Loi Travail : manifestation dans le calme à Nantes, pas à Rennes

A LA UNE

29/06/2016 – 14H30 Nantes (Breizh-info.com) –La mobilisation contre la loi Travail faiblit, mais ne rompt pas. Une nouvelle journée de manifestations avait lieu ce 28 juin ; elle a rassemblé de 64.000 à 200.000 manifestants selon les sources. Près de 81 personnes ont été interpellées dont 38 à Paris, 8 à Lille et 3 à Rennes.

A Rennes, près de 1500 personnes ont défilé dans les rues. Les syndicats ont transmis au préfet près de 7000 bulletins suite à la « votation citoyenne » qu’ils ont organisée pour contrer la loi Travail. La manifestation s’est déroulée sans incidents notables, malgré la présence d’une centaine de membres de l’ultra-gauche locale. Cependant, au niveau de l’ancienne caserne Mac-Mahon, rue Anatole France, entre le centre-ville et le campus de Villejean, un manifestant a brûlé http://www.ouest-france.fr/ un drapeau français. Le feu ayant aussi pris dans son gant, il a été évacué vers l’hôpital avec une brûlure à la main. Le maladroit a été interpellé dans la foulée, ainsi que deux autres manifestants violents.

A Nantes, la manifestation syndicale a rassemblé de 3.300 à 5000 personnes, qui ont fait le tour du centre-ville dans le calme. Un millier de jeunes ouvraient le cortège, soit moins qu’aux précédentes éditions : l’effet des vacances et des épreuves de fin d’année a commencé à se faire sentir. Il y avait aussi moins de casseurs : à peine une quarantaine de jeunes, certains bien outillés cependant (bâtons, planches,bombes de peinture, clubs de golf) sans oublier les habituels foulards. Après la fin de la manifestation officielle devant la préfecture, un cercueil représentant le code du travail a été brûlé sur le rond-point au carrefour du cours des 50 Otages et de la rue Paul Bellamy.

Près de 600 jeunes ont alors tenté une manifestation sauvage, en redescendant vers Commerce ; une trentaine d’individus aux visages masqués par des foulards ouvraient le cortège. Ils ont cependant été bloqués au niveau de la place de l’Écluse par des forces de police qui barraient l’accès à Commerce, tout droit, ainsi que les rues du centre à gauche et à droite. Après deux jets de projectile sur les gendarmes mobiles positionnés côté Bouffay, les manifestants sont alors revenus à leur point de départ, où étaient toujours stationnés les syndicats, tandis que les forces de police les serraient doucement par les ruelles à droite. La dispersion s’est faite dans le calme.

Cette fois, à Nantes, le dispositif policier a évolué afin d’éviter les débordements – ce qui a réussi visiblement, puisqu’aucun projectile n’a été lancé, même sur la Préfecture. « Habituellement, nous tenions les coins, là, on a mis en place un dispositif plus mobile », explique un policier nantais. Ce sont ces colonnes de CRS et de gendarmes mobiles qui remontaient la manifestation par les côtés, pour barrer l’accès des rues adjacentes, ou fermer l’accès du pont de la tour LU ou du quai Sully. Une seule personne a été interpellée, « elle avait une interdiction de manifester », mais il n’y aura pas de suite judiciaire « car l’arrêté le concernant ne lui a pas été notifié ».

Par ailleurs, un millier de personnes ont défilé dans le calme à Saint-Nazaire, 300 à Saint-Brieuc, 450 à Brest, une trentaine à Quimperlé dans une opération escargot et 400 à Vannes.

Crédit photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Démolition, le Journal d’Anne France, Alternative Ulster, Pôle emploi la machine à asservir, J-M Caradec : la sélection littéraire hebdomadaire

Démolition, le Journal d'Anne France, Alternative Ulster, Pôle emploi la machine à asservir, J-M Caradec : voici la sélection...

Nantes. Huit vide-greniers et autant de règles sanitaires ?

Maintenant que de nombreuses associations sont enfin au point quant aux règles sanitaires à appliquer aux vide-greniers, et qu’un...

Articles liés