Tour de France 2015 : l’art de prendre le spectateur pour un con

A LA UNE

28/07/2015 – 06h00 France (Breizh-info.com) – 7 étapes de haute-montagne, pas de contre la montre individuel d’ampleur, des pavés, des bordures, des étapes vallonnées, et, nous disait-on, un quatuor surnommé « les 4 fantastiques » qui devait se livrer une bataille farouche à la conquête du maillot jaune. Non sans être concurrencé sans doute par quelques invités surprises, dont des révélations françaises, avec en plus une veille d’arrivée à Paris au sommet de l’Alpe D’Huez.
Voilà la bande-annonce de ce Tour de France 2015 concocté avec brio par Christian Prudhomme et qui se déroulait du 4 au 26 juillet. Nous l’avions présenté plus longuement début juillet.

Force est de constater, pour quiconque a regardé cette édition 2015 de la course cycliste mythique (la troisième compétition sportive la plus suivie au monde), que le spectateur a été pris pour un con par les champions, par leurs équipes et par la société organisatrice du Tour, ASO.
Il est vrai que se faire de l’argent avec un mythe du vélo et du sport est plus facile que de proposer des règles obligeant les coureurs à ne pas calculer en permanence l’impact du moindre de leur coup de pédale.

Christopher « moulinette » Froome remporte donc cette édition, à Paris, avec 1min12 d’avance sur le plus mauvais stratège cycliste de l’histoire, Nairo Quintana. Mauvais stratège et nigaud, tant il est difficile de qualifier autrement celui qui a été présenté comme un pur grimpeur et voltigeur en haute-montagne. Le Colombien a attendu les 4 derniers km de l’avant dernière étape de haute-montagne puis la dernière ascension des 26 difficultés répertoriées de ce Tour avant de passer à l’offensive …

Une offensive menée pour reprendre pas loin de 4 minutes au leader, sans que la Movistar, l’équipe de Quintana ne mette quoi que ce soit en oeuvre pour « faire péter » l’équipe de « Froomebylette » pourtant à la dérive dans les deux dernières étapes .

Le résultat, c’est Quintana qui reprend 2 minutes en deux étapes à un Froome en difficulté mais solidement défendu par des coéquipiers ayant eu la permission des autres équipes de le suivre jusqu’aux derniers cols, tels des leaders …
Le sud-américain n’aura même pas eu le luxe de remporter l’étape de l’Alpe-d’Huez. Selon certains commentateurs sportifs, celle-ci aurait presque rattrapé la nullité de cette édition 2015 du Tour. Thibaut Pinot, que tous les observateurs voyaient prétendre au podium et qui a loupé totalement ses deux premières semaines de course, a réussi – enfin – à concrétiser une de ces nombreuses chevauchées en montagne.

Sur 20 étapes individuelles, ce Tour de France aura vu seulement 3 coureurs du Top 15 remporter une étape (Bardet, Froome et Nibali). Voilà qui démontre l’arnaque d’une compétition où les étapes sont abandonnées à de courageux baroudeurs ou à des seconds couteaux temporaires ( 4 victoires entre la 15ème et la 30éme place, avec Pinot, Majka, Rodriguez et Vuillermoz) pendant que les leaders s’observent bien tranquillement jusqu’à la dernière bosse.

Seul Nibali, le requin de Messine, fidèle à son tempérament et à son panache en mode « tout ou rien » aura tenté , avec des moyens limités, de contester un Christopher Froome. Face à lui, même des grimpeurs de la trempe de Contador, de Valverde, ou de Gesink n’ont rien pu faire. Inutile de commenter les trois semaines de courses du britannique. Rendez-vous dans quelques années, comme pour Lance Armstrong . Inutile également de revenir sur les Pyrénées, où il ne s’est rien passé hormis à La Pierre Saint-Martin.

Que retenir d’autre de ce Tour de France ? Des barrières installées à l’Alpe d’Huez , des zones de départ et d’arrivée transformées en camps retranchés inaccessibles au public,  une caravane gigantesque distribuant à tour de bras des objets publicitaires de plus en plus laids et … Bauke Mollema qui attaque pour la première fois de sa carrière dans le Tour à deux kilomètres d’un sommet ….

Dans le vélo aussi, on tente d’aseptiser une compétition sportive pourtant populaire. Le public est désormais invité à bien se tenir, à bien se garer, à ne pas trop consommer d’alcool et à ne surtout pas s’en prendre verbalement à certains coureurs qui se moquent d’eux durant des semaines .

Panem et Circenses, et que vive le sport surtout, diraient un Thierry Adam ou un Laurent Jalabert, commentateurs du service public obligés de ne pas démotiver l’ensemble des téléspectateurs durant ces longues heures d’ennui . Des commentateurs sportifs qui n’auront pas non plus manqué – politiquement correct teinté de colonialisme oblige – de marteler durant trois semaines le courage et la beauté (si si, Gerard Holtz) de D.TEKLEHAIMANOT  (MTN – ERY, coureur noir africain qui finit 49ème au classement général après avoir été maillot à pois trois jours en remportant deux 4ème catégorie.

Suggestions pour les prochaines éditions :

– réduire les étapes de haute-montagne à 50 km pour qu’il n y ait plus l’excuse de la longueur pour les leaders ou les rallonger à 300 km pour privilégier baroudeurs et aventuriers ( de Sagan à Voeckler en passant par Geschke, Bardet, Pinot, Plaza et beaucoup d’autres, mêmes équipiers anonymes). Il en existe encore dans le peloton qui se tuent sur un vélo et qui transmettent des valeurs d’abnégation et de courage.

– Eliminer les 5 derniers coureurs de chaque étape, pour redonner un vrai rôle aux équipiers et pour sanctionner les moins bons du jour. 80 coureurs pour se disputer l’étape des Champs Elysées sans les sprinteurs, ça aurait un peu plus d’intérêt …

– supprimer les oreillettes qui faussent la course en permanence. Les Watts, les intérêts de course et les stratégies, c’est avant l’étape que ça se prépare, pas pendant.

– Pénaliser en temps les coureurs du TOP10 final qui n’auront pas remporté une seule étape.

– Interdire la participation d’un coureur qui n’aurait pas, au préalable, participé également à quelques classiques. Il n’est pas normal qu’un Froome se prépare exclusivement pour trois semaines de compétition quand des Sagan, Vanmarcke ou Valverde affrontent les pavés de Roubaix ou le Mur d’Huy …

– Rétablir les équipes nationales (on peut toujours rêver …) et/ou régionales (processus entamé avec Bretagne Séché Environnement comme avec Euskaltel il y a quelques années)

Pas sûr toutefois que la magie et la passion, qui s’effritent chaque année un peu plus sur Le Tour de France, n’émeuvent plus que cela organisateurs et coureurs. Toujours plus riches (pour les stars), toujours plus sollicités, toujours plus dans une logique commerciale. Celle-ci est finalement le grand vainqueur d’une course qui fût jadis populaire.

Yann Vallerie

Crédit photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

« Wallah, je vais cracher dans la bouche de ta fille » : Révélations sur Moussa, individu qui dénonçait des « violences policières »

Le 17 septembre 2021, dans la cité du Pavé Neuf, à Noisy-le-Grand, un individu prénommé Moussa est interpellé par...

2 Commentaires

  1. Oui Yann Vallerie. Vous avez raison. Mais si vous le permettez je rajouterais que: Lorsque nous regardons le Tour, c’est le Tour que nous voulons voir. Pas si les montagnes sont belles … les châteaux sont beaux … les rivières sont merveilleuses … les rétros sur les Tours précédents … les plats cuisinés … les publicités … etc … etc … et on nous montre tout cela alors que nous voulons voir le Tour. En plus, les coupures du Tour le sont rarement pendant une « accalmie » mais pratiquement toujours à une période « stratégique ». Alors moi, le Tour, plein le dos (parce que je suis poli).
    Le Tour, pour moi, ce sera du passé parce que, comme il est présenté, il ne m’intéresse plus !!!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés