Nantes. Les nouveaux lampadaires de la place Graslin n’avaient pas été reliés à la terre !

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...
11/09/2014 ‑ 07H00 Nantes (Breizh-info.com) ‑ La place Graslin, dont la rénovation somptuaire a été réalisée pour la bagatelle de 5.8 millions d’euros, va devoir à nouveau connaître des travaux. Quatre trous de 5 m² chacun vont en effet devoir être effectués. La presse locale subventionnée l’a expliqué prudemment par la « découverte d’un câble défectueux« , ce qui est faux. Le problème, ce n’est pas la présence d’un câble,  mais justement son absence. Les lampadaires monumentaux qui flanquent le théâtre n’ont pas été reliés à la terre. La base du métier d’électricien.

L’affaire est en train de faire du bruit. En effet, il faudra bien que quelqu’un paye ces réparations. Une source, très proche du dossier, commente : « en fait, c’est une erreur collective. La société qui faisait la coordination de travaux n’a pas fait son travail de surveillance. Les types de Bouygues, qui a construit la place, ont bossé par dessus la jambe. Et les fondeurs qui ont fait les lampadaires ont oublié d’ajouter une patte à l’intérieur pour fixer la terre« . Cette pièce  a été ajoutée sur place. Mais le câble de mise à la terre n’a pas été posé.

Si l’affaire énerve quelque peu des riverains déjà éprouvés, elle n’étonne personne dans le milieu du BTP. Le patron d’une entreprise consent à s’exprimer, sous couvert d’anonymat : « avec les grosses boîtes, c’est classique. Si une petite boîte fait de la daube et qu’elle n’est pas bien en cour, elle est blacklistée. Personne ne prendra le risque de jeter Bouygues. Donc ils embauchent des intérimaires ou des étrangers qui se fichent de ce qu’ils font. Donc il y a souvent des malfaçons. Mais ces boîtes ont de bons avocats« . Traduction : ce n’est peut-être pas Bouygues qui paiera sa bêtise électrique, puisqu’il y a plusieurs autres responsables potentiels. Mais l’entreprise fera la réparation… et empochera les sous.

Peu de Nantais le savent, mais le coût des travaux de la place Graslin a nettement dérapé. En effet, la place a été rénovée pour 5.8 millions d’euros, hors  coût des  malfaçons détectées. Mais c’est loin d’être la somme qui a été prévue au début.
La réunion de la direction de l’Espace public de Nantes Métropole du 5 février 2010, relative au projet de la restauration de la place Graslin, prévoyait d’allouer au projet 3 093 645 euros HT très exactement sur la période 2010-2014. Soit de l’ordre de 3.6 millions d’euros TTC. C’est sur la base de ces chiffres fournis par les administratifs que la dépense a été votée. Le coût du chantier a donc dérapé de 62% en quatre ans. Bel exemple de rigueur budgétaire. Ayrault Premier ministre aurait-il pu être plus efficace qu’Ayrault maire?
Comme souvent, Nantes a été victime de pratiques répandues dans le BTP. Les devis sont sous-estimés. Une fois que la dépense est votée et que la collectivité se retrouve pieds et poings liés, on « découvre » soudain une masse d’avenants, de circonstances oubliées et de tranches conditionnelles passées sous silence. La ville de Nantes était d’ailleurs d’autant plus victime consentante que la place Graslin était l’archétype d’une réalisation somptuaire pré-électorale.

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

3 Commentaires

  1. Les nouveaux lampadaires de la place Graslin n’avaient pas été reliés à la terre ! Comme les pieds du maire qui a commandé les travaux !

  2. Le plus etonnant c’est que ce type d’anomalie arrive apres des commissions techniques, des plans et dossiers revus par des techniciens, des reunions de chantiers qui sont un lieu de communication (plusieurs personnes de la ville et des fournisseurs concernes mais en general plus de fonctionnaires!) et toujours pas de bon sens car un electricien, qui branche un eclairage public sans liaison a la terre, peut aussi se poser la question pourquoi pas de terre!

  3. bonjour je suis un des électriciens qui ai intervenu sur la place et je peux confirmer que les candélabres était relié à la terre mais bien un câble en défaut donc cher journaliste arrêté d’écrire de tels mensonges et pour se qui est des fouille il va falloir apprendre à calculé des mètres carrés.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...

Nantes. Quelques conseils pour trouver un logement avec un budget étudiant

Plus de 50 000 étudiants de tout horizon viennent chaque année étudier à Nantes, ce qui en fait la 5e ville universitaire de France. Plus...

Nantes. Changement de circulation autour de l’église Saint-Clément

Des travaux ont lieu jusqu'au 13 août dans les rues Lorette de la Refoulais, Dugast Matifeux, Joffre et Gambetta autour de l'église saint Clément....

Deux véhicules brûlés aux Dervallières, un scooter incendié quartier Procé

Dans la nuit du 11 au 12 juillet, une camionnette et une voiture ont encore été incendiés rue Watteau aux Dervallières vers 0h45 –...