20/07/2016 – 07H00 Rennes (Breizh-info.com) – Tout le monde est au courant : la presse est malade. C’est ce que confirment chaque année les chiffres produits par l’OJD, l’organisme qui contrôle la diffusion des médias.

Le « premier quotidien de France », c’est-à-dire Ouest-France, souffre tout particulièrement. En 2005, la diffusion totale atteint 781 033 exemplaires/jour. Dix ans plus tard, en 2015, elle tombe à 712 500 soit un recul de 68 533 exemplaires/jour, après un pic à 795 807 en 2008. La chute s’est accélérée en 2013 (-16 209), en 2014 (-19 500) et en 2015 (-19 225).

La télévision et internet ont bien entendu contribué à affaiblir la diffusion d’Ouest-France. Mais cela n’explique pas tout. À coup sûr, un contenu fade, inodore, sans saveur ne peut pas enthousiasmer les nouvelles générations de lecteurs. Le choix de faire « plat », en évitant les vagues permet de ménager les élites (élus et grand patronat), mais certainement pas de dynamiser les ventes. Cette politique éditoriale connait une application particulièrement contre-productive avec le traitement des faits-divers. Aujourd’hui, seuls ces derniers sont en mesure de maintenir le niveau des ventes. Encore faut-il les « travailler », ce que le quotidien de Chantepie se refuse à faire. Il est vrai également que les jeunes rédacteurs issus des écoles de journalisme n’éprouvent aucune appétence pour cette matière qu’ils jugent contraire à l’ « éthique ».

Quant à Dimanche Ouest-France, après avoir progressé régulièrement jusqu’en 2012 (pic à 371 103), il décline maintenant d’année en année. Diffusion totale en 2013 : 366 526 (-4 577), en 2014 : 363 372 (-3 154), en 2015 : 364 028 (-656).

Vendre moins de journaux, c’est se priver de recettes. Avec des conséquences inévitables du côté de la publicité. Tôt ou tard, cette situation affectera l’équilibre économique du groupe Ouest-France. Mais tant que François-Régis Hutin restera aux commandes, on ne changera rien.

B. Morvan

 Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

12 Commentaires

  1. Ouest-France étant a la solde des politiciens de gauche (rennes metropole, en particulier) leurs « info » incomplètes et totalement orientées ne plaisent plus qu’à ceux qui ne supportent d’entendre que ce qu’ils ont envie d’entendre. Aucune enquête, aucune objectivités, voire de la désinformation quand ça arrange leurs amis politiques.
    C’est devenu un outil de propagande de gauche. Même gratuit, on le lit plus!

  2. En voila une excellente nouvelle !
    Ma journée n’est pas perdue..
    J’espère que le Télégramme suit la même pente ?
    Oh que je suis content ….

  3. Ghildas Durand Touz, Dr., DHEE..
    Quand on est « modéré », on parle de « Ouest-Torchon » ! Dans ma jeunesse étudiante, on disait : « Ouest Torche » , (Ouest … torche cul !) . Mais le papier hygiénique industriel , à partir des années ’60, a suppléé aux besoins de ce premier « medium tedium vitae » , qui d’ailleurs était fort malsain, en raison de l’encre d’imprimerie … , cette encre …. nocive à tout incident proctoral / anal : fissures, hémorroÏdes, prurits, etc. ….

    C’est peut-être ce qui explique la chute du nombre des abonnés à ce torche-cul ! Puisque maintenant … on nous imprime des lectures … plus saines, sur le papier à usage hygiénique (proverbes, sentences, petites fleurs, etc. ….)..

    P.S. : notons qu’il n’y a pas de Ouest-Torche sans collabos … (auto-nommés « Journalistes », et ci-devant pseudo « Reporteurs » , sans parler des « Éditorialistes » & « Rédacteur-en-Chef », etc. … ).
    Au Grand Soir : nous aurons fort à faire !
    GhDT.

  4. en même temps, le groupe ouest france à racheté pas mal de canard locaux, comme l’écho de la presqu’ile de Guérande, qui eux s’en sortent plutôt bien niveau info et implantation locale…..ce qu’internet ne pourra jamais faire..

Comments are closed.