Bretagne. En septembre, le chômage est reparti de plus belle

A LA UNE

30/10/2014 – 07H30 Rennes (Breizh-info.com) – «Soyons honnêtes : nous sommes en échec». L’aveu de François Rebsamen, le ministre du Travail, vaut malheureusement aussi pour la Bretagne. A fin du mois de septembre, en effet, les cinq départements de la Bretagne historique comptaient 212 205  chômeurs de catégorie A. Soit 2 489 de plus qu’en août. En un an la progression s’élève à 9 605.

Par département, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A varie en septembre 2014 par rapport à août 2014 de +2,2% pour le Morbihan, de +1,1% pour les Côtes-d’Armor, de  +1,3% pour l’Ille-et-Vilaine, de +1% pour la Loire-Atlantique et de 0,7% pour le Finistère. Sur un an la progression est de 4,8% pour les 4 départements de la région administrative Bretagne et de 7,1% pour la Loire-Atlantique.

Au total à la fin septembre 2014, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établissait à 388 617 pour les cinq départements bretons.

En région Bretagne, en septembre 2014, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a augmenté de 1,2% pour les hommes (+5,1% sur un an) et de 1,3% pour les femmes (+4,5% sur un an). Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A de moins de 25 ans progresse  de 3,4% (+2,8% sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans croît de 0,8% (+3,3% sur un an), et le nombre de ceux de 50 ans ou plus s’accroît de 0,9% (+10,7% sur un an).

En Loire-Atlantique, en un an le chômage des hommes (+7,9 %) augmente plus que celui des femmes (+6,3 %). Cette augmentation touche plus particulièrement les hommes de plus de 50 ans : +13,7 % en un an. A l’opposé, c’est la catégorie des femmes de moins de 25 ans qui a la progression la plus faible : +2,1 %.

En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A a augmenté de 0,6% par rapport à fin août 2014 (+4,3% sur un an). Si l’on ajoute les chômeurs en activité réduite, la France comptait fin septembre 5,12 millions de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories A, B et C.

« On a beau faire feu de tout bois, tant qu’une croissance plus forte n’est pas là, il n’y a pas assez de création d’emplois. Ajoutez une faible inflation… Soyons honnêtes : nous sommes en échec. A titre personnel, devoir annoncer chaque mois une augmentation du chômage, c’est une souffrance», a déclaré François Rebsamen au Parisien (24/10/2014) après l’annonce des mauvais chiffres de septembre.

Pas sûr toutefois que les cinq millions de chômeurs – et leurs familles – compatissent à la « souffrance » éprouvée par le ministre du Travail.

Photo : Clément Bucco-Lechat/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tests de dépistage du Covid-19 : ils ne vont être payants que pour les non vaccinés

À partir du 15 octobre prochain, les tests de dépistage du Covid-19 vont devenir payants en France, mais uniquement...

Présidentielle 2022. Eric Zemmour au coude à coude avec Marine Le Pen et Xavier Bertrand ?

L'animateur de CNews Pascal Praud, ami d'Eric Zemmour, a indiqué mardi 28 septembre 2021, dans son émission L'heure des Pros,...

1 COMMENTAIRE

  1. Malheureusement pour M. Rebsamen, il appartient au parti politique qui est grandement responsable de ce désastre social et économique. En tapant sur les entrepreneurs en début de quinquenat et pendant la campagne, le PS a créé un climat de défiance peu propice à l’économie. En augmentant sans les impôts redistribués injustement, la consommation tombe en berne. En favorisant les copains fonctionnaires, les forces vives de la nation vont voir ailleurs. Quelle solution de fond propose-t-il ? au lieu de gémir, de prendre des décisions politiciennes avec son groupe parlementaire, il ferait mieux d’agir …

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés