Rennes. Ces demandeurs d’asile qui se moquent de la République

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

22/01/2015 – 09H00 Rennes (Breizh-info.com) –La préfecture d’Ille-et-Vilaine vient de s’apercevoir d’une escroquerie mise en place par une partie croissante des clandestins – qui sont épaulés quotidiennement dans leur démarches administratives par des associations de défense des clandestins, certaines comme l’association «un toit c’est un droit » déjà habituées des actions illégales (réquisition de bâtiments publics pour y loger des familles de clandestins).

Ces derniers ne prenaient même plus la peine de venir à la préfecture depuis bientôt un an, afin de régulariser leur situation. En effet, une simple convocation en préfecture, c’est à dire un simple document administratif, leur permettait de se précipiter aux guichets des administrations publiques, et notamment de l’aide sociale, afin d’obtenir aides, CMU et dans le même temps, de ne plus attirer l’oeil sur une éventuelle présence irrégulière en France, reportant de facto la procédure de régularisation mise en place (sur 5 ans maximum) par Manuel Valls.

En 2013, plus de 2 400 individus en situation irrégulière s’étaient ainsi bousculés devant les grilles de la préfecture de Rennes, créant un climat de tension, voir même d’insalubrité et de nuisance, notamment vis à vis des citoyens français, venus régler leurs problèmes administratifs. Cette situation avait conduit le secrétaire général de la préfecture, Claude Fleutiaux, a créer un nouveau dispositif pour favoriser l’accueil de ces personnes, via Internet mais aussi via des bornes installées dans le centre-ville. Priorité était donnée en effet à la dignité des demandeurs d’asile.

On connait la suite de l’histoire, qui relativise lourdement la «volonté d’intégration » et le «souhait de fuir des persécutions » des demandeurs d’asile. Manifestement nombre d’entre eux sont  attirés avant tout par l’argent public généreusement alloué par l’Etat français.

En réponse à une affaire qui pourrait relever d’une escroquerie en bande organisée, la préfecture d’Ille-et-Vilaine s’est contentée d’organiser une réunion avec les différents organismes sociaux ainsi que les association dites « d’aide aux migrants », afin de les avertir, tout en les assurant de continuer le travail en commun, fermant donc les yeux sur les dérives constatées.C’est en effet essentiellement grâce à l’action des associations d’aides aux clandestins que ces pratiques peuvent avoir lieu, ces derniers ne maîtrisant pas pour la plupart la langue française et ne possédant pas les « codes » nécessaires pour effectuer les différentes démarches.

Que ce soit à St-Brieuc ou à Rennes, les associations assurent donc de facto le service après vente des réseaux mafieux de trafic d’êtes humains  qui amènent ces personnes en Europe. Le  laxisme d’Etat fait le reste.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

8 Commentaires

  1. La France et les français n’ont que ce qu’ils méritent!!!!!Vivement que Marine Le Pen soit au pouvoir!!!!Ces »gens »rigoleront moins.Des charters avec une trappe qui s’ouvre »malencontreusement »en plein vol ne serait pas une mauvaise idée!
    Opinion d’une vraie Française

  2. Tous ces morts pour la liberte d’expression. Apprenez que depuis le 21/01/14, les sites Riposte Laïc et Résistance Républicaine sont inaccéssibles! Elle est belle ma France!

  3. et en plus, ces associations de merde bénéficient de subventions généreusement allouées avec NOS impôts. alors qu’il devrait y avoir une loi permettant de punir ceux qui permettent à ces clandestins de se maintenir en france, amendes et prison ferme pour les récidivistes

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une bande, à Saint-Jacques-de-la-Lande en Ille-et-Vilaine...

Royaume-Uni. Des centaines de clandestins ont traversé la Manche depuis la France ces derniers jours

En ce mois de juillet, les traversées de la Manche par des migrants clandestins vers le Royaume-Uni depuis la France ne connaissent pas de...

Tyrannie sanitaire et refus de vaccination. L’épouse d’un pompier d’Ille-et-Vilaine annonce le licenciement probable de son mari

Le journal Média Presse Info a reçu le message d’une épouse dont le mari, pompier professionnel à Rennes, refuse de céder à la dictature...

Rennes : des ateliers « vélos queers en non-mixité »

Alors que les sénateurs ont adopté en avril un « amendement UNEF » demandant la dissolution des associations organisant des « réunion non-mixtes » où sont généralement interdits...