Bretagne. Ces Bretons qui n’ont pas acheté Charlie Hebdo [témoignages]

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

15/01/2015 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) –  Les vendeurs de presse en Bretagne sont unanimes : des milliers de personnes se sont précipitées hier matin pour acheter Charlie Hebdo. Ce nouveau numéro – avec en Une un dessin controversé de Mahomet, bien qu’il ne soit pas interdit par le Coran de le représenter –  est en rupture de stock.

Cette ruée, très orchestrée – déclarations politiques, relais médiatiques « à l’américaine » – sur un hebdomadaire qui vendait habituellement 30 000 exemplaires mérite néanmoins d’être tempérée : une large majorité des personnes habitant en Bretagne (4,6 millions) ne se sont pas procurées le journal, tout comme une large majorité n a pas manifesté le weekend dernier.

Breizh-info a interrogé quelques-uns de ces «réfractaires» à « l’Unité nationale », ceux que Nathalie Saint Criq, journaliste à France 2, souhaite « repérer, traiter, intégrer ou réintégrer dans la communauté nationale». Pourtant, aucun d’entre eux ne fait l’apologie du terrorisme, bien au contraire.

Hervé, 38 ans, cadre supérieur, habite Lannion : « J’ai suivi comme tout le monde ce qu’il s’est passé la semaine dernière. C’est effroyable, inqualifiable et l’issue donnée à ces trois terroristes était inévitable. Par contre, en voyant le traitement médiatique réalisé par les principales chaînes de télévision, j’ai vite compris qu’il se passait quelque chose : tout d’abord, on ne nous a parlé que des journaliste de Charlie Hebdo, en oubliant les policiers tués ainsi que l’agent de service qui était sur les lieux. Cela m a choqué. Et l’affaire a pris une autre dimension lorsque le troisième terroriste s’est attaqué à l’épicerie casher et a assassiné des personnes de confession juive. 
Toute la mobilisation qui s’en est suivie a révélé un visage médiatique auquel le grand public n’était pas habitué : le militantisme de nombreux journalistes, eux qui se sont faits pendant plusieurs jours le relais des politiques, comme s’il y avait auparavant une connivence entre eux que dénoncent par ailleurs quelques initiés de longue date.  Il était donc hors de question que je participe à une quelconque mobilisation en ayant l’impression d’être allègrement manipulé. Je ne suis ni Charlie, ni moins encore Coulibaly ou Kouachi. Je suis un citoyen qui réfléchit par lui même.»

Lionel , 25 ans, étudiant à Vannes : «Non, je n’irai pas acheter Charlie Hebdo, que je n’ai jamais lu et qui ne m a jamais interêssé spécialement, je préfère le Canard Enchaîné, qui en plus a le mérite de vivre sans subventions d’Etat.  Je pense que s’il n y avait pas eu une mobilisation combinée des politiques et des médias, il aurait été impossible d’amener des millions de Français dans la rue. Ils ont défilé en partant d’un bon sentiment, celui de la dénonciation du terrorisme, mais force est de constater qu’il doit y avoir beaucoup de cocus dans l’histoire. Car à la base, ce qui était un rassemblement pour dénoncer le terrorisme islamiste et pour la liberté d’expression s’est transformé en grand mouvement «contre l’intolérance, contre le fanatisme, contre le racisme» piloté par des personnalités politiques engagées. Si vous regardez qui a pris la parole, y compris dans les petites villes, ce sont à chaque fois des personnalités politiques ou médiatiques, pas des simples citoyens. D’ailleurs, le mot «islamisme» a été soigneusement évité durant toute cette semaine, et les responsables qui défilaient à la télévision donnaient l’impression de vouloir dénoncer les éventuelles amalgames avant même de condamner un acte émanant pourtant de terroristes  se disant musulmans ou se revendiquant de l’islam».

Nadia, 28 ans, vendeuse à Nantes : « En tant que musulmane pratiquante uniquement dans ma vie privée, j’avais été choquée par les caricatures de Charlie Hebdo. Je ne vois donc pas pourquoi j’irai acheter un journal qui insulte à nouveau ma foi. J’ai d’ailleurs des amis catholiques qui me disent ne pas aller l’acheter parce qu’ils s’attaquent en permanence à leur religion. Pour autant, ce qu’il s’est passé à Paris la semaine dernière est horrible. Mes parents ont quitté l’Algérie pour fuir les massacres perpétrés par les islamistes là-bas. Aujourd’hui, ils ont peur, car ils ont l’impression de revivre cela ici et n’auraient jamais imaginé cela vu le passé de la France. 
Personnellement, j’ai été choquée de constater que les responsables religieux musulmans cherchent à tout prix à ne pas parler des problèmes liés à l’Islam, tout comme les responsables politiques français. Ils contribuent à nous stigmatiser . Nous sommes 1,6 milliards de musulmans sur terre, la première religion désormais dans le monde. Et plus de la moitié de ces musulmans vivent dans des Etats qui appliquent la loi islamique et dans lesquels la démocratie et les droits de l’homme ne sont pas respectés en raison de cette loi islamique. Donc oui il y a bien un problème avec la loi islamique, et oui il faut regarder plutôt vers des pays qui étaient musulmans mais laïcs, comme l’Egypte, comme l’Irak, comme la Syrie avant qu’ils ne soient entrainés dans la guerre.»

Fabrice, 32 ans, employé communal dans la région nantaise : « je n’irai pas acheter Charlie Hebdo, et j’en suis encore plus fier quand je vois qu’ils ont mis en garde à vue Dieudonné pour «apologie de terrorisme» pour un simple tweet humoristique. La liberté d’expression, c’est seulement quand ça les arrange et pas pour tout le monde visiblement. Les #jesuischarlie, c’est comme un effet de mode, tout le monde aura oublié le nom des victimes d’ici un mois. D’ailleurs, qui se souviens du nom des victimes de Mohamed Merah ? Et qui a manifesté pour dénoncer les milliers de personnes massacrées par Boko-Haram au Nigéria ? Je ne parle même pas des chefs d’Etat du monde entier qui sont venus manifester à Paris dimanche, toute honte bue pour plusieurs d’entre eux représentants d’Etat dans lesquels la répression eu égard des opposants ou des journalistes est féroce. Enfin, par principe, je me méfie d’une cause que défend Bernard Henry Levy. Souvenez-vous qui a fait des pieds et des mains pour qu’on arme les islamistes en Syrie contre Bachar El Assad ? »

Tugdual, 70 ans, hôtelier à la retraite, Rennes : «mes enfants et petits enfants sont allés manifester à Rennes après les attentats. J’y suis allé avec eux au premier rassemblement pour la liberté d’expression et pour condamner ces actes lâches; mais pas après. Il n y a qu’à voir les projets gouvernementaux à venir pour comprendre que cet attentat est presque une aubaine pour nos dirigeants, qui parlent de mettre en application des lois qui vont restreindre nos libertés à tous. Mes enfants ne le comprennent pas. Ils sont comme emportés par une vague qui leur enlève tout esprit critique, au nom de la liberté d’expression :  et pourtant, ils m’avaient reproché d’être allé voir Eric Zemmour à Rennes il y a quelques semaines…tout cela m’inquiète beaucoup.».

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

4 Commentaires

  1. Je ne suis pas Charlie non plus
    Je trouve indécent cette mascarade au profit d’une récupération politique
    D’une victimisation devant l’ampleur d’un monstre sciemment créer par du laxisme et aussi certainement de profits d’intérêts d’associations.

  2. je ne suis pas manipulable ?
    Quand on se veut européen avant d’être français , je me pose des questions . l’UE vous impose plus d’immigration , plus de métissage , plus de multiculturalisme . fini les frontières , libre circulation pour tous les peuples .
    vous ne voulez pas de contrôle de nos frontières MAIS vous faites installer les alarmes les plus sophistiquées sur vos habitations . soyez cohérents , pas de contrôle de nos frontières est égal à laissez vos portes d’habitations ouvertes à tous .
    je ne suis ni charly ni autre et les dindons ce sera une fois de plus le contribuable .
    le multiculturalisme , si chère à nos élus n’a jamais apporté la paix .

  3. Comme je suis heureux d’être sortis de la matrice,plus de maladie,plus de stress,et pourtant je sens encore le poids réel des comportements et des décisions politiques de nos corrompus d’élus dévoués corps et âmes a la destruction de notre pays et de ses habitants,au profit des lobbys internationaux.Un éveil,une décision,bugger la matrice.

  4. On pourrait tenir exactement la même rhétorique en disant que c’est être manipulable que de ne pas être « Charlie »…
    Chacun agit selon sa conscience d’être humain, si celle ci lui fait ressentir le besoin de défiler par soutien moral envers de simples dessinateurs tués à l’arme de guerre, ça ne fait pas de lui un mouton non plus hein, quelle que soit la tête de cortège.
    Un gars a dit sur twitter « On a pas défilé derrière eux, ils se sont mis devant nous », à méditer.

    Finalement, les véritables manipulés sont peut être ceux qui croient encore que les politiques sont capables de « récupérer » d’un simple claquement de doigt ou que le « premier parti de France » regroupe 25% des français non ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Kouachi, l’assaut final : un membre du GIGN raconte l’attaque contre Charlie Hebdo et la traque des deux islamistes [Interview]

Les éditions Ring viennent d'éditer un livre qui devrait faire l'effet du petite bombe : Kouachi : L'assaut final - Récit embarqué de la...

Nantes : des dessins des procès Zola et Dreyfus aux enchères

Vente aux enchères mardi 8 décembre à Nantes de 50 dessins de presse des procès Zola et Dreyfus réalisés par Maurice Feuillet, jeune illustrateur...

Gérald Darmanin enterre la liberté de la presse

"Dans l’histoire récente, jamais le pouvoir n’a eu aussi peur de la rue. Depuis, il s’est employé méthodiquement à réduire le droit de manifester....

Répression politique. Les policiers semblent déjà appliquer la nouvelle Loi sécurité globale

Mardi devant l'Assemblée, une manifestation pour protester contre la #LoiSécuritéGlobale. Son article 24 dissuadera voire empêchera les journalistes de filmer la police. La loi...