10/11/2014 ‑ 07H00 Highlands (Breizh-info.com) – Voilà une information qui pourrait bien intéresser les nombreux Bretons attentifs à ce qu’il se passe chez leurs cousins écossais.  Le projet Highland Titles permet depuis sa création en 2007 à des milliers de particuliers de devenir propriétaires de parcelles en Ecosse, de se faire appeler Lord ou Lady, et surtout… de contribuer à la préservation d’une nature belle, sauvage et authentique, aujourd’hui classée réserve naturelle.

Nous avons interrogé Anne Etourneau, chargée de faire la promotion de l’entreprise ainsi que de suivre la vente des parcelles pour la France.

Breizh-info.com : Pouvez vous présenter le projet Higland Titles ?

Anne Etourneau : L’Ecosse est un pays magnifique et les Highlands sont magiques. Toutefois, lorsque l’on prend le temps d’observer, on réalise que les montagnes sont pratiquement nues. En effet, pour des raisons d’élevages et de construction, entre autres, il ne reste plus que 1 % de la forêt calédonienne. Des bois ont été replantés pour l’industrie forestière et sont composés essentiellement de Sitka, originaires du Canada. Ces arbres sont plantés serrés pour pousser vite et droit et la lumière ne pénètre pas dans le sous bois.
Peter et sa fille ont eu l’idée de faire l’acquisition d’anciennes terres agricoles abandonnées situées près du village de Duror  afin de participer à la restauration de la faune et la flore de l’Ecosse : tout en  effectuant des travaux de drainage importants, plantation d’arbres, ils ont demandé à un professionnel de morceler la terre  en petites parcelles afin que des milliers de particuliers puissent être propriétaires de cet endroit splendide qui surplombe le loch Linnhe. Grâce au soutien des propriétaires, cette terre est devenue une réserve naturelle, un lieu éducatif pour les écoles locales, une attraction touristique reconnue par l’office du tourisme écossais. A ce jour, un autre domaine est à ses débuts de développement.

Breizh-info.com : Vous êtes la représentante française du projet. Pouvez vous nous expliquer ce qu’il se passe sur place ?

Anne Etourneau : Les travaux prioritaires sont terminés pour la Réserve de Keil Hill (entrée du parking, chemins, lochan, chalet sur le parking…) . Afin de réduire les fougères envahissantes, deux cochons,  rares au Royaume Uni, ont élu domicile ; des ruches ont également été mises en place, parrainées par les classes aux alentours qui ont décoré leur ruche. Highland Titles a un projet ambitieux de plantation de 30 000 arbres sachant que cette année 5000 ont été plantés. Beaucoup de propriétaires viennent sur place et sont accompagnés gratuitement par un guide qui leur explique la réserve, la région, les aide à localiser leur terrain et à planter un arbre s’ils le souhaitent. Les caméras espionnes capturent les habitants à pattes, des vidéos sont retransmises sur Facebook pour permettre aux propriétaires de s’imprégner de leur terre. Un relevé des animaux et des plantes qui cohabitent sur la réserve prend forme .
Pour le nouveau domaine, Highland Titles espère que cela devienne un refuge pour insectes butineurs, des rencontres avec des spécialistes sont en cours pour des conseils de plantations de prairies, un chemin est en cours de conception.

Breizh-info.com : Historiquement, le « Laird » occupe une place importante dans l’histoire écossaise. Comment expliquer que cela soit désormais si simple à obtenir comme titre ? A quoi cela ouvre-t-il le droit concrètement ? Un laird peut-il par exemple devenir écossais plus facilement ?

Anne Etourneau : Un propriétaire terrien écossais s’appelle traditionnellement un laird – qui se traduit en lord ou lady en anglais, ce qui ajoute une dernière petite touche élégante  à ce projet de préservation de la nature. Cela ne donne pas la nationalité écossaise et n’a pas autorisé non plus les propriétaires qui ne résident pas en Ecosse à voter pour ou contre l’indépendance. Il ne s’agit aucunement de titre de noblesse.

Breizh-info.com : Highland Titles s’inscrit dans une démarche de protection de l’environnement; celui-ci est-il aujourd’hui menacé en Ecosse ?

Anne Etourneau : L’Ecosse est devenue l’un des pays d’Europe les moins boisés. A ce jour, la couverture forestière est de 640.000 hectares, un élan national a été donné et le but est de couvrir environ  2 millions d’hectares au cours des 200 prochaines années.  Le projet Highland Titles participe modestement à cet engagement.
Protéger l’environnement, c’est également l’aider à se gérer convenablement. Les fougères et les ronces sont des plantes invasives dans les Highlands et comme les forêts industrielles, ne permettent pas la biodiversité de la faune et de la flore endémiques. D’autre part, Highland Titles apporte son soutien dans des causes importantes telles que la sauvegarde des chats sauvages et souhaite prendre  une part active dans la préservation des insectes butineurs qui sont en voie de disparition.

Breizh-info.com : A quoi ouvre l’achat d’une petite, moyenne ou grande parcelle ? Est-ce symbolique ou devient-on réellement propriétaire ? Quels droits et devoirs cela ouvre-t-il ?

Anne Etourneau : 
A ce jour, tous les packs comprennent :
Le titre de propriété avec les coordonnées de votre parcelle, le master title deed qui indique votre choix de vous faire appeler Laird, Lord ou Lady de Glencoe et qui permet de faire modifier votre carte bancaire par exemple,  Une brochure explicative avec  les éléments pour visiter votre terre, la possibilité de se faire accompagner gratuitement sur la Réserve de Keil Hill par un guide (sur rendez-vous), des réductions offertes par des partenaires locaux (hébergements, golf,…).

Le pack de 10 sqft (un peu moins d’un m2) comprend en plus un dvd avec des musiques écossaises ainsi que des vues aériennes de la région, une adhésion à Gourmet Society vous permettant de bénéficier de 50 % de réduction dans 6 500 restaurants du Royaume Uni.

Au fur et à mesure, des options s’ajoutent : la possibilité de camper quand bon vous semble dans les deux domaines à partir de 100 sqft, un arbre planté en votre honneur, ainsi qu’un poster d’une carte des clans écossais.
Avec le plus grand terrain de 1000 sqft, vous recevrez en plus votre titre de propriété encadré, un livre recueil et une adhésion d’un an au prioritypass bien agréable pour les voyageurs en avion.
Vous êtes réellement propriétaire de votre terre qui fait désormais partie de votre patrimoine. La Land Registration (Scotland) Act 1979 Section 4 (1)(b) précise que les parcelles souvenirs n’ont pas à être enregistrées, ce qui évite les frais d’inscription et les impôts fonciers.

Breizh-info.com : Aujourd’hui, avez-vous un gros public en France ? Et en Bretagne, région cousine de l’Ecosse ?

Anne Etourneau : Nous avons environ 3000 propriétaires français, je ne peux répondre concernant une région en particulier, toutefois, il est vrai que j’ai souvent des Bretons au téléphone amoureux de la terre et de leurs racines.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.