delinquance_bretagne

29/02/2016 – 07h30 Nantes (Breizh-info.com via Délinquance en Bretagne) – Voici un résumé des chiffres préfectoraux de la criminalité bretonne en 2015, repris (ou non) par la presse. À compléter avec les précisions statistiques de l’ONDRP, l’Observatoire national de la délinquance.

La préfecture de Loire‑Atlantique indique pour sa part que « le changement de logiciel de la police nationale au 1er avril 2015 rend difficile toute comparaison avec 2014, ce changement induisant une hausse moyenne estimé de 4 % des faits constatés. » La police nationale ne couvrant que les moyennes et grandes villes, seules ces dernières sont concernées par cette (éventuelle) précaution de lecture.

Pour citer les données criminelles, les communiqués de presse des préfets sont de meilleures sources que les articles de journaux. Le département 44 est le seul pour lequel nous avons trouvé un document de ce type, aussi nous reprenons en majorité les données incomplètes que la presse a publiées, et son vocabulaire.


CÔTES-D’ARMOR


En hausse

Infractions relevées +21,8 % par rapport à 2011
(1667 contre 1369)
Escroqueries et délits financiers +9,29 % par rapport à 2012
Atteintes volontaires à l’intégrité physique (a) +8,42 %
(année de comparaison incertaine, probablement 2012)
Cambriolages d’entreprises, vols à la roulotte, vols de deux roues chiffres inconnus

source 1 (1.02.2016)

(a) incluent les violences physiques non crapuleuses (sans mobile de vol, dont les agressions sur les agents de la force publique et des transports en commun), les violences physiques crapuleuses, les violences sexuelles, les menaces et chantages. Cet ensemble est également appelé « atteintes aux personnes. » Voir ce tableau pour un détail de la classification (source).


FINISTÈRE


En hausse par rapport à 2014

Faits de violence urbaine +43,84 %
Atteintes volontaires à l’intégrité physique +14,89 %
Escroqueries et délits financiers +10,69 %
Délinquance des mineurs +9,07 %
(en lien avec l’afflux de jeunes immigrés) (b)
Cambriolages +6,96 %

Autres données

l’éloignement du département n’est plus un frein aux filières d’Europe de l’est.
les services de sécurité et de justice considèrent que « le Finistère reste un département paisible où il fait bon vivre ».

► sources 2, 3 (8 et 9.02.2016)

(b) « Le préfet a souligné la hausse sensible du taux de délinquance juvénile et étrangère, lié aux flux migratoires, selon lui, et aux mineurs isolés, en perdition dans les zones urbaines » (source 2). On sait par ailleurs que certains de ces jeunes délinquants immigrés sont de faux mineurs qui mentent sur leur âge (lire en complément : Finistère : d’après l’Etat, la politique migratoire locale a fait bondir la délinquance, 5.02.2016)


ILLE-ET-VILAINE


En hausse par rapport à 2014

Homicides +125 %
(9 cas contre 4)
Délinquance des mineurs en zone urbaine +18 %
(1122 personnes concernées contre 950, en lien avec l’afflux de jeunes immigrés) (c)
Escroqueries +11 %
Agressions physiques +9 %
Crimes et délits en zone urbaine +5 %

En baisse

Atteintes aux biens -2,3 %
dont cambriolages -3,3 %

► sources 4, 5 (9.02.2016)

(c) Le pourcentage est calculé par nous selon les données de Ouest‑France  mises entre parenthèses. Le Télégramme  écrit spécifiquement pour Rennes que « la délinquance des mineurs passe de 19 % en 2014 à 21 % en 2015 », sans que l’on sache de quoi sont ces pourcentages : s’agit‑il d’une comparaison entre deux augmentations ? Toujours est‑il que la hausse de cette délinquance en Ille‑et‑Vilaine est due principalement, selon le rapport des deux journaux (sources 4 et 5), au vol à la tire et au trafic de stupéfiants pratiqués par de faux « mineurs étrangers isolés », notamment en groupe, et que le mensonge sur leur âge « permet de bénéficier de la clémence des tribunaux. »


LOIRE-ATLANTIQUE


En hausse par rapport à 2014

Trafic et revente de stupéfiants sans usage +24,24 %
Atteintes volontaires à l’intégrité physique +11 %
dont
menaces et chantages +22 %
violences familiales +14 %
Atteintes aux biens +3 %
dont
cambriolages +12 % (10 812 en 2015)
vols de véhicules +11 %

En baisse

Violences physiques crapuleuses -14 %
Destructions et dégradations -3 %

Autres données
La délinquance se professionnalise avec des réseaux aux ramifications internationales, pour les cambriolages notamment.
• Concernant les violences sexuelles, la préfecture a livré l’évolution des faits élucidés (+14 %), mais pas des faits constatés. En annexe de son communiqué de presse (source 6 ci-dessous), le tableau récapitulatif ne mentionne pas ce type de violences parmi les atteintes aux personnes, alors qu’elles font partie de cette classification (cf. note a). On ne connait d’ailleurs pas non plus leurs chiffres dans les autres départements bretons, si l’on se fie aux rapports de la presse.

► sources 6, 7 (4 et 5.02.2016)


MORBIHAN


En hausse par rapport à 2014

Escroqueries et abus de confiance +18,8 %
Cambriolages de locaux professionnels ou associatifs +16,7 %
Atteintes volontaires à l’intégrité physique +9,7 %
dont
menaces ou chantages +23 %
violences physiques non crapuleuses +8,7 %

En baisse

Vols de véhicules -11 %
Cambriolages de résidences principales -1,1 %

source 8 (5.02.2016)

En complément : Bilan 2014 : délinquance contrastée selon les départements (26.02.2015)

 Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

2 Commentaires

  1. […] Voici un résumé des chiffres préfectoraux de la criminalité bretonne en 2015, repris (ou non) par la presse. À compléter avec les précisions statistiques de l’ONDRP, l’Observatoire national de la délinquance.La préfecture de Loire‑Atlantique indique pour sa part que « le changement de logiciel de la police nationale au 1er avril 2015 rend difficile toute comparaison avec 2014, ce changement induisant une hausse moyenne estimé de 4 % des faits constatés. » La police nationale ne couvrant que les moyennes et grandes villes, seules ces dernières sont concernées par cette (éventuelle) précaution de lecture.Pour citer les données criminelles, les communiqués de presse des préfets sont de meilleures sources que les articles de journaux. Le département 44 est le seul pour lequel nous avons trouvé un document de ce type, aussi nous reprenons en majorité les données incomplètes que la presse a publiées, et son vocabulaire.   Suite de l’article […]

Comments are closed.