles qu’il finance. Et le travail fondamental de l’éducation qui n’est plus nationale, mais citoyenne, comme en 1789 ?
      Le citoyen sera, j’espère, mieux éclairé dans son choix d’un député au parlement européen.

  2. Le féminisme n ‘ a plus comme objectif l’égalité des droits et le respect de ceux ci, mais la féminisation des hommes.
    Avec la théorie du genre c’ est l’éradication de l’identité masculine qui est en jeu.

Comments are closed.