TV Libertés. « Un média qui ne sacrifie pas la vérité au ‘vivre ensemble’ est indispensable dans une société libre »

A LA UNE

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

02/02/2015 – 08H00 Quimper (Breizh-info.com) – Il y a un an était créé TV Libertés, première chaîne de télévision professionnelle de réinformation, dont Breizh-info.com diffuse fréquemment des reportages. L’occasion de tirer avec son fondateur, Philippe Milliau, qui réside en Bretagne depuis de longues années maintenant, un premier bilan et de voir les perspectives qui s’offrent à TV Libertés dans le futur.

Breizh-info.com : TV Libertés s’apprête à fêter sa première année d’existence. Quelles sont les enseignements que vous retenez de ce démarrage ?

Philippe Milliau : Le premier enseignement est qu’il est encore possible de créer un espace de liberté dans notre pays quand des Français de tous âges et conditions mettent leurs efforts en commun. Au delà du noyau initial de parrains et de fondateurs qui ont réuni les fonds nécessaires à l’achat du matériel et à l’aménagement des locaux, nous avons l’appui de près de dix mille donateurs qui contribuent soit par des dons ponctuels soit par des dons réguliers mensualisés au fonctionnement de notre chaîne.

Le deuxième enseignement est que grâce au talent et travail acharné de la rédaction, des animateurs et de la production, nous avons été en mesure d’enfoncer un coin dans le conformisme de la télévision française. Nous programmes sont d’une qualité technique irréprochable, prenons le seul exemple de Bistro Libertés, notre émission de débat. qui atteint des scores d’audience impressionnants.

Enfin, je mentionnerai que TV Libertés devient progressivement le dernier espace de liberté réelle pour les opinions dissidentes. A titre d’exemple, nous sommes les seuls à recevoir  longuement Laurent Obertone qui a vu toutes ses émissions « déprogrammées », sans doute au nom de l’idéologie de l’« unité nationale » et du « pas d’amalgame ». Nous avons ainsi ouvert notre studio à des personnalités aussi diverses que Jean-Marie Le Pen, Xavier Rauffer, Guillaume de Thieulloy ou Alexandre del Valle.

Breizh-info.com : Quels sont les chiffres en terme de fréquentation, de taux de visionnage des émission ? Quelles sont celles qui remportent le plus de succès ?

Philippe Milliau : Premier élément à tenir en compte est que TV Libertés est diffusée sur internet. Nous n’avons pas encore accès au public captif des technologies traditionnelles de la télévision.

Aujourd’hui, nous avons une présence importante sur les réseaux sociaux et sur internet. A titre d’exemple, près de 300 000 visiteurs et 10 000 abonnés sur  Facebook; 66 000 visiteurs et 3000 abonnés sur Twitter, ce qui est important vu la nature de ces abonnés (politiques, journalistes, personnalités, etc.). Sur YouTube où tous nos programmes sont mis en ligne dès leur diffusion, nous avons dépassé les trois millions de vues et les 7 500 abonnés. Quant à notre site, il est fréquenté régulièrement par 50 000 téléspectateurs différents par semaine avec des pointes quotidiennes supérieures à 10000 visites.

Du côté des programmes, notre cheval de bataille est le journal quotidien.En cumulant les téléspectateurs qui le regardent en direct, ceux qui le regardent sur notre site en différé ou sur YouTube, nous approchons d’une moyenne de 10 000 téléspectateurs, barre symbolique que nous espérons franchir dans les semaines qui viennent. Des émissions comme iMédias animée par Jean-Yves Le Gallou réussissent non seulement à tenir un rythme de diffusion intense mais sont devenus un rendez-vous obligé pour toux ceux qui veulent comprendre le fonctionnement des médias.Grâce à leur travail, ils dépassent eux aussi très régulièrement les 10 000 téléspectateurs. Sans épuiser la liste de nos programmes, citons Bistro Libertés animé par Martial Bild qui s’affirme comme le seul lieu de débat ouvert à notre famille de pensée qui dépasse parfois quant à lui les 15 000 téléspectateurs.

Ces chiffres peuvent sembler modestes. Ils ne le sont pas. TV Libertés acquiert chaque jour davantage un rôle majeur dans la réinformation des Français. Nos chiffres qui ne cessent d’augmenter sont vérifiables par tous. Ils augurent d’un bel avenir pour notre chaîne.

Breizh-info.com : On sent TV libertés proche de la Russie . Pourquoi ce choix éditorial ? 

Philippe Milliau : Le simple fait de ne pas répéter comme des perroquets le verbiage atlantiste ferait-il de nous des proches de la Russie ? Je ne le crois pas. Nous présentons en revanche la particularité d’être la seule télévision qui cherche à démêler le vrai du faux en ce qui concerne la Russie.
Pierre-Alexandre Bouclay, un expert reconnu sur les questions de l’Europe slave, décrypte pour nous les méandres de la situations en Ukraine ou dans d’autres pays de l’Est et, il est vrai, que son analyse hérisse le poil de tous les partisans d’un alignement sans faille sur la ligne politique des Etats-Unis.

Breizh-info.com : Parlez nous de votre équipe. Comment avez vous réussi, sans subventions ni soutien médiatique, à tenir la route sur une année ? Comment envisagez vous les prochains mois, années, financièrement ?

Philippe Milliau : Je l’ai mentionné au début de l’entretien. Nous avons réussi là où beaucoup d’autres ont échoué, car nous avons pu convaincre dix mille de nos concitoyens à soutenir ce projet grâce à une campagne d’information qui a précédé le lancement de la télévision d’environ un an. Depuis le démarrage des programmes en janvier 2013, nous finançons les émissions grâce aux dons recueillis auprès de nos soutiens. La bonne nouvelle est que nous commençons à recevoir des dons directement de téléspectateurs que nous ne connaissions pas auparavant. Les besoins courants de la télévision sont donc en bonne voie d’être assurés pour les douze mois à venir.

En revanche, ce qui est en jeu est la magnitude de notre progression. Si nous réussissons à crever le plafond et à augmenter considérablement à la fois le nombre de nos téléspectateurs et celui de nos donateurs, un accès à un mode de diffusion conventionnel peut s’envisager pour 2016. Je vous laisse imaginer le tremblement de terre que cela représenterait dans une France en pleine préparation de l’élection présidentielle.

Breizh-info.com : N’avez vous pas peur d’être catalogué comme une sorte de «Radio Courtoisie» version télévisée, tant les invités comme le contenu se ressemblent finalement ? Qu’apportez vous comme nouveauté ?

Philippe Milliau : Soit vous n’écoutez pas Radio Courtoisie soit vous ne regardez pas assez TV Libertés. Il est vrai que nous avons certains invités ou certains animateurs en commun mais le ton général est différent, le spectre des idées est plus large et le résultat à l’antenne est perceptible immédiatement.

Dans une radio comme Radio Courtoisie, l’animateur est le seul maître de son programme. A TV Libertés, chaque programme est une oeuvre collective qui mobilise journalistes, producteur, techniciens, décorateurs, etc., dans le cadre d’une ligne éditoriale et visuelle.

Breizh-info.com : Comment pressentez-vous l’année 2015 en France ?

Philippe Milliau : Les attaques meurtrières de musulmans radicalisés contre un hebdomadaire satyrique et contre une épicerie juive  sont la démonstration tragique de l’impérieuse nécessité de TV Libertés. Le triste spectacle des médias du système tentant de travestir les faits au nom du politiquement correct a ouvert les yeux de nombreux concitoyens. Ils ont compris qu’un média qui ne sacrifie par la vérité au « vivre ensemble » est indispensable dans une société libre. Beaucoup ont découvert notre existence à cette occasion.

Le système politico-médiatique a été poussé dans les cordes par la violence d’une population jeune, peu désireuse de s’intégrer et d’adopter nos valeurs. Faute de pouvoir changer le réel, ils vont sans doute renforcer la censure des faits au profit d’une réalité virtuelle digne du monde des bisounours.

Vous pouvez compter sur TV Libertés pour rendre compte du réel en défense de nos valeurs et de notre identité.

 

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.
.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Réglements de comptes à Nantes : un mineur enlevé à la Chapelle sur Erdre

Le 18 juin dernier, un mineur âgé de 17 ans a été enlevé vers 19 heures par quatre jeunes...

Florian Philippot revient sur le Covid, les régionales, le RN

L'ex numéro 2 du FN et président des Patriotes est revenu sur les élections régionales au micro de Boulevard...

3 Commentaires

  1. Ce genre de TV pose un sérieux problème aux TVs étatiques.

    Les journalistes subventionnés deviennent des fonctionnaires. Ils se retrouvent coincés dans le politiquement correct; ils ennuient de plus en plus. Il y a aussi la parcellisation de la société.

    En outre rien n’empêche ces TVs alternatives de se domicilier aux USA ou ailleurs avec une fiscalité plus attractive et l’amendement freedom of speech.

  2. Ce que j’aime c’est le triangle rouge et la belle table de l’émission, une petite tâche au regard de la qualité des sujets.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Du pain, des jeux et des vaccins. Le JT TV Libertés du 15 juin

Du pain, des jeux et des vaccins. Le JT TV Libertés du 15 juin A la une de cette édition : la vaccination des adolescents...

Le Raptor Dissident sur TV LIbertés : « Je n’accepte pas la domestication »

Vidéaste, star de YouTube et des réseaux sociaux où il dépasse largement le million d'abonnés, Ismaïl Ouslimani, alias Le Raptor, a su imposer un...

Pass sanitaire : non mais oui

A la Une de ce journal : l'adoption du projet de loi de sortie progressive de l'état d'urgence sanitaire. Après un couac provoqué par le...

Médias mainstream : le grand errement ! Par Nicolas Vidal

Nicolas Vidal est le patron de "Putsch", média favorisant les débats culturels et sociaux. Dans son livre "Médias, le grand errement", il analyse les...