02/06/2014 ‑ 14H00 Nantes (Breizh-info.com) ‑ Le redécoupage régional façon Hollande va marier la Bretagne et les Pays de la Loire : à en croire Le Journal du dimanche d’hier, la décision serait acquise et son annonce imminente.

« Le pouvoir français a toujours eu peur de la Bretagne, a fortiori un pouvoir faible comme celui de François Hollande », assure un politologue breton. « Associer la Bretagne à des départements traditionnellement dociles comme la Mayenne ou le Maine-et-Loire peut apparaître comme un moyen de la tempérer. D’autre part, il faut compter avec la paresse administrative : il est bien plus facile de réunir deux régions en bloc que de pratiquer un redécoupage. Tout le monde savait que le rétablissement de la Bretagne dans ses limites humaines et historiques était pratiquement exclu dans les conditions actuelles. »

Mais si « tout le monde savait », pourquoi tant de responsables bretons se sont-ils prononcés pour la réunification depuis que le président de la République a annoncé une réduction du nombre de régions ? N’était-ce pas courir à un échec assuré ?

Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire, menait de son côté une campagne active, voire brouillonne, en faveur d’un mariage avec n’importe quelle région, PACA ou Nord-Pas-de-Calais s’il le faut, pourvu que les cinq départements de sa région administrative actuelle restent ensemble. Il sortirait donc vainqueur du débat ?

Pas si sûr ! Car si Auxiette a gain de cause tandis que la demande des Bretons est rejetée, il regionbretagnepluspdlfaudra bien accorder une compensation aux seconds. Il est probable que cette contrepartie sera le maintien de Rennes comme capitale de la nouvelle région. Un maintien qui n’était pas du tout acquis dans le cadre d’une Bretagne à cinq départements. La position de Rennes par rapport au futur ensemble est d’ailleurs plus centrale que celle de Nantes. Et surtout, comme dit notre politologue, « il faut compter avec la paresse administrative » : le trajet Paris-Rennes en TGV est bien plus rapide que le trajet Paris-Nantes !

« Auxiette est un spécialiste des tartarinades intempestives », grogne un Nantais à cette perspective. « Déjà, ses positions ridicules avaient fragilisé le dossier de Notre-Dame-des-Landes. Qu’il nous fasse perdre la région maintenant, et cet homme aura vraiment tout raté. »

[box type= »info » ]Dernière minute : d’après une information parue cet après-midi dans « Ouest France », la Bretagne resterait dans ses frontières actuelles tandis que les régions Pays de la Loire et Poitou-Charentes fusionneraient. Une telle solution sent fortement la fuite en avant politicienne. Si fortement qu’on a quand même peine à y croire : le gouvernement socialiste serait-il à ce point désespéré ?[/box]

 Crédit photo  : [cc] Mission Val de Loire via Flickr [cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

5 Commentaires

  1. Et puis, Nantes est la ville de Jean-Marc Ayrault. Hollande et Valls voudront peut-être lui faire boire le calice jusqu’à la lie.

  2. j’étais pour une Bretagne à 5 départements. Je suis maintenant pour une Bretagne à 9 départements. Un invité de Yves Calvi dans l’émission C dans l’air a eu des arguments qui m’ont convaincu. En gros, il voyait la région des Pays de la Loire comme une extension naturelle et inévitable de la Bretagne. Et ce pour des raisons géographiques, économiques, techniques et culturelles. Les populations des Pays de le Loire ne sont pas très différentes de celles de la Haute Bretagne. La seule difficulté qu’il voyait était le nom de cette région. Il proposait « Grande Bretagne  » ou « Nouvelle Bretagne ». Il voulait que le nom de Bretagne figure, seul ou accompagné d’un autre, par exemple  » Armorique ».

Comments are closed.