BPC Mistral : les Russes s’apprêtent à les construire eux-mêmes

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...
05/09/2014 ‑07H00 St-Nazaire(Breizh-info.com) ‑ En cas de rupture du contrat de livraison des deux BPC Mistral par la France, les Russes s’apprêtent à les construire eux-mêmes. Et pour bien moins cher. La France risque donc de perdre sur tous les tableaux, d’autant plus que, contrairement aux annonces de l’Elysée et de l’AFP, ce n’est pas 1.1, mais 3 à 10 milliards d’euros de compensation qu’il faudra payer aux Russes en cas de rupture définitive du contrat.

Selon le journal russe Izvestia qui citait un représentant de la Corporation Unie des Chantiers Navals russes, le holding qui regroupe les grands chantiers navals du pays, la Russie pourra faire ses Mistral elle-même ou les finir – si elle réussit à récupérer l’arrière du second Mistral construit à Saint-Pétersbourg. Et ce, grâce aux plans des bâtiments que les russes ont déjà en leur possession.

« Si les Français refusent de continuer le contrat, alors ils perdront le droit de propriété sur la documentation qu’ils nous ont déjà transmise« , explique ce représentant, qui poursuit : « si la Marine est toujours intéressée, on pourra réaliser les bateaux nous mêmes (…) Il faut à peu près deux ans pour les études. Le Mistral n’a rien de compliqué : c’est une barge à moteur avec un dock pour des hélicoptères et des chars d’assaut« . Pour la construction, il avance un délai de 18 mois.

La Russie devrait être largement gagnante au niveau des prix. Pour l’heure, elle a déjà payé 600.000 euros sur les 1.2 milliards d’euros du contrat. Une somme que la France devra lui rendre en cas de rupture définitive, en plus de la compensation. Par ailleurs, un Mistral russe devrait coûter, tous frais et études compris, de l’ordre de 400 millions d’euros. Pour 1.2 milliard, les russes pourraient en construire trois. Même si les dérapages dans les coûts sont monnaie courante en Russie… et comme on le voit à l’exemple des EPR, en France aussi.

Le Mistral? Un ferry comme un autres !

Selon un ingénieur en construction navale du chantier naval de la Baltique cité par le journal, le Mistral n’est pas vraiment un navire militaire. Ce chantier a construit la partie arrière du second Mistral actuellement en cours d’achèvement à Saint-Nazaire. « C’est un bateau construit selon des normes civiles. Un ferry comme ceux qui servent à transporter des voitures. Nous n’avons pas besoin de nouvelles technologies pour cela. [Notre] bureau d’études en fait depuis l’après-guerre. C’est largement dans les cordes de la navale russe. »

Bref, la France est partie pour perdre sur tous les tableaux. En confiance qu’on peut lui accorder. En souveraineté vis-à-vis de l’UE et des USA. En argent (et beaucoup). En emplois probablement. Et tous ces sacrifices inutiles n’arrêteront pas les russes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Auray. Douze circuits thématiques pour découvrir la ville

Cet été, la mairie d'Auray organise douze circuits thématiques permettant la découverte des lieux emblématiques de la ville, ouvrant...

Metallica. Retour sur la genèse de « The Black Album »

Metallica raconte la genèse de son album phare "The Black Album", qui a fait la une des journaux et...

6 Commentaires

  1. La crétinerie des « princes qui nous gouvernent » est de plus en plus insondable.
    En plus de leur veulerie, se complaisant dans le rôle de supplétifs des américains.
    De Gaulle, où es-tu?

    • De Gaulle,à maintes reprises décrétait l’embargo sur les produits sensibles à destination de belligérants ( Mirages,Vedettes rapides).

  2. Pouvons-nous le laisser faire ? NON ! car hollande devient un réel danger pour la nation. Les princes délirent en permanence et le contribuable lui passerait contraint une fois de plus à la caisse ????? NEIN

    Aux armes citoyens, aux armes les sans-dents, reprenons notre destin en mains avant qu’il ne soit trop tard !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Tyrannie sanitaire. « Le peuple français ne se laissera pas faire ». La lettre ouverte d’un citoyen

Michel Massonier nous adresse une lettre ouverte adressée aux députés français en réaction aux mesures tyranniques qu'Emmanuel Macron a annoncé récemment avec la mise...

Patrick Buisson – Requiem pour la France d’avant

Qu’est-ce qui fait tourner le monde ? L’argent, le sexe, l'envie ? Rien de tout cela, répond Patrick Buisson. Le carburant des hommes, c’est...

La Huitième Note

Le camarade Poutine a trop lu Jean-Robert Pitte. Il vient de confondre son « produit » avec un terroir d’origine qui ne lui appartient...

Qui sont les complotistes ? Jacques Baud décrypte l’affaire Navalny

Depuis plusieurs années, et avant même la crise du Covid-19 et la vaccination, les médias occidentaux se repaissent d’un mot devenu totem "le complotisme"....