31/05/2016 – 14H30 Berlin (Breizh-info.com) –Le Dalaï-Lama va t-il subir les foudres de la bien-pensance européenne après ses propos contre l’immigration ?  «Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d’un autre côté, il y en a trop à présent» en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung avant de poursuivre : «L’Europe, l’Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l’Allemagne est l’Allemagne». Le chef spirituel des Tibétains, poussé à l’exil par les Chinois, reprend ainsi lui aussi la notion de Grand Remplacement qui menace, à court terme, l’Europe, si elle ne ferme pas ses frontières.

«Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L’objectif devrait être qu’ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays», a estimé le Dalaï Lama, qui était de passage à Berlin.

La question des réfugiés et plus globalement de l’immigration en Europe est passée au second plan médiatique depuis le mouvement social contre la Loi Travail.

Toutefois, les arrivées de « migrants » se poursuivent, y compris en provenance de pays qui ne sont pas en guerre . A Kerlaz petite commune du Finistère, 18 immigrés sont arrivés récemment, en provenance d’Irak, d’Iran (pays qui n’est pas en guerre) et d’Afghanistan, rejoignant ainsi six autres immigrés du Koweit (pays qui n’est pas en guerre) et du Soudan. A Saint-Malo, des mineurs isolés étrangers en provenance de plusieurs de ces pays posent des problèmes de sécurité aux locaux. A Lorient, une famille géorgienne, pourtant déboutée du droit d’asile, n’a toujours pas été expulsée vers son pays d’origine, un pays qui lui non plus n’est pas en guerre. La mobilisation d’associations de gauche et d’extrême-gauche vise à mettre une pression forte sur l’État, tout en tentant de toucher la population par le « viol psychologique » au nom de l’humanitarisme et des droits de l’homme.

La sortie percutante du Dalaï-Lama – incarnation du bouddhisme et de la sagesse asiatique – contraste  avec les appels incessants à l’immigration et à l’accueil émanant en particulier de l’Église catholique et du Pape François .

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

3 Commentaires

  1. Au vu de la nouvelle série d’agressions sexuelles en Allemagne, commis par des hommes fous de frustration sexuelle du fait de leur culture, la déclaration du Dalaï-Lama apparaît pragmatique et sage. Et terriblement plus adapté que la position ambiguë du pape, dont on se demande s’il pense encore aux chrétiens massacrés en Orient.

    • Le Pape est chrétien. Le Dalaï-Lama est bouddhiste.
      On pourrait aller chercher plus loin sur les personnages, le fils d’émigré (qui est rentré au bercail avec une promotion) et l’exilé à vie, dépossédée de sa terre (pourtant ingrate) ou autre.
      Mais la spiritualité suffit. Bouddha SG dit bien de prendre soin de son prochain mais pas sous l’image de petits enfants comme les paroles attribuées à un généreux mystique de Nazareth.

Comments are closed.