rebellion-principal

03/07/2016 – 07H35 Nantes (Breizh-info.com) – En janvier 2016, la chaine publique irlandaise RTE diffusait Rebellion, une série réalisée par Colin Teenvan, traitant de l’insurrection irlandaise de Pâques 1916. Depuis quelques jours, la mini-série de 5 épisodes est disponible sur Netflix France.

Rebellion  tourne autour du destin de trois femmes emportées dans les tourments de la révolution irlandaise. Le 3 août 1914 au soir, à Dublin, elles sont réunies et s’amusent dans une production musicale côte-à-côte ; mais alors qu’elles célèbrent l’évènement à l’issue de leur prestation quelques minutes plus tard, les cloches retentissent dans toute la ville : c’est la guerre qui a commencé. Après cet introduction, la série démarre vraiment le 18 avril 1916, à quelques jours du soulèvement de Pâques . A partir de cet instant, le destin de ces trois amies va basculer, et elles vont prendre des chemins divergents, par conviction, par fatalité mais aussi par amour.

C’est ainsi que l’une d’entre elle, Frances O’Flaherty, enseignante dans une école gaélique, devenue militante dans les Cumann na mBan – un groupe nationaliste irlandais féminin – va se retrouver dans la Poste de Dublin, aux côtés de Patrick Pearse et des insurgés. Une autre, Elisabeth Butler, fille de bonne famille mais socialiste convaincue, suivra Jimmy Mahon, un membre de l’Irish Citizen Army de James Connolly, notamment dans l’attaque manquée contre le château, siège de l’autorité britannique à Dublin.
La troisième, May Lacy, travaille comme secrétaire pour Charles Hammond, officiel anglais. Elle vit une aventure avec ce dernier, pourtant marié, et tombe même enceinte de lui, et regarde le conflit à distance, espérant simplement pouvoir un jour, s’épanouir avec celui qu’elle espère être son futur mari.

Nous vous laisserons ensuite découvrir la suite, tout au long des 5 épisodes , assez inégaux, mais qui permettent de faire le tour des forces en présence durant cette période majeure de l’histoire de l’Irlande.

La série aura coûté 6 millions d’euros de budget ; il s’agit d’une des fictions les plus chères de l’histoire de la télévision publique irlandaise. Le choix du réalisateur de suivre le parcours de femmes dans la révolution irlandaise est intéressant, car l’Irlande a été en pointe dans le combat pour l’émancipation des femmes à cette époque et que bien souvent, seuls les principales figures masculines du soulèvement, de Pearse à Collins en passant par Connolly, sont mises en avant.

L’attachement du réalisateur à la reconstitution d’époque – même si des personnalités comme Gerry Adams lui ont reproché des égarements historiques – est à souligner. Et le contraste est saisissant entre le Dublin dominé par la classe bourgeoise et militaire anglaise avec les quartiers glauques, pauvres et affamés où vit une majorité d’Irlandais. Les costumes, les accents, quelques dialogues en gaéliques, sont particulièrement bien vus. On retrouve d’une certaine façon l’atmosphère d’époque de Peaky Blinders, avec toutefois le rythme en moins (la série est assez lente). Les jeux d’acteur ne sont pas exceptionnels toutefois.

La saison 2 de Rebellion serait d’ores et déjà écrit et en développement, toujours sous la plume de Colin Teevan, mais rien ne dit que RTÉ la finance à nouveau, étant donné que les audiences se sont réduites au fur et à mesure des épisodes diffusés en janvier en Irlande (de 619 000 téléspectateurs à 487 000) et que le démarrage aux Etats-Unis n’a pas été non plus excellent. Affaire à suivre ; toutefois, en Bretagne, nous n’allons pas bouder notre plaisir de pouvoir voir une série traitant de l’insurrection irlandaise, qui permettra de retrouver sur écran, quelques années après Michael Collins, des personnages que nous avons plutôt l’habitude de découvrir dans les livres.

Rebellion – série disponible sur Netflix France (un mois d’abonnement gratuit, et sans engagement).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.