06/02/2015 – 07H30 Nantes (Breizh-info.com) – Le jeudi 29 janvier dernier, Serge Abad Gallardo était invité au théâtre de la Gobinière par la section d’Orvault-Sautron de la fédération des Associations Familiales Catholiques(AFC44). Devant une salle comble,  l’auteur de J’ai frappé à la porte du Temple a expliqué pourquoi l’appartenance à la franc-maçonnerie n’est pas, selon lui, compatible avec la foi chrétienne.

D’origine espagnole, Serge Abad Gallardo réside à Narbonne, département dans lequel la franc-maçonnerie est très bien représentée. Issu d’une famille catholique, il explique qu’il s’était éloigné d’une foi qui n’était pas très fervente. Se posant les questions existentielles sur le sens de la vie, en recherche spirituelle, il est entré en maçonnerie dans une loge de l’obédience du « Droit Humain ». Il y est resté près de 22 ans. Il la quittera après avoir retrouvé la foi. Il raconte cette expérience dans son livre J’ai frappé à la porte du Temple (Editions Pierre Téqui). Il précise d’emblée que son but n’est pas d’attaquer ce courant mais de montrer que, pour un chrétien, l’adhésion à la franc-maçonnerie est une impasse incompatible avec sa foi : « je veux dire aux catholiques ce que sont les francs-maçons et aux francs-maçons ce qu’est l’église catholique. »

La franc-maçonnerie spéculative, à ne pas confondre avec l’opérative, est une création anglaise de 1717. En France, elle s’établit dès 1738 avec la Grande Loge de France qui donnera jour au Grand Orient de France. Ce dernier constitue aujourd’hui l’obédience principale qui compterait environ 45 000 membres. Très anticléricale, c’est à dire anticatholique, elle était jusque récemment exclusivement masculine. Ont également une bonne représentativité le Droit Humain qui est mixte, la Grande Loge Nationale de France (GLNF) de rite anglais, la Grande Loge de France (GLF) et  la Grande Loge Féminine de France (GLFF).

Pour le conférencier, la franc-maçonnerie représente un poids certain dans la société française et influence l’évolution des lois, en particulier les lois dites « sociétales ». Dans chaque profession, il existe des « fraternelles » qui regroupent les francs-maçons. La Fraternelle Parlementaire en compterait ainsi 500 dont 140 en activité. A titre d’exemple, Serge Abad Gallardo rappelle que, selon M. Simon, la loi Veil sur l’avortement a été étudiée et mûrie en loges avant d’être reprise par le gouvernement Chirac.

Si, parmi les francs-maçons, on rencontre des « affairistes », la majorité d’entre eux sont des personnes qui recherchent une réponse à leurs interrogations sur l’homme et sa place dans le monde. Dans cette recherche, certaines ont des liens étroits avec les courants occultistes et ésotériques,  la philosophie « new âge » ou le mouvement théosophiste. Ils pensent qu’il existe une vérité mystique, une tradition connue de seuls sages, qu’il faut transmettre. D’autres se considèrent plus simplement comme des héritiers de Robespierre et de sa volonté de déchristianiser la France.

Ces obédiences présentent donc de sensibles variantes. En particulier, elles ont une conception différente sur l’existence ou non d’un dieu. Au final, cependant, pour Serge Abad Gallardo la franc-maçonnerie est une religion avec une initiation, des cérémonies, des rites, une croyance, des dogmes, un idéal commun, des liens entre les membres. Elle est pour l’homme non seulement un moyen d’approcher Dieu, mais de devenir soi-même Dieu. Cela revient à dire que tout part de l’homme et y revient.

Pour toutes ces raisons, dès 1738, le pape Clément XII condamne cette idéologie et sanctionne par l’excommunication un catholique qui y adhère. Cette condamnation sera confirmée à 7 reprises, la dernière fois en 1983 par le cardinal Ratzinger, le futur Benoît XVI.

 Photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

7 Commentaires

  1. Article de peu d’intérêt et truffé d’inexactitudes sur la franc-maçonnerie. L’auteur n’a manifestement pas compris les différences fondamentales entre les différentes obédiences et les courants qui les animent.
    S’il est vrai qu’il existe une bulle papale d’excommunication des Francs-Maçons, celle-ci n’a jamais été appliquée.
    Rien dans cet article ne permet de comprendre en quoi être chrétien et franc-maçon serait incompatible.
    Non, vraiment, un bien mauvais article.

  2. La réponse est non.

    La FM est tout le contraire de la Chrétienté. Elle est fermée, secrète, ésotérique, liberticide, etc.

    Je connais bien la FM de l’intérieur, et, je vais faire gagner du temps aux moins gradés. Quand vous arriverez aux grades les plus élevés (cela dépend des obédiences et des rites…), si vous en êtes jugé apte, le dernier secret vous sera relevé, et je vous le donne ! :

    Le GADLU est Lucifer… Où vous apprendrez que Dieu est un imposteur, et que le seul et vrai dieu est Lucifer. Un dieu « dur » mais juste, qui saura récompenser sur terre ses fidèles, à condition d’obéir de façon aveugle… Les rites ensuite imposés ne sont pas descriptibles ici.

    Bref, inutile de tourner autour du pot, la FM est une église satanique, mais cela est ignorée par 95% des adhérents qui sont des idiots utiles, servant soit pour leurs positions sociales, soit pour leur anticléricalisme primaire facile à mettre en oeuvre.

    Enfin, un excellent ouvrage également de Maurice CAILLET, ancien haut professeur de médecine, un des plus grands maître de la FM dans les années 70, et qui a retrouvé la foi contre toute attente. Il donne aussi d’excellent conférence (certaines sont consultables sur you tube).

    Si une personne vous propose de rentrer à la FM, ne vous laissez pas charmer, déclinez poliment et passez votre chemin, cela vaut mieux…

    • Pas très argumenté le propos !!!
      Il est évident que vous ne connaissez rien à la maçonnerie !
      Tout d’abord, elle n’est pas une et monolithique, mais plurielle et diversifiée.
      L’objet de la maçonnerie comme d’autres courants est de proposer à l’Homme une voie de réalisation spirituelle.
      Libre ensuite à chacun de choisir un chemin plutôt qu’un autre, mais vous ne pouvez pas ôter à l’Homme son envie et sa capacité à se poser des questions, contrairement à ce que vous laissez transparaître dans votre propos de bien peu d’intérêt, comme l’article !

      Maurice Caillet n’est pas, et n’a jamais été « un des plus grands maîtres de la FM » pour la bonne et simple raison que personne ne revendique ce titre pompeux et absurde, digne du bac à sable d’une maternelle.

Comments are closed.