Fernand Léger : Reconstruire le réel (1924-1946)

06/07/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – Le musée des Beaux-arts de Nantes en collaboration avec le musée national Fernand Léger de Biot, présente à la chapelle de l’Oratoire jusqu’au 22 septembre une sélection d’œuvres de Fernand Léger (1881- 1955). L’exposition met en lumière une partie des productions de l’artiste réalisées entre 1924 et 1946.

N’ayant jamais adhéré au groupe des surréalistes, son univers se rapproche pourtant de ce mouvement. Les cinq sections qui composent cette exposition évoquent différents aspects de l’œuvre de l’artiste. Ainsi du cinéma, pour lequel Léger se passionne. Film muet en noir et blanc « Le Ballet mécanique », réalisé en 1924 avec deux autres artistes, rend hommage à la poésie de l’objet moderne.

En 1944, Fernand Léger contribue avec des artistes surréalistes au film de Hans Richter : « Dreams that money can buy » (Rêves à vendre). Parmi les sept séquences écrites et/ou réalisées par plusieurs artistes que comporte cette création, celle de Fernand Léger – « The Girl with the Prefabricated heart » (La fille au cœur préfabriqué) – est inspirée du rêve et du film noir qui mêle une histoire d’amour entre des mannequins animés.

Avec d’autres artistes qui ont fuit comme lui la guerre, comme Max Ernst et André Breton, Léger participe en 1942 à l’exposition « Artists in Exile » à la Galerie Pierre Matisse de New-York. Fasciné par les innovations de la vie moderne, Léger éprouve tout naturellement de l’intérêt pour les États-Unis où il a effectué plusieurs séjours avant la guerre.

Un intérêt qui n’empêche pas la lucidité. Ainsi, avec « Adieu New-York », une toile peinte en 1946,  l’artiste met ainsi en évidence le contraste entre végétation et machines abandonnées. « Vous savez les USA sont un pays où les décharges sont innombrables. On jette tout plutôt que de réparer. Alors, vous voyez ici, il y a des morceaux de ferraille, des bras de machine et même des cravates. Ce que j’aimais là-bas, c’était faire des toiles éclatantes avec tout cela », dira-t-il à propos de cette œuvre qui marquera la fin de son aventure américaine.

A-G

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS