Jean-Jacques Foucher (DLF) : Défendre la ruralité et le gaullisme en Bretagne (4)

A LA UNE

05/11/2015 – 09H00 Rennes (Breizh-info.com) – Patron d’une PME dans l’outillage et conseiller municipal à Brie (35), Jean-Jacques Foucher mènera aux régionales la liste Debout la France de la région administrative Bretagne. Le mouvement – fondé en 1999 sous le nom de Debout la République comme courant du RPR, puis ayant pris son indépendance en 2007-2008 – se revendique gaulliste et s’ancre à droite. Le parti dirigé par Nicolas Dupont-Aignan au niveau national espère trouver sa place à droite, entre les mastodontes UMP et FN.

Jean-Jacques Foucher mènera la liste régionale et en Ille-et-Vilaine. Il est secondé par Julien Châtel dans le Finistère – c’est aussi un des attachés de presse nationaux du mouvement –, l’ancien gendarme Michel Bertin dans les Côtes d’Armor et dans le Morbihan Yves Cau, ancien attaché parlementaire du député Michel Grall, battu par Philippe Le Ray aux dernières législatives. Nous avons posé quelques questions à Jean-Jacques Foucher.

Breizh Info (BI) : Jean-Jacques Foucher, pouvez vous nous présenter les grands axes de votre programme ?

Jean-Jacques Foucher (JJF) : Nous défendons l’équilibre des territoires, bouleversé par la loi NOTRE. Par exemple, nous sommes pour le fléchage des subventions aux EPCI [communautés de communes] et non aux pays qui en regroupent plusieurs, afin que l’argent soit alloué au plus près des communes. Nous voulons aussi assurer le maintien des Intercités et finir les travaux de la RN166. Nous soutiendrons aussi toutes les initiatives qui équilibreront la ruralité face aux villes – par exemple aider les communes qui souhaitent garder des commerces ou des équipements, des postes d’essence http://www.ouest-france.fr/plouray-construit-sa-station-service-communale-3594643 par exemple pour maintenir leur attractivité et maintenir les gens sur leurs territoires.

Nous voulons aussi alléger les normes, et diminuer les dépenses de communication et de fonctionnement – ces dernières pèsent 155 millions d’€ dont 5 millions pour les élus. C’est inadmissible que chacun d’eux touche 2000 € et plus pour deux jours de présence par mois. Et enfin nous soutiendrons l’agriculture et la pêche. Même si la région n’a pas tous les leviers : au niveau national par exemple, il est urgent d’arrêter TAFTA [les négociations pour le grand marché transatlantique, ou TTIP, ou TAFTA, qui créerait une zone de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis] qui va enterrer notre agriculture et finir de tuer notre pêche.

BI : Que pensez vous de la réunification de la Bretagne ?

JJF : Historiquement, c’est justifié, surtout pour le nord de la Loire et le pays de Retz. Après, comme nous sommes gaullistes, nous sommes pour l’expression du peuple souverain. Il faut un réferendum dans les quatre départements de Bretagne administrative pour savoir s’ils sont d’accord et en Loire-Atlantique évidemment.

BI : Suite au rejet par le Sénat de la Charte des Langues minoritaires, êtes vous favorable à ce texte ?

JJF : On est pour que le breton soit enseigné aux gens qui le veulent, bien sûr. Mais nous sommes opposés à la coofficialité et évidemment à ce qu’il se substitue au français.

BI : Que pensez-vous du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes, soutenu par le gouvernement et par une partie de la droite parlementaire ?

JJF : Ce projet est né il y a 40 ans, il est temps de passer à autre chose. Il ne correspond plus aux réalités actuelles. Puis c’est curieux que l’aéroport de Genève ne soit pas saturé avec 15 millions de passagers http://www.gva.ch/desktopdefault.aspx/tabid-244/ et une piste, alors que celui de Nantes l’est avec un peu plus de 4 millions.

BI : Que pensez-vous des migrants, que plusieurs communes des cinq départements bretons – une soixantaine à ce jour sur 1491 – accueillent ?

JJF : Il faut faire très attention avec cela, et refuser de jouer sur l’émotion. Déjà, il faut différencier les réfugiés de guerre, destinés à rentrer chez eux lorsque les hostilités seront terminées, et les autres. Ensuite, la région, et même la nation, n’a pas toutes les clés. Il faut que l’Europe se montre ferme. L’Allemagne, qui a ouvert ses portes, a probablement sous-estimé le phénomène et se retrouve débordée. L’UE essaye même de fixer les migrants en amont en Turquie et dans les Balkans. Il faut surtout stabiliser les pays d’où ils viennent, comme les Russes le font très bien en Syrie.

BI : Quel bilan tirez-vous de la gestion par la majorité de gauche sortante ?

JJF : Elle a manqué d’audace. C’est inadmissible que la RN166 ne soit pas finie. Elle n’a pas réussi à imposer la réalisation des LGV Brest-Rennes et Quimper-Rennes et n’a pas fait assez d’investissements.

BI : Quelles sont vos différences avec le FN et l’UMP ?

JJF : Avec le FN, c’est simple, nous n’avons pas les mêmes racines. Nous sommes héritiers du général de Gaulle, eux de Tixier-Vignancourt et de l’OAS. Nous ne sommes pas pour la fermeture des frontières et la fin de l’UE, nous ne voulons pas renverser la table. Nous pensons qu’on peut trouver des solutions en faisant évoluer le système. Enfin nous sommes opposés au fait de donner la France à la PME familiale Le Pen.

Et contrairement à l’UMP nous sommes opposés à l’UE libérale et supranationale. Nous voulons rapatrier les responsabilités : l’UE s’est construite sur la subsidiarité, c’est à dire qu’elle assumait ce que les Etats ne pouvaient ou ne voulaient faire chacun de leur côté. Il faut y revenir, car aujourd’hui on n’est plus maître de rien, à commencer par notre budget.

BI : Enfin, quels sont vos objectifs ?

JJF : Dans l’idéal faire 10% et être présents au second tour. Faire porter aussi une voix différente. Si nous ne sommes pas au second tour nous ne donnerons pas de consigne de vote : les voix de nos électeurs ne nous appartiennent pas.

Crédit photos  :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le RC Vannes s’impose avec la manière à Colomiers (23-29)

Le RC Vannes est de retour pour leur jouer un mauvais tour ! Vendredi 26 novembre, le XV Breton...

Liverieg : Tapet o laerañ el Lidl, ar Romez a ziskenn he c’hulotenn

D'ar 26 a viz du ez eus bet kondaonet ur Roumanez gant lez-varn Roazhon evit "emziskuzh seksel" ha "laeradenn"....

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés