Ille et Vilaine . Le centre paralyse la progression de la droite.

pierre_méhaignerie

24/04/2015 – 10H00 Rennes (Breizh-info.com) – « C’est à cause de lui qu’on a perdu l’Ille-et-Vilaine », a tranché Nicolas Sarkozy, lors d’une réunion de débriefing post élections départementales. « Lui», c’est Pierre Méhaignerie (UDI), ancien pape du centrisme et ancien président du conseil général d’Ille et Vilaine.

Ouest-France (18-19 avril) a mis dix jours pour se réveiller et informer ses lecteurs de ce petit drame qui concerne directement la mouvance démocrate-chrétienne. Deux journalistes ont d’abord interrogé le principal intéressé : « je paye mon soutien à Alain Juppé. Et le fait qu’avec d’autres collègues, nous voulons faire des clubs de Réflexion en Bretagne et en Pays de la Loire ».
Il était également intéressant de connaître l’avis de candidats de l’ « Union de la droite et du centre » aux récentes élections départementales : « la campagne de la droite en Ille-et-Vilaine a été désastreuse ». En cause ? « Une union de façade entre UDI et UMP », les deux partis ne s’étant entendus sur rien : « nous ne nous sommes pas parlés, nous ne nous sommes pas concertés sur les choix des candidats, nous n’avions pas de programme commun, et nous n’avons pas fait campagne ensemble ! ».

Ces candidats déçus oublient évidemment d’indiquer que certains d’entre eux étaient à la fois « mauvais » et « mous » donc tout simplement incapables de faire une bonne campagne. Un « programme commun » (sic) ne remplace pas la présence sur le terrain, le serrage de paluches et les retombées médiatiques. Etre candidat, c’est un métier ! A chacun de « travailler » son canton.

Arpenter des communes rurales situées à une trentaine de kilomètres de Rennes permet de vérifier combien la sociologie de ce qui était encore, il y a une trentaine d’années, du « rural profond », a été bouleversée.

L’ancien bourg est aujourd’hui cerné par des lotissements qui ont doublé ou triplé la population d’origine. Une population nouvelle faite d’ouvriers et d’employés qui vont travailler dans les entreprises situées dans les zones d’activités qui entourent Rennes.

On a choisi de faire construire à trente kilomètres du lieu de travail parce que le prix du mètre carré constructible est bon marché. Pour ces nouveaux venus, le vote « à droite » ne s’impose pas forcément. Si les habitants de la commune appartenant aux familles anciennement installées votent par habitude à droite, les nouveaux peuvent voter aussi à gauche que FN. Ce qui change le rapport de force.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Une réponse

  1. L’auteur indique que OF a mis plusieurs jours pour relayer ce qui pour moi n’est pas une info importante …loin de là! Je regrette même ce commentaire!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS