Redon. Le député Jean-René Marsac (PS) prépare sa retraite

A LA UNE

23/04/2016 – 06H30 Redon (Breizh-info.com) – « Sans compromis autour de la loi El Khomri, Hollande peut être éliminé au premier tour, et la gauche sévèrement battue dans la foulée aux législatives. » Et Jean Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, d’égrener : « Aucun député PC, aucun député EELV, 80 députés PS au maximum. Soit moins que le FN, qui pourrait en avoir une centaine. L’opposition à la droite, ce serait donc le Front national, pas nous. Et, alors, on pourrait s’accrocher pour revenir au pouvoir ! » (Le Canard enchaîné, 09/03/16).

Il faut croire que Jean-René Marsac (PS), député de Redon, a bien compris la leçon. Quatorze mois avant les élections législatives de 2017, il annonce en effet : « Je ne briguerai pas de troisième mandat de député » (Les infos du Pays de Redon, 13/04/16). Issu des milieux chrétiens (Scouts de France), M. Marsac a d’abord fait dans le culturel au sein du « groupement culturel breton des Pays de Vilaine ». Avant de se lancer dans la politique avec la casaque du PS : conseiller municipal, premier adjoint au maire de Redon, conseiller régional, jusqu’au miracle de 2007 : il est élu député, profitant du rejet dont souffrait alors le titulaire du poste, Alain Madelin (UMP), ancien ministre. Voulant éviter l’humiliation de la défaite et plusieurs sondages ayant montré son échec comme certain, M. Madelin jette l’éponge. Il ne se représente pas et préfère rester à l’abri, chez lui, à Paris.

Si bien que Jean-René Marsac, le régional de l’étape, l’emporte au second tour avec 52,93% des suffrages exprimés ; le représentant de la droite doit se contenter d’un 47,07%. Bénéficiant de la dynamique engendrée par le succès de François Hollande à l’élection présidentielle, il est réélu triomphalement au second tour de 2012 avec 62,30% ; il vire en tête dans 58 communes sur 61 ! Le représentant de la droite est écrasé avec 37,70%.

Il faut vraiment que les perspectives électorales soient inquiétantes pour que M. Marsac se retire aussi vite du circuit. Bien entendu, ses collaborateurs ont réalisé des projections à partir des élections régionales de décembre dernier. L’explication est sans doute à rechercher de ce côté-là. Si la réélection n’était qu’une simple formalité, gageons que M. Marsac se serait dévoué pour un troisième mandat ! Mais il faut compter avec « la montée du Front national » !

Bien entendu Jean-René Marsac a sa petite explication : « Si j’avais été plus jeune, j’aurais peut-être brigué un troisième mandat. Mais j’aurai 63 ans en 2017, lors des prochaines élections législatives. Si j’étais réélu, j’aurais 68 ans à la fin du mandat. Je préfère profiter autrement de la soixantaine » entre projets personnels et collectifs.

Ainsi M. Marsac aura le temps de réfléchir à son bilan. Par exemple les arrêts du TGV en gare de Redon.

B.M.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Wallah, je vais te tuer bêtement. Vive Macron ! ». La racaille en action contre des militants pro Zemmour à Toulouse

Des individus au quotient intellectuel visiblement déficient s'en sont pris hier soir à Toulouse à des jeunes militants qui...

Guingamp. Des centaines de manifestants pour la défense de l’hôpital et de sa maternité

Mais où sont toutes les familles qui ont bénéficié de la maternité de Guingamp au cours de ces dernières...

1 COMMENTAIRE

  1. Alain MADELIN avait abandonné sa circonscription par ennui, Jean-René MARSAC la laisse par dépit.
    Quel désert derrière eux ! Où sont les Faurecia, les éleveurs prospères de l’ex-« pétrole vert de la France », les dizaines de bus conduisant les ouvriers vers les usines Citroën ??
    Il reste l’arrière-goût amer des incantations pro-européennes, des abandons de souveraineté, et des renoncements.

    Reste à espérer que les électeurs de 4ème circonscription d’Ille et Vilaine n’aillent pas confondre la contrefaçon du PS représentée par les « Républicains » avec la véritable réaction au déclin, incarnée par le FN-RBM.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés