Réforme territoriale : la Bretagne ne sera pas réunie – réactions

03/06/2014 ‑ 07H00 Nantes (Breizh-info.com) ‑ Après une première annonce faite hier après midi par Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire, d’une fusion Pays de la Loire – Poitou Charentes, c’est finalement vers 21 heure que François Hollande a communiqué à la presse la carte des futures régions. Dans cette dernière version,  la région Bretagne reste à quatre départements et les frontières de la région des Pays de la Loire demeurent inchangées. Un statu quo qui devrait donner satisfaction à l’oligarchie socialiste locale.

Dans une tribune adressée à la presse régionale, François Hollande a tenu à préciser les raisons de cette réforme territoriale. Selon lui, les régions actuelles « sont à l’étroit dans des espaces qui sont hérités de découpages administratifs remontant au milieu des années  soixante. » Le président de la République a donc jugé que la Bretagne n’était pas à l’étroit avec ses quatre départements, pas plus que la région des Pays de la Loire avec  ses cinq. Les découpages administratifs issus du siècle dernier, dénués de toute cohérence historique, économique et culturelle, vont demeurer pour ces deux régions. La ligne Ayrault-Auxiette l’emporte sur toute la ligne.

« Une véritable déclaration de guerre » s’insurgent déjà les militants qui oeuvrent depuis des années en faveur de la réunification bretonne. « C’est de la pure magouille clientéliste » s’écrie Jacques, militant du collectif Bretagne Réunie. « Ils vont maintenir les départements et leurs barons, et en même temps empêcher toute possibilité de réunification bretonne. Les élus bretons ont trahi car incapables de peser sur la volonté du président de la République. Maintenant, attention à la colère bretonne ! » 

Le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas (PS)  – qui avait pourtant clamé haut et fort sa volonté d’une Bretagne forte avec plus d’autonomie – s’est empressé d’ouvrir son parachute : il se prononce maintenant pour le maintien d’une Bretagne à quatre départements, de facto contre toute réunification. Pour sa part Paul Molac, député (UDB) du Morbihan – qui avait récemment voté sa confiance à Manuel Valls et à son gouvernement – ne désespère pas, mais ses paroles sont teintées de fatalisme : « une Bretagne réunie demeure plus que jamais notre ambition, à nous de nous mobiliser jusqu’au bout » dit-il dans un communiqué.

Marc le Fur et Christian Troadec, qui s’affirment désormais comme les leaders potentiels de la seule vraie opposition au Parti socialiste en Bretagne, ne mâchent pas leur colère :  « Au fond, le Président de la République, parce qu’il ne connaît pas l’histoire et les traditions de son pays, ne fait que diviser ses compatriotes. Les Bretons, qui ont voté pour lui à 56.35% sauront en garder la mémoire. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, ils savent qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes », déclare le député de Loudéac.

Nul doute que la faiblesse du vote régionaliste en Haute-Bretagne alliée à la force du Parti socialiste dans les métropoles rennaises et nantaises auront pesé lourd dans  la décision du Président de la République. Et ce n’est pas la mobilisation récente en faveur de la réunification qui aurait pu le faire changer d’avis : il y avait en effet beaucoup moins de monde à Nantes le 19 avril dernier que lors des rassemblements de Bonnets rouges dans le Finistère.

Il n’y aura donc pas de réunification. Pour l’instant. La suppression des conseils généraux est renvoyée quant à elle à l’horizon 2020. Les oligarques socialistes bretons vont pouvoir respirer. Provisoirement.

 Crédit photo  : [DR
Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

9 réponses

  1. Pourquoi tant de manipulations et tergiversations ?
    Que veut on nous faire croire ?
    Il s’agirait maintenant d’un test ? Pourquoi devoir attendre des aménagements ?
    On y voit plus clairement les choses.
    Le maintien de la validité du décret de Pétain … surtout dans ces temps de commémoration du 6 juin …
    Comme quoi il n’y a pas eu de l’oppression que pour les Juifs….
    Il est vrai que dans ses proches collaborateurs, Pétain comptait un certain François Mitterrand … vous savez, …celui qui a formé un autre François HOLLANDE et son ex-femme, dame justement du Poitou-Charentes … et d’autres, Messieurs Ayrault et Auxiette …
    La boucle est bouclée …
    —- Certes un petit nombre de nantais manipulés au fur et à mesure des années depuis l’occupation allemande et le décret de Pétain, se disent non bretons mais … Il va donc falloir expliquer aux bretons du Croisic, de la Turballe, du Pays de RETZ etc etc et aux viticulteurs du dpt 44 qui estampillent leurs MUSCADET et autres vins: Produits en Bretagne qu’ils sont dans l’illégalité, usant de faux et usage, idem pour des agriculteurs etc etc et aussi faire fermer les magasins de souvenirs bretons, de culturel breton du 44 puisqu’il n’en est plus et que ça n’a donc plus lieu d’être appelé ainsi mais autrement.
    … et ça va relancer l’économie locale ou nationale … ???
    Pas la peine d’être grassement payé et d’avoir fait de hautes études !!!
    Mais ça n’engraisse que quelques très riches, amis d’Auxiette, Ayrault, Ségolène et consors , c’est tout !
    Il y a eu les juifs, maintenant, le peuple breton, c’est tout !

  2. Juste très très déçu, comme d’hab venant d’Hollande. Concernant Auxiette, no comment…

    Un Nantais, 44=BZH

  3. Mais qu’est ce qu’on a fait à la France, pour que l’on nous traite comme ça ?
    Il y a 2 siècles a la Révolution le club des bretons avait une longueur d’avance sur l’idée de république, mais les jacobins ont pris le dessus, résultat les chouans ce sont mis à crier « Doué ha men bro » (Dieu et mon pays). En 1870 lorsque la république est en danger, que les prussiens sont aux portes de Paris. Gambetta compte sur l’armée de Bretagne (80 000 hommes) mais il a peur d’armer une troupe de marins d’ouvriers et de paysans qui pourrait entrer en chouannerie. Alors il les laisse « crever » à Conlie. En 14-18 ; 150 000 bretons seront partis la fleur au fusil pour montrer leur fidélité à la France, comme les tirailleurs ils auront servis de chair à canon.
    En 1940, lorsque des généraux de la région militaire Bretagne (5 départements) suivent De gaulle pour former le « réduit breton » afin de résister à l’envahisseur, Pétain ampute la Bretagne de la Loire Inférieure depuis nous sommes bancales. Puis les 2 ou 300 soldats perdus de Breizh Atao que l’on nous reproche tout le temps ; sans compter les 10 000 hommes qui formaient les maquis.
    La Bretagne mérite mieux que ; d’être souillée par des tonnes de pétrole, le mensonge des sous marins qui emportent ses enfants, le déshonneur de son fils qui joue avec l’argent des banques.
    La France a peur de qui, de quoi ? de la Bretagne et des bretons ! mais non n’ayez crainte comme toute les colonies, les bretons sont fidèles et dociles jusqu’à un certain point. Alors pourquoi ne pas réintégrer la Lore atlantique en Bretagne ! tout simplement …

    1. Il va falloir admettre que le pouvoir central est bel et bien l’ennemi de la Bretagne : qu’il ne la supporte que tronquée ou bien diluée dans un « grand » Ouest. Si d’aventure, l’état central n’était pas l’ennemi de la Bretagne, alors il serait temps que ses actes le prouvent. Car sinon , que reste-t-il aux bretons pour se faire entendre ?

  4. Critiquer des personnes qui habitent à plus de 250 kms et voir plus ( soit 5 00 kms AR ) pour ne pas s’être déplacés à la manifestation du 19 avril , c’est quand même dur a avaler quand on a vu que les Bonnets Rouges représentaient + de 60% des participants . Mais ou étaient les habitants de Loire Atlantique qui habitent à moins de 50 kms ??? .

  5. cette énième trahison de la gauche n’empêchera pas à l’UDB de continuer à appeler à voter pour les socialistes au premier comme au deuxième tour qu’ils s’appellent héraul,auxiètte, cuiillandre…. ils appelleraient même à voter mélenchon au nom de leur gauche de bof, ils font pitié ces imbéciles….

    1. entièrement d’accord avec vous neven ! comment accorder la moindre confiance à ce parti qui n’a comme finalité q’apporter ses voix au ps , tout comme les verts …..trop contents de ramasser les miettes et quelques avantages auprès des potentats locaux socialistes et il y a pléthore en Bretagne !!!!ça ne saurait durer je l’espère après cette énième trahison

  6. Hollande veut humilier la Bretagne qui a pourtant votée pour lui. Quel mépris pour le peuple Breton. C’est vrai nous ne pouvons compter que sur nous même. Mais où sont nos élus PS Bretons,nos ministres? Où est donc leur fierté. Heureusement qu’il y a Christan Troadec et Marc Le Fur. JY Le Drian et Marilyse Le Branchu m’attriste. Une Bretonne, un Breton ne peut rester insensible à la division de son pays.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !