Étiquette : squat

roms

Annecy (Haute-Savoie). Une maison squattée par des Roms, les gendarmes placent en garde à vue… le propriétaire ! [Vidéo]

Avoir sa maison squattée par des Roms, voir les gendarmes refuser de les expulser, essayer de les faire partir par soi-même puis finir en garde à vue : tel est le cauchemar vécu par un propriétaire à Annecy. Une maison squattée pour la troisième fois par des Roms Entre les agressions, l’islamisation, le trafic de stupéfiants et les vols en

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de Rochefort-du-Gard. Le premier qui occupe l’étage s’en va au bout de 8 mois sans payer un seul loyer. Au rez-de-chaussée, le second cesse également rapidement de payer son loyer. A son retour en métropole, la retraitée découvre une autre mauvaise surprise.

Bondy : un propriétaire déloge des squatteurs de chez lui – il est placé en garde à vue

Ce pavillon, c’est celui de Fernando, le fruit de toute une vie de travail. Il y a une semaine alors qu’une agence s’occupe de lui chercher des locataires, leurs voisins et amis aperçoivent de la lumière dans la maison. La maison est en effet occupée par une femme et son enfant. Découragé par la lenteur des procédures légales, Fernando charge

Nantes_squat_migrants

Nantes. Encore deux squats de migrants

Une centaine de migrants cornaqués par des associations d’extrême-gauche, dont l’Autre Cantine, ont trouvé refuge dans d’anciens bureaux d’Orange, à l’angle des rues Daubenton et Babonneau. A la place des 3847 m² de bureaux, propriété d’une société rennaise, devaient s’ériger trois immeubles et cinq maisons de ville. Selon nos informations, ce sont principalement des déboutés du droit d’asile et des

« Préférence nationale au logement ». Des jeunes identitaires d’Angers (L’Alvarium) occupent un immeuble

Des membres de l’Alvarium, association de jeunes identitaires d’Angers, occupent depuis 2018 un bâtiment d’Alter cités, rue Thiers, à Angers. Un bâtiment inoccupé, dans lequel ils ont effectué des travaux depuis plusieurs mois donc, et dont ils ont officialisé l’occupation la semaine dernière. Le journal Ouest France, qui s’est fait écho de l’occupation, a par ailleurs menti en expliquant que

Après l’exaction de Théoule-sur-Mer. Une pétition contre l’impunité pour les squatteurs

Le média Damoclès, dont nous avions interrogé le responsable Samuel Lafont, vient de lancer une pétition, déjà particulièrement signée – c’est dire si le sujet heurte – à propos de l’impunité dont bénéficient actuellement les squatteurs, comme nous avons pu le voir en marge de l’affaire à Théoule-sur-Mer ces derniers jours. Voici le texte de la pétition ci-dessous, ainsi qu’un

Saint-Herblain

Saint-Herblain (44). Plus d’un million d’euros de dégâts causés par des Roms

À Saint-Herblain, des Roms ont vécu illégalement plusieurs mois dans les anciens locaux de Kent Marine avant d’être expulsés. Après leur passage, plus d’un million d’euros de dégâts ont été constatés sur place. Les images parlent d’elles-mêmes… 5000 m2 de locaux saccagés par les Roms Chère, très chère addition laissée par des Roms au n° 8 et au n° 10

Rennes. La municipalité de Nathalie Appéré demande la non-expulsion de migrants squatteurs

À Rennes, la municipalité va faire le nécessaire pour que les migrants installés dans un manoir appartenant à la ville par un collectif d’extrême-gauche ne soient pas expulsés. Les élections se rapprochent… La municipalité de Nathalie Appéré met un manoir à la disposition des migrants Les clins d’œil de la municipalité socialiste de Rennes gérée par Nathalie Appéré aux associations

Louis, 75 ans, retraité, chassé de sa maison par des squatteurs

Louis 75 ans retraité, chassé de sa maison par des squatteurs. Un reportage signé LDC News. Le retraité subit actuellement des menaces, des agressions. Il témoigne sous anonymat car il a peur, et les autorités ne font rien. Cette affaire n’est pas sans rappeler le cas Maryvonne Thamin que Breizh-info avait révélé puis largement couvert il y a quelques années.

clandestins réfugiés

Nantes. Un nouveau squat de migrants en bas du marché de Talensac

Un collectif d’extrême-gauche a ouvert cette semaine un nouveau squat de migrants, rue Moquechien – en bas du marché de Talensac, près du site d’ERDF et de la Poste cours des Cinquante Otages. Et en face de la préfecture. L’installation, qui ne manque pas d’inquiéter les riverains, aurait pu être faite suite à des complicités entre syndicats et extrême-gauche. Le

Nantes_squat_migrants

Insécurité à Nantes : encore un squat de migrants quartier Graslin

Les faits-divers se multiplient dans le quartier situé entre la place Graslin et Notre-Dame de Bon Port, le long des rues de l’Héronnière, Verrerie, Dobrée, d’Alger, Bréa… dans les alentours de l’ancien squat de migrants. Un nouveau a été brièvement ouvert cette nuit après une intrusion. Sur les réseaux sociaux, voici le témoignage d’un riverain : « cette nuit [du 9 au

doulon_nantes

Migrants à Nantes : la maison du peuple de Doulon remplacée par un autre squat en centre-ville

Ce 15 octobre, le squat de la « maison du peuple » installé début juillet dernier dans un ancien local professionnel amianté et inflammable, rue Jules Ferry à Doulon (Nantes-est), a été expulsé. Néanmoins, sur place, les forces de l’ordre ont trouvé 45 migrants dont 18 enfants, des familles qui auraient été « sorties » du gymnase squatté près de Beauséjour « pour que l’état prenne

squat_fay

Nantes : le squat de la « maison du peuple » menacé d’expulsion

Installée le 2 juillet par l’extrême gauche dans l’ancien entrepôt et laboratoire d’un traiteur, 15 rue Jules Ferry à Nantes (entre mairie de Doulon et boulevard de Doulon), la « maison du peuple » est sous le coup d’un arrêté d’expulsion, au grand soulagement des riverains. Problème : outre les militants d’extrême gauche, elle abrite aussi des migrants en situation irrégulière,

squat

Evacuation du gymnase squatté à Nantes : 17 migrants clandestins transférés en CRA

Lors du début de l’évacuation ce mardi des migrants qui occupent le gymnase de l’ex-collège Jeanne Bernard à Saint-Herblain, à 100 m des limites communales de Nantes (Beauséjour), 17 migrants ont été, selon nos informations, transférés vers des centres de rétention administratives. Ils sont en effet soit sous le coup d’obligations de quitter le territoire français (OQTF), soint interdits de

squat

Squat de migrants du gymnase à Saint-Herblain : 65 migrants évacués sur 800 squatteurs

« C’est de la poudre aux yeux », résume un riverain. « Le préfet se fout de nous », tranche un autre. Quelques jours après qu’un tchadien de 32 ans ait été découvert mort au gymnase de l’ex-lycée Jeanne Bernard, près de Beauséjour, sur Saint-Herblain à 100 m des limites communales de Nantes, la préfecture de Loire-Atlantique s’est enfin décidée à faire quelque chose.

squat_fay

Nantes : un squat de migrants expulsé quartier Saint-Félix

Installé depuis le début de l’année 2019, le squat de familles de migrants clandestins dans un immeuble promis à la destruction boulevard Amiral Courbet, qui avait obtenu trois mois de sursis en mars dernier, a finalement été expulsé. Une vingtaine de personnes dont 14 enfants originaires du Tchad, Guinée, Soudan et Maroc ont été expulsées ce 3 septembre vers 9h30

migrants_nantes

Invasion de migrants à Nantes. Le squat de Saint-Herblain s’agrandit

Nous avons récemment relaté la colère des riverains du squat de migrants situé à Saint-Herblain. Chaque semaine, il en arrive de nouveaux, comme ailleurs dans Nantes, « ville ouverte » à tous les vents désormais. Le terme « invasion » d’ailleurs, qui selon la définition du Larousse, consiste en « l’irruption de gens qui occupent un lieu en grand nombre » est

squat_nantes

Nantes : un squat de migrants expulsé rue de la Carterie

Une douzaine de migrants  squattaient depuis mai un bâtiment qui appartenait à Harmonie Habitat au numéro 19 de la rue de la Carterie. Ils en ont été expulsés. Un migrant clandestin a été interpellé par la police aux frontières et un militant d’extrême-gauche qui s’opposait aux forces de police a aussi été arrêté. Il avait déjà été interpellé le 9

escarpolette

Vol au dessus d’un nid de coucou. Un squat de Rennes recherche une personne « non-blanche » et « cisgenre pas hétéro »

Quand des squatteurs de Rennes (du squat l’Escarpaulette situé 90 rue de la Pilate à St Jacques de la Lande) passent une annonce pour recruter des co-squatteurs, cela donne ça : Escarpaulettes, squat d’accueil à Rennes, légal jusqu’au 15 août 2018, cherche à compléter son équipe. Nous sommes uniquement des personnes poly-opprimées (nous faisons face à plusieurs systèmes qui nous

roms

Annecy (Haute-Savoie). Une maison squattée par des Roms, les gendarmes placent en garde à vue… le propriétaire ! [Vidéo]

Avoir sa maison squattée par des Roms, voir les gendarmes refuser de les expulser, essayer de les faire partir par soi-même puis finir en garde à vue : tel est le cauchemar vécu par un propriétaire à Annecy. Une maison squattée pour la troisième fois par des Roms Entre les agressions, l’islamisation, le trafic de stupéfiants et les vols en

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de Rochefort-du-Gard. Le premier qui occupe l’étage s’en va au bout de 8 mois sans payer un seul loyer. Au rez-de-chaussée, le second cesse également rapidement de payer son loyer. A son retour en métropole, la retraitée découvre une autre mauvaise surprise.

Bondy : un propriétaire déloge des squatteurs de chez lui – il est placé en garde à vue

Ce pavillon, c’est celui de Fernando, le fruit de toute une vie de travail. Il y a une semaine alors qu’une agence s’occupe de lui chercher des locataires, leurs voisins et amis aperçoivent de la lumière dans la maison. La maison est en effet occupée par une femme et son enfant. Découragé par la lenteur des procédures légales, Fernando charge

Nantes_squat_migrants

Nantes. Encore deux squats de migrants

Une centaine de migrants cornaqués par des associations d’extrême-gauche, dont l’Autre Cantine, ont trouvé refuge dans d’anciens bureaux d’Orange, à l’angle des rues Daubenton et Babonneau. A la place des 3847 m² de bureaux, propriété d’une société rennaise, devaient s’ériger trois immeubles et cinq maisons de ville. Selon nos informations, ce sont principalement des déboutés du droit d’asile et des

« Préférence nationale au logement ». Des jeunes identitaires d’Angers (L’Alvarium) occupent un immeuble

Des membres de l’Alvarium, association de jeunes identitaires d’Angers, occupent depuis 2018 un bâtiment d’Alter cités, rue Thiers, à Angers. Un bâtiment inoccupé, dans lequel ils ont effectué des travaux depuis plusieurs mois donc, et dont ils ont officialisé l’occupation la semaine dernière. Le journal Ouest France, qui s’est fait écho de l’occupation, a par ailleurs menti en expliquant que

Après l’exaction de Théoule-sur-Mer. Une pétition contre l’impunité pour les squatteurs

Le média Damoclès, dont nous avions interrogé le responsable Samuel Lafont, vient de lancer une pétition, déjà particulièrement signée – c’est dire si le sujet heurte – à propos de l’impunité dont bénéficient actuellement les squatteurs, comme nous avons pu le voir en marge de l’affaire à Théoule-sur-Mer ces derniers jours. Voici le texte de la pétition ci-dessous, ainsi qu’un

Saint-Herblain

Saint-Herblain (44). Plus d’un million d’euros de dégâts causés par des Roms

À Saint-Herblain, des Roms ont vécu illégalement plusieurs mois dans les anciens locaux de Kent Marine avant d’être expulsés. Après leur passage, plus d’un million d’euros de dégâts ont été constatés sur place. Les images parlent d’elles-mêmes… 5000 m2 de locaux saccagés par les Roms Chère, très chère addition laissée par des Roms au n° 8 et au n° 10

Rennes. La municipalité de Nathalie Appéré demande la non-expulsion de migrants squatteurs

À Rennes, la municipalité va faire le nécessaire pour que les migrants installés dans un manoir appartenant à la ville par un collectif d’extrême-gauche ne soient pas expulsés. Les élections se rapprochent… La municipalité de Nathalie Appéré met un manoir à la disposition des migrants Les clins d’œil de la municipalité socialiste de Rennes gérée par Nathalie Appéré aux associations

Louis, 75 ans, retraité, chassé de sa maison par des squatteurs

Louis 75 ans retraité, chassé de sa maison par des squatteurs. Un reportage signé LDC News. Le retraité subit actuellement des menaces, des agressions. Il témoigne sous anonymat car il a peur, et les autorités ne font rien. Cette affaire n’est pas sans rappeler le cas Maryvonne Thamin que Breizh-info avait révélé puis largement couvert il y a quelques années.

clandestins réfugiés

Nantes. Un nouveau squat de migrants en bas du marché de Talensac

Un collectif d’extrême-gauche a ouvert cette semaine un nouveau squat de migrants, rue Moquechien – en bas du marché de Talensac, près du site d’ERDF et de la Poste cours des Cinquante Otages. Et en face de la préfecture. L’installation, qui ne manque pas d’inquiéter les riverains, aurait pu être faite suite à des complicités entre syndicats et extrême-gauche. Le

Nantes_squat_migrants

Insécurité à Nantes : encore un squat de migrants quartier Graslin

Les faits-divers se multiplient dans le quartier situé entre la place Graslin et Notre-Dame de Bon Port, le long des rues de l’Héronnière, Verrerie, Dobrée, d’Alger, Bréa… dans les alentours de l’ancien squat de migrants. Un nouveau a été brièvement ouvert cette nuit après une intrusion. Sur les réseaux sociaux, voici le témoignage d’un riverain : « cette nuit [du 9 au

doulon_nantes

Migrants à Nantes : la maison du peuple de Doulon remplacée par un autre squat en centre-ville

Ce 15 octobre, le squat de la « maison du peuple » installé début juillet dernier dans un ancien local professionnel amianté et inflammable, rue Jules Ferry à Doulon (Nantes-est), a été expulsé. Néanmoins, sur place, les forces de l’ordre ont trouvé 45 migrants dont 18 enfants, des familles qui auraient été « sorties » du gymnase squatté près de Beauséjour « pour que l’état prenne

squat_fay

Nantes : le squat de la « maison du peuple » menacé d’expulsion

Installée le 2 juillet par l’extrême gauche dans l’ancien entrepôt et laboratoire d’un traiteur, 15 rue Jules Ferry à Nantes (entre mairie de Doulon et boulevard de Doulon), la « maison du peuple » est sous le coup d’un arrêté d’expulsion, au grand soulagement des riverains. Problème : outre les militants d’extrême gauche, elle abrite aussi des migrants en situation irrégulière,

squat

Evacuation du gymnase squatté à Nantes : 17 migrants clandestins transférés en CRA

Lors du début de l’évacuation ce mardi des migrants qui occupent le gymnase de l’ex-collège Jeanne Bernard à Saint-Herblain, à 100 m des limites communales de Nantes (Beauséjour), 17 migrants ont été, selon nos informations, transférés vers des centres de rétention administratives. Ils sont en effet soit sous le coup d’obligations de quitter le territoire français (OQTF), soint interdits de

squat

Squat de migrants du gymnase à Saint-Herblain : 65 migrants évacués sur 800 squatteurs

« C’est de la poudre aux yeux », résume un riverain. « Le préfet se fout de nous », tranche un autre. Quelques jours après qu’un tchadien de 32 ans ait été découvert mort au gymnase de l’ex-lycée Jeanne Bernard, près de Beauséjour, sur Saint-Herblain à 100 m des limites communales de Nantes, la préfecture de Loire-Atlantique s’est enfin décidée à faire quelque chose.

squat_fay

Nantes : un squat de migrants expulsé quartier Saint-Félix

Installé depuis le début de l’année 2019, le squat de familles de migrants clandestins dans un immeuble promis à la destruction boulevard Amiral Courbet, qui avait obtenu trois mois de sursis en mars dernier, a finalement été expulsé. Une vingtaine de personnes dont 14 enfants originaires du Tchad, Guinée, Soudan et Maroc ont été expulsées ce 3 septembre vers 9h30

migrants_nantes

Invasion de migrants à Nantes. Le squat de Saint-Herblain s’agrandit

Nous avons récemment relaté la colère des riverains du squat de migrants situé à Saint-Herblain. Chaque semaine, il en arrive de nouveaux, comme ailleurs dans Nantes, « ville ouverte » à tous les vents désormais. Le terme « invasion » d’ailleurs, qui selon la définition du Larousse, consiste en « l’irruption de gens qui occupent un lieu en grand nombre » est

squat_nantes

Nantes : un squat de migrants expulsé rue de la Carterie

Une douzaine de migrants  squattaient depuis mai un bâtiment qui appartenait à Harmonie Habitat au numéro 19 de la rue de la Carterie. Ils en ont été expulsés. Un migrant clandestin a été interpellé par la police aux frontières et un militant d’extrême-gauche qui s’opposait aux forces de police a aussi été arrêté. Il avait déjà été interpellé le 9

escarpolette

Vol au dessus d’un nid de coucou. Un squat de Rennes recherche une personne « non-blanche » et « cisgenre pas hétéro »

Quand des squatteurs de Rennes (du squat l’Escarpaulette situé 90 rue de la Pilate à St Jacques de la Lande) passent une annonce pour recruter des co-squatteurs, cela donne ça : Escarpaulettes, squat d’accueil à Rennes, légal jusqu’au 15 août 2018, cherche à compléter son équipe. Nous sommes uniquement des personnes poly-opprimées (nous faisons face à plusieurs systèmes qui nous

À LA UNE

Gastronomie à Nantes : le Square, au terminus (provisoire) du Busway
Sécheresse. En Bretagne, même la navigation sur les canaux connaît des restrictions
Brest. Transport maritime et « solutions vertes » au programme de la Sea Tech Week du 26 au 30 septembre [Vidéo]
Santé. La choline, un nutriment qui ne demande qu'à être connu !

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !