30/04/2015 – 07h00 Rennes (Breizh-info.com) – Nous relations hier l’affaire Maryvonne Thamin, du nom de cette octogénaire dépossédée de sa propriété privée par des squatteurs qui occupent illégalement sa maison située 94 rue de Châtillon, à Rennes, depuis 18 mois. Une occupation revendiquée – textes de lois à l’appui .
Pour le moment, il est impossible pour son avocat, Maître Billaud, d’engager une procédure au pénal, à Rennes, puisque les individus ne sont pas identifiés. Cela rend impossible, ou tout du moins très fastidieux, long et éprouvant, surtout pour une octogénaire, une procédure d’expulsion.
Pour corser l’affaire, la ville de Rennes, bien loin d’aider Mme Thamin, semble totalement désengagée sur cette affaire : « Mme Thamin n’est pas dans une situation d’urgence. Elle a un logement, certes en dehors de Rennes (NDLR : elle loge chez son fils temporairement) , mais elle ne fait pas partie des publics que nous aidons en priorité » nous confie Mathilde Legeay, attachée de presse de Rennes Métropole, avant de rajouter, suite à nos interrogations : « la ville de Rennes épaule déjà l’Etat quand il se montre dans l’impossibilité de loger des publics prioritaires, comme les demandeurs d’asile et les migrants qui sont eux dans des situations d’urgence. ».
Les priorités de Rennes Métropole en matière de logement sont donc ainsi révélées au grand jour – et confirment donc les enquêtes que nous avions menées jusqu’à présent.
Concernant l’avenir de Maryvonne Thamin, il se résume désormais à une longue bataille engagée pour la restitution de son bien : « Je suis malheureuse mais malheureuse à l’extrême. Je suis malade et si je n’avais pas mon fils, je me laisserai mourir » confie-t-elle à un autre journal.

Sur Internet, la mobilisation ne faiblit pas pour la soutenir, avec une pétition dont le nombre de signataires grandit chaque jour, et qui devrait être remise à Nathalie Appéré, maire de Rennes, à Patrick Strozda, préfet d’Ille-et-Vilaine, mais aussi à Christiane Taubira, garde des Sceaux.

Crédit photo : GoogleStreetview
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

12 Commentaires

  1. alinéa 1 et 2 de l’article 17 de la Déclaration universelle des Droits
    de l’Homme du 10/12/1948 ONU cosignée par la France, texte intégral:

    -Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
    -Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

    L’article 30 enfonce le clou!

    -Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée
    comme impliquant pour un Etat….un droit quelconque d’accomplir un acte
    visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

  2. « Elle n’est pas dans une situation d’urgence », mais elle est propriétaire de la maison, cela veut dire que la mairie encourage le vol et l’occupation de la propriété privée, voilà qui est gravissime, mais c’est dans la logique socialiste.
    Les pseudos lois actuelles défendent plus les délinquants que les honnêtes gens, et mais comme il n’y a pas assez de place dans les prisons on évite d’en arrêter trop.
    De même la peine de mort est maintenant exclusivement réservée à la victime innocente et surtout pas pour le criminel, nous sommes dans une inversion totale de la justice.
    Les seuls problèmes importants étant : comment se faire réélire en 2017 et la montée du FN.

  3. Affaire significative de la privation illégale du droit de propriété des simples particuliers par ce qui n’est ni plus ni moins que de la délinquance couverte par les pouvoirs publics.
    Cela justifie, compte tenu des circonstances et de la carence des services de l’Etat à virer les intrus, d’en arriver à des extrémités regrettables qui vont devenir très violentes.
    Et on s’étonne que les populations son en train de s’armer ???

  4. […] J’en veux pour preuve, le cas de l’octogénaire Maryvonne, expulsée par des squatters et dont nous avons longuement traité. Cette affaire a fait l’objet d’une forte couverture médiatique et d’un émoi important de nos compatriotes. Ces derniers réclamant une aide forte des pouvoirs publics en faveur d’une vieille dame désarmée face à une meute de jeunes squatters. Le premier magistrat de Rennes aurait donc dû faire intervenir la force publique afin de déloger les illégaux et les contrevenants, pourtant ce qui paraît normal partout dans le monde et dans toutes les consciences ne l’est pas dans la France socialiste de 2015. D’abord les policiers municipaux envoyés par la mairie ne l’ont pas été en faveur de Maryvonne mais pour protéger les squatters, des citoyens venus manifester leur soutien pacifique à l’octogénaire. Cette façon de faire est plus que surprenante mais que dire des déclarations de Mme le Maire de Rennes lorsqu’elle annonce fièrement « Mme Thamin n’est pas dans une situation d’urgence. Elle a un logement, certes en dehors de R… […]

  5. Je ne comprends pas que la quinzaine de prétendus « Antifas » n’accueille pas chacun un squatteur. Est-ce par altruisme qu’ils en laissent le soin aux autres (ceux qui paient) ?

Comments are closed.