somaliens

14/09/2015 – 08h00 Rennes (Breizh-info.com) – A Rennes, 18 Somaliens commencent à poser de sérieux problèmes à la préfecture. Ils se disent « victimes de l’islamisme radical » en Somalie, sont entrés clandestinement en France, et ne veulent désormais plus en partir. Pire encore, ils ont maquillé leurs empreintes digitales en se ponçant le bout des doigts ou en les badigeonnant de colle afin d’empêcher toute vérification de leur identité.

Cela n’empêche pas la préfecture de Rennes de leur proposer une nouvelle fois une solution de relogement – en attendant de pouvoir contrôler leurs identités. Ces 18 clandestins, appuyés par l’extrême gauche rennaise et notamment par l’association « un toit c’est un droit » ainsi que par EELV – qui siège au conseil municipal – campent actuellement sur la pelouse du parc des sports des Gayeulles, à Rennes.

La Ville de Rennes a demandé un avis d’expulsion devant le tribunal administratif – tout en promettant de libérer des logements pour accueillir d’autres immigrés clandestins, syriens ou irakiens ceux là . Les juges ne rendront pas leur décision avant début octobre.

Parmi ces 18 individus, 6 ont déjà été déboutés de leur demande d’asile auprès de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) : ils devraient donc, selon la loi , être immédiatement expulsés du territoire : il n’en sera rien. Les autres Somaliens – rien ne prouve qu’ils le soient vraiment – sont quant à eux dans l’attente de l’instruction de leurs dossiers .

La ville de Rennes, dirigée par Nathalie Appéré , a la ferme intention d’augmenter les possibilités d’accueil pour les immigrés clandestins dans sa commune, par l’extension notamment du dispositif  Coorus ( Coordination réseau urgence sociale) votée en conseil municipal, la semaine dernière. Dans un communiqué, les conseillers municipaux d’Europe Ecologie ont demandé à la municipalité d’être cohérente, et d’accélérer l’accueil des clandestins.

Du côté de l’opposition de droite, menée par Bertrand Plouvier – par ailleurs directeur de campagne de Marc Le Fur aux régionales – c’est encéphalogramme plat : impossible de le joindre sur cette question. Dans une interview donnée ce jour à la presse quotidienne subventionnée, il indique néanmoins sa volonté de « traiter le mal à la racine, concernant les réfugiés, en menant une lutte déterminée contre le terrorisme, contre Daesh, contre l’Etat Islamique ».

Gilles Pennelle, candidat du Front national, a quant à lui réagi sur facebook : « Nous ignorons l’identité de nombreux migrants et la submersion continue : la France, pays des droits de l’Autre ! »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

12 Commentaires

Comments are closed.