Des urbanistes nantais dorés sur tranche

A LA UNE

22/10/2014 ‑ 08H00 Nantes (Breizh-info.com) – Deuxième coup de la salve de rapports consacrés à Nantes par la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire, après le rapport sur les comptes déjà commenté par Breizh-info : l’AURAN. Et ça n’est pas triste.

Après son arrivée au pouvoir en 1977, la municipalité socialo-communiste d’Alain Chenard avait créé différents organismes périphériques à sa main. L’Agence d’études urbaines de l’agglomération nantaise (AURAN) était l’un d’eux. Cette association existe toujours aujourd’hui et couvre une grande partie du département de Loire-Atlantique. Elle réalise des études d’urbanisme et des SCOT. Un travail purement intellectuel. « L’AURAN n’assure aucune maîtrise d’ouvrage des diverses et multiples démarches citées de programmation ou planification de documents », note la Chambre. Elle a par exemple consacré d’abondantes réflexions au plan de circulation nantais ou à l’aménagement de l’île de Nantes – considérés comme des demi-échecs par beaucoup de Nantais (« et encore, je suis indulgent », ajoute l’un d’eux).

Le caractère éminemment politique de l’AURAN est clair : elle est présidée depuis un quart de siècle par le socialiste Jacques Floch, 76 ans, ancien maire de Rezé, député de 1981 à 2001 et même secrétaire d’État chargé des Anciens combattants pendant quelques mois du temps de Lionel Jospin. Mieux : elle a été dirigée de 2008 à 2013 par Thierry Violland, un ancien assistant parlementaire de Jean-Marc Ayrault, qui a tenté de se faire élire maire de Rezé aux dernières municipales avec le soutien de Jacques Floch – mais dont les militants socialistes n’ont pas voulu.

Des salaires très confortables

On appréciera la qualité de la gestion de l’AURAN au vu des cinq recommandations émises par la Chambre régionale des comptes :

« 1- Mettre à jour son règlement intérieur ;
2- Faire fonctionner son bureau ;
3- Clarifier la place de son trésorier ;
4- Préciser dans ses statuts les modalités de calcul des subventions de ses membres ;
5- Conclure, de manière générale, des conventions plus précises avec ses membres. »

Le financement de l’AURAN est « composé quasi exclusivement de subventions publiques ». Mais ce mode de financement ne l’empêche pas de bien vivre : en 2012, le salaire mensuel net imposable de sa trentaine de salariés atteignait 4.220 euros en moyenne. Il culminait à 6.530 euros en moyenne pour quatre sexagénaires. La Chambre détaille en particulier ce qu’elle appelle « la situation particulière de l’ancien directeur général ». Arrivé à l’AURAN en 1978, l’intéressé, Jean-Yves Pailloux, un ancien sociologue que la Chambre désigne simplement comme « M. X. », en avait pris la direction en 1995. « Son long bail au sein de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération nantaise (Auran) fait de Jean-Yves Pailloux un interlocuteur incontournable et une précieuse mémoire », écrivait Le Point en 2007.

Ô combien précieuse cette mémoire en effet : de de 2008 à 2013, « M. X. » a cumulé sa retraite et une rémunération de « conseiller technique » de 6.944,10 euros brut par mois, « compte non tenu de quelques avantages complémentaires ». Avec sa prime de fin de carrière, le nouveau retraité a ainsi touché de l’AURAN un demi-million d’euros entre le 31 décembre 2008 et le 30 juin 2013. Ce que c’est que d’être incontournable…

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.
.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

4 Commentaires

  1. Et en plus de cet incontournable ex-directeur, l’agence compte parmi ses salariés bien payés, le fils de ce dernier, Patrick PAILLOUX. On est pas loin du système Tiberi ou Sarkozy. Qu’est-ce qu’on dit? « Merci papa.. »

  2. Pailloux (père et fils), Violland, Floch, Ayrault, tous dans le même bateau…. Cet article nous démontre, si cela était nécessaire, la cupidité de certains. Tout ceci n’a pu se faire sans la complicité des administrateurs de cette structure et ce depuis 1989 (année de l’avènement de JM.Ayrault ….). Depuis le système perdure et s’auto-alimente. JMA a laissé sa place à J.Rolland, nous laissant espérer un renouveau. Mais celle-ci s’appuie notamment sur Thierry VIOLLAND, (conseiller politique du maire de Nantes), qui n’aura de cesse de protéger ses intérêts et donc entretenir le système. Le plus grave dans cette affaire, c’est que non seulement ces braves gens pillent l’argent du contribuable mais surtout ils alimentent la machine à gagner du FN. Comment les esprits simples ne pourraient-ils pas donner du crédit à Marine Le Pen en découvrant ce genre d’affaire…. Les Départementales et les régionales promettent de belles déconvenues….

  3. C’est sympa les fromages subventionnés, la solidarité entre potes. Et puis pour le job « d’abondantes réflexions au plan de circulation  » c’est vraiment réussi, quand on circule à Nantes, on sent vraiment derrière la réflexion de haut niveau. Circuler il n’y a rien à voir.

  4. Ce qui est confondant c’est la gentillesse avec laquelle la cour des comptes ( de notre argent donc) donne quelques conseils (ex:clarifier la trésorie !!!!) sans qu’aucune sanction ne soit prononcée contre ces voleurs. Doit on enquêter sur M.
    Blaise grand dilapideur de nos impôts a son propre profit ? Ayrault land, Hollande Roland notre dame des Landes …la gauche restera une ombre dans notre histoire. La vertu n’est pas de mise hélas. Et trop de journalistes parisiens, ceux la même qui conversent avec les puissants dans des studios protégés du peuple que l’on invite à applaudir des clowns suspects dans les plateaux voisins, ces icônes du petit écran donc se partagent le gâteau en nous méprisant.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés