Breizh Small Business Act. Vers un outil économique et démocratique breton ? [interview]

A LA UNE

27/02/2015 – 07H00 Bretagne (Breizh-info.com) – Breizh Small Business Act est une initiative bretonne lancée en 2011 par deux femmes –Pascale Lang-Mouginot et de Céline Faivre – animées par le désir de faire bouger les lignes et attachées aux valeurs d’intérêt général, notamment concernant les marchés publics.

C’est la première association créée en Bretagne par des professionnels publics et privés autour des enjeux de l’achat public. Elle est le fruit d’un constat simple : une absence de dialogue entre acheteurs publics et opérateurs économiques.
L’association a vocation à organiser et enrichir les échanges entre deux mondes qui se côtoient, travaillent ensemble et pourtant connaissent mal leurs attentes et métiers respectifs. Aussi, et c’est l’objet de la charte régionale de la commande publique, l’association s’est donnée pour objectifs de faire de la commande publique un levier de compétitivité, un outil de développement économique par le rapprochement de l’offre et la demande.
Elle est en cela soutenue par les pouvoirs publics à commencer par le président du conseil régional de Bretagne, Pierrick Massiot, premier signataire de la charte régionale et promoteur de l’ouverture des données de marchés publics.
Nous avons interrogé Céline Faivre, fondatrice de l’association, notamment sur le projet « My Breizh Open Data » qui s’annonce dans les prochains mois.

Breizh-info.com : Qu’est ce que « My Breizh Open Data – Marchés Publics » ? Quand ce portail régional sera-t’il accessible à tout le monde ? Qu’est ce que l’internaute pourra y chercher et découvrir ?

Céline Faivre : My Breizh Open Data –Marchés Publics est le prototype du portail régional d’informations et de données de marchés publics. Il s’agit de rendre visible et lisible la commande publique, de publier sans restriction les montants des marchés publics attribués aux entreprises par les donneurs publics bretons.

Une entreprise souhaitant venir s’installer en Bretagne pourra ainsi connaître en quelques clics le montant des marchés publics attribués aux entreprises de son secteur d’activité et ainsi évaluer la part du chiffre d’affaire qu’elle pourrait générer grâce à la commande publique. De même, une petite entreprise locale pourra évaluer les besoins des donneurs d’ordres publics de son département et ainsi se positionner sur de futurs marchés publics. Un tel portail représente également un véritable outil de sourcing en ligne, dynamique voire interactif si on y ajoute des fonctions de réseau social !

Au delà, pour le citoyen lambda, le portail régional constituera un outil de transparence démocratique. Vous souhaitez connaître le détail des coûts de la construction de la salle des fêtes de votre commune, ce sera possible, le montant du budget communication de votre commune sur la durée du mandat du Maire, possible aussi. Bref, autant d’informations actuellement dispatchées dans des documents divers et variés, documents budgétaires, rapports administratifs, etc … qui ne sont que trop rarement lus par les usagers.

Breizh-info.com : Quels sont vos partenaires ? Comment a été accueilli le projet par les institutions publiques ? Par les entreprises ?

Céline Faivre : S’agissant d’un prototype, les partenaires sont encore limités. Il est le fruit d’un travail conduit en mode agile avec une équipe restreinte et un budget contraint. Le Conseil régional de Bretagne est la collectivité pilote. Il a accepté de jouer le jeu de la transparence, ce qui n’est pas rien. Il s’apprête d’ailleurs à prendre une délibération en faveur de l’ouverture des données de marchés publics.

Une fois l’ouverture du portail officialisée, il sera présenté à tous les acheteurs publics de Bretagne. C’est déjà chose faire pour Rennes Métropole, ou encore l’Agglomération de Sait Brieuc. Le projet est bien accueilli mais je ne vous cache pas que cela bouscule un peu certains donneurs d’ordres attachés à leurs prérogatives de puissance publique. Mais la transparence, l’ouverture des données publiques est essentielle au bon exercice des missions de service public. Il n’y a rien à craindre. Du côté des entreprises, le projet est très attendu même si certaines peuvent être un peu inquiètes de rendre aussi visibles les montants des marchés publics qu’elles remportent …

Breizh-info.com : Existe t-il d’autres modèles dans d’autres régions ?

Céline Faivre : Je ne crois pas que cela existe dans d’autres régions françaises. En cela, la démarche est très innovante et préfigure probablement un nouveau mode de collecte des données de marchés publics et de recensement économique de l’achat public. Nous espérons d’ailleurs pouvoir bénéficier du soutien de l’Etat. Techniquement, le mode de collecte des données repose sur une architecture de plateforme d’échange de données publiques collectées grâce à des interfaces appelées API (Application Programming Interface) déjà disponible sur la forge Open Source de l’Adullact.

Mais rien n’est gagné car l’intérêt d’un tel portail réside dans l’exhaustivité des données collectées et rendues accessibles à tous sans restriction aucune et dépend donc de la volonté des pouvoirs publics (Collectivités, Services déconcentrés de l’Etat, Hôpitaux) de jouer le jeu, d’accepter d’ouvrir leurs données de marchés publics et de considérer le projet comme un projet régional d’intérêt collectif. Un choix politique avant tout !

Liens utiles :

http://breizhsmallbusinessact.fr/my-breizh-open-data-marches-publics/

https://adullact.net/projects/breizhopendata/

 Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

2 Commentaires

  1. Ca m’interpelle. Pas le sujet qui est fort légitime et intéressant, mais que ce soit une association qui ait la gouvernance d’un élément stratégique du pilotage d’une politique publique.

  2. Moi aussi ça m’interpelle.
    1) A quoi sert l’armée de fonctionnaires et tout les échelons ?

    2) Ouvrir les marchés aux autres, sympathique. Mais est-ce que les autres vont faire la même chose ? Pour rendre service à la Bretagne, la logique est d’aller dévoiler les informations des autres. Massiot m’a toujous semblé être un naïf sympathique, ça confirme.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés