20/06/2015 – 07H00 Rennes (Breizh-info.com) – Les situations ubuesques relatives à l’immigration couplée avec la délinquance se multiplient ces derniers temps. Nos confrères de Lengadoc-info relataient la semaine dernière qu’un immigré de nationalité Syrienne avait été remis en liberté « parce qu’il refusait d’être expulsé » en étant pourtant sous arrêté d’expulsion. Une affaire similaire a été jugée à Rennes, avec des circonstances aggravantes.

3 individus passaient en jugement pour des vols de téléphones à des étudiants le jeudi soir, place des Lices, dans la nuit du 26 au 27 mars. Outre les deux « mineurs » (leurs identités ne sont pas authentifiées), un majeur de 20 ans, soupçonné d’être le meneur du groupe, a été condamné. Huit mois de prison avec sursis, relaxe pour les deux autres.
L’individu n’a écopé d’aucune mesure de reconduite immédiate à la frontière alors même qu’il avait reçu en 2014 une obligation de quitter le territoire français et ne s’y était pas conformé.

De quoi alimenter les arguments de ceux qui voient dans la capitale bretonne une zone de non-droit à ciel ouvert. En effet, ce genre d’affaires se multiplie, comme le démontre la rixe ayant mis en cause des mineurs isolés étrangers la semaine dernière.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

2 Commentaires

  1. Un Syrien est sans doute un bon musulman, de la religion de nos maitres et seigneurs. Nous sommes tenus de leur fournir asile et confort, pas comme pour nôtres retraités qu’après avoir travaillé et cotisé toute une vie, sont souvent obligées de faire les poubelles (hormis, évidemment politiques et fonctionnaires). D’ailleurs leurs noms n’apparaissent pas car ils ne doivent pas être stigmatisés. Allah Akbar

Comments are closed.