Réunification bretonne. Rares sont les candidats qui y sont hostiles

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

03/12/2015 – 19H00 Bretagne ( Breizh-info.com) – Ouest-France (25 novembre 2015) a, comme Breizh-info, interrogé les candidats aux élections régionales sur la réunification. Il y a ceux dont la réponse est franche et massive : Gaël Roblin (« une exigence démocratique ») , Jean-Yves le Drian (« une revendication historique, forte et légitime » ), Bertrand Deléon ( « si l’on n’y prend garde, le projet de fusion avec les Pays de la Loire reviendra bientôt »), Christian Troadec ( « le retour de Nantes et de la Loire-Atlantique serait pour la Bretagne une chance inouïe car elle deviendrait la première région maritime d’Europe »), Gilles Pennelle ( « L’UMP et le PS, au gouvernement depuis des années, ne l’ont pas voulu »), Marc le Fur ( « Pourquoi refuse-t-on aux Bretons ce que l’on accord aux Normands ? »), René Louail ( « une démocratie revivifiée s’inscrit dans la cohérence économique, historique, culturelle et prendre en compte la volonté des habitant-e-s »).

Suivent les mous du genou qui se réfugient derrière un écran de fumée : Jean-François Gourvenec ( « un référendum local d’initiative populaire»), Jean-Jacques Foucher ( « un référendum est indispensable »), Xavier Compain ( « il faut cependant s’assurer de la volonté majoritaire des Bretons en les consultant par une procédure démocratique ») ? Ces trois personnages pratiquent la démocratie à sens unique : lorsqu’il s’agit de diviser la Bretagne, il n y a pas besoin de référendum. Mais, bizarrement, un référendum devient nécessaire dès lors que la question de la réunification apparait. A coup sûr, nous avons affaire à trois jacobins mal débarbouillés qui ont trouvé dans le « référendum » un moyen élégant de s’opposer à la réunification.

La championne s’appelle Valérie Hamon (Lutte ouvrière) : « En quoi le fait de modifier les limites de la Région pourrait changer le sort des travailleurs ? ». Ne lui en déplaise, les travailleurs sont concernés par le sentiment d’appartenance ; ils veulent être de quelque part. Valérie Hamon est bien placée pour savoir qu’il n y a pas moins internationaliste qu’un ouvrier. Les classes populaires ressentent plus que jamais le besoin d’enracinement, à la différence de la classe pensante, dirigeante et possédante – la grande gagnante de la mondialisation. Et si les travailleurs considèrent la Bretagne comme leur cadre de vie normal, c’est évidemment à la Bretagne historique qu’ils se réfèrent.

Evidemment, Valérie Hamon n’a pas encore eu le temps de constater que son internationalisme faisait comme avec « le libéralisme intégralement développé » qui est, « bien entendu, incompatible avec toute notion de frontière ou d’identité nationale » (J.C. Michéa, « les mystères de la gauche »).

Bernard Morvan

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à...

3 Commentaires

  1. Quel festival d’hypocrites, tout de même ! On sait bien que Le Drian a tout fait pour que le 44 ne soit pas adjoint à la Bretagne dans le cadre de la réforme des régions. Et si localement, les militants FN sont pour la réunification, à Paris, le son de cloche est différent.

  2. « il n y a pas moins internationaliste qu’un ouvrier. » Exact. Ce sont eux qui s’en prennent plein la figure avec la concurrence internationale et sans espoir de pouvoir s’expatrier pour échapper aux taxes sur le salaire.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Isabelle Le Callennec (LR) : « Jersey, Saint-Brieuc… ou l’échec de la méthode »

Isabelle Le Callennec, tête de liste Les Républicains à l'occasion des élections régionales de juin 2021, vient d'adresser à la presse une tribune intitulée...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête au soir du 1er tour...

Nominoë et les Rois de Bretagne Episode 20

L'implantation des Vikings pèse lourdement sur la Bretagne, le peuple est éreinté, les hommes du nord établissent des bases proches du littoral et se...

Sondages régionales 2021 en Bretagne. Vers un second tour à 5 listes ?

Se dirige-t-on vers un deuxième tour des régionales à 5 listes ? À moins de deux mois des élections régionales en Bretagne, ce serait...