28/09/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – « Naoned e Breizh !», « Nantes en Bretagne ! ». Repris par des milliers de manifestants – 13 000 selon la police, 35 000 selon les organisateurs – le slogan aura retenti samedi après midi dans les rues de la cité des ducs. Un incontestable succès pour cette  manifestation – la troisième cette année – organisée pour la réunification de la Bretagne.

C’est sous un  soleil radieux que les manifestants, venus de toute la Bretagne, se sont retrouvés en début d’après midi place de la Petite Hollande, au cœur de la ville, pour écouter les orateurs du monde politique, culturel et économique venus affirmer leur soutien à la Bretagne réunifiée.

L’écrivain Yann Quéffelec, Christian Guillemot, cofondateur d’Ubisoft – un des leaders mondiaux des jeux vidéos, la journaliste Stéphanie Stoll, les chanteurs Alan Stivell et Gilles Servat avaient fait le déplacement.  Tout comme Patrick Mahé. Journaliste et écrivain, l’élu vannetais était venu présenter le vœu adopté la veille par le conseil municipal de Vannes en faveur du retour à une Bretagne à cinq départements. On notait également la présence de Marc Le Fur, député (UMP) des Côtes d’Armor. Partisan résolu de la Bretagne à cinq départements, l’élu breton a été très en pointe dans les débats sur le projet de réforme régionale.

Marc_le_fur_Nantes 27septembre 14
Marc Le Fur

Premier politique à prendre la parole, Jean-Michel Le Boulanger, vice-président  en charge de la culture au conseil régional de Bretagne, a déclaré vouloir marquer son intervention « au nom du futur ». Pour cet ex-PS désormais « divers gauche »,   le développement économique de la Bretagne ne se conçoit pas « sans le sentiment d’appartenance ». Avant d’ajouter que  « la réponse au désenchantement c’est l’identité ».

Représentant les 5 départements bretons, cinq maires prirent ensuite la parole. Christian Troadec maire de Carhaix et leader des « Bonnets rouges » a appelé les Bretons à créer leur propre voie, une sorte de troisième voie en dehors du PS et de l’UMP qui ont « toujours tourné le dos à leurs engagements » et trahis les intérêts bretons.

Democracy Nantes 27 septembre 2014 016

Patrick Mareschal – qui remplaçait le maire de Fégréac empêché –  s’adressa à ses « chers compatriotes bretons » en  rappelant qu’il avait manifesté depuis 1973 pour la réunification de la Bretagne. Après avoir affirmé « nous sommes le peuple avec sa terre et avec sa langue » l’ancien président (PS) du conseil général de Loire-Atlantique, se livra ensuite à une démolition en règle des Pays de la Loire « avec une Sarthe regardant Paris, un 49 vers le Val de Loire et une Vendée qui se veut une région à elle toute seule », avant de conclure « l’armée des pays de la Loire c’est combien de divisions ? »

Précédés de 400 sonneurs, les manifestants, venus pour la plupart en famille et majoritairement  jeunes, devaient défiler ensuite dans le centre ancien de Nantes. Derrière une banderole proclamant « Nous sommes une nation », la manifestation s’est déroulé dans le calme alors qu’un important dispositif policier avait été mobilisé, notamment autour de la préfecture transformée en camp retranché. Passant devant celle-ci, quelques manifestants ne manquèrent pas de scander en breton, en direction des forces de l’ordre,  un « er-maez ar c’hallaoued !  » ( » les Français dehors! » ) bien senti.

Croazhdu Nantes 27 septembre 2014 029

A quelques semaines de la reprise des débats sur la réforme régionale quel sera l’impact de la forte mobilisation des Bretons ? Aux  médias nationaux qui la qualifient de « baroud d’honneur », Yann Quéfellec rappelle Victor Hugo pour qui « quand une idée est en marche rien ne peut l’arrêter ».

 Photo : Breiz-info.com
[cc]
Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

6 Commentaires

  1. Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part disait Brassens, le grand homme connaissait bien l’homme et ses travers.
    Laissons ces gens dans leurs algues vertes, leurs poulets de batteries etc…
    N’y a t’il pas des menaces plus importantes actuellement que ces stupides histoires de clocher…

    • Si justement : la dissolution de la France, au profit des technocrates de Bruxelles et leur idéologie régionaliste, qui consiste à redessiner toutes les cartes d’Europe pour créer un surper-état européen ou si vous voulez « les états-unis d’Europe ».
      C’est ce que ces « Bretons » ne veulent pas voir, mais je ne pas croire qu’ils soient aussi stupide pour tomber dans le piège de l’ultra-libéralisme.
      Une Bretagne séparée de la France serait assurément bien plus faible économiquement à terme et se ferait bouffée par l’UE/USA bien plus rapidement.
      Mais je pense que la plupart de ces gens sont manipulés et qu’ils tombent dans un jeu pervers qui est celui de la recherche d’identité, hors cette identité s’est construite depuis au sein de la Nation au fil des siècles, et il l’histoire ne fait pas de bons en arrière !
      D’ailleurs, concernant les Bonnets rouges, à la base, bel et bien des Bretons, se sont faits visiblement adoubés et récupérés : leur chef les mènent droit dans le mur.
      Les Français de toutes régions doivent comprendre que ce qu’il faut ce n’est pas une France divisée mais unie, pas une fédération de régions, mais une fédérations de Nations européennes, pour remplacer cette Union européenne (pour laquelle les Français ont voté contre à 55%!), par une véritable coercition d’intérêts nationaux!
      Enfin si votre but est de séparer la Bretagne de la France, sachez qu’elle ne sera jamais une région du pays Europe, puisque l’Europe n’est pas un état ! (même s’il y a un drapeau européen mais qui ne correspond à aucune réalité !).
      Il n’y a pas non plus d’état breton…
      Il faut donc soutenir le Front National, si vous m’avez suivi, qui lui seul défend la France, et pourra redonner ses lettres de noblesse à la Bretagne et à toutes les autres régions, sur tous les plans, y compris celui de l’économique.
      J’attends les arguments :)

      • @ Théas-Domenet françois
        Visiblement, Brassens a rejoint les rangs de l’humanité étant donné qu’il est enterré dans le « quelque part » où il est né!

        Et pour le « laissons ces gens dans leurs algues… », je vois que l’humanisme vous brûle la bouche… Comme quoi, il y a aussi des « imbéciles chez ceux qui sont né nul part »!

        Pour votre info, il y avait à cette manifestation le Patron d’UBISOFT, entreprise bretonne et l’un des leaders mondiaux des jeux vidéos (un groupe industriel de 20000personnes).

        @ Breton de Père
        Je pense que vous n’avez pas discuté avec les personnes présentes à cette manifestation!
        Le FN, c’est un parti politique français… Donc, rien à faire en Bretagne! Apprenez votre géographie!

        Et pour votre information également, les Bretons sont justement des fédéralistes européens (l’Europe aux 100 drapeaux, c’est bien en Bretagne que l’idée est née! Et reprise par d’autres en Europe aujourd’hui…!)

  2. @Yann LeBleiz
    Excellente répartie sur Brassens qui n’avait pas l’arrogance de traiter la question identitaire que d’un bout de la lorgnette. Il a exploré avec sagesse ses contradictions mais aussi ses richesses.
    Rien à ajouter…
    Ah si, peut-être un Jean-Loup Chrétien… Encore une personne à la vue courte, sans doute, puisque partisan d’une réunification nous ramenant au Moyen-Âge (ou un agent de la CIA, il vit à Houston ! mais c’est bien sûr !).
    Et puis les algues… Futur potentiel technique et industriel à ne pas laisser aux sud-américains, arabes ou africains qui nous ont rattrapés niveau élevage. Donc oui, si seulement Paris pouvait nous laisser nous occuper de nos algues !

    La vision caricaturale du mouvement breton par ces adversaires me dépassera toujours. Ne pas voir parmi ces gens la richesse, la volonté de leurs idées et arguments est un symptôme de la léthargie de notre société.

Comments are closed.