22/07/2016 – 08H00 Budapest (Breizh-info.com) –  Le Pape et l’Eglise, particulièrement en France, n’ont de cesse d’appeler à l’accueil et à l’intégration des « migrants », provoquant agacement et incompréhension au sein d’une importante partie de la communauté catholique pratiquante de France. En Europe centrale, et notamment en Hongrie ou en Pologne, les responsables religieux ne font pas preuve du même engagement politique, et ne diffusent pas vraiment le même message.

Ainsi, nos confrères de Visegrad post rapportent que l’archevêque hongrois Gyula Márfi veut prévenir l’Europe du danger de l’immigration, en particulier musulmane. « Même si on aime le loup, car il est aussi une créature de Dieu, on ne le laisse pas entrer dans la bergerie pour autant ». Ce dernier a expliqué que les chrétiens pourraient devenir une minorité en Europe si les Européens ne cernent pas les dangers de la migration.

Dans un entretien donné au grand journal hongrois Magyar Hírlap, l’archevêque hongrois de Veszprém, Gyula Márfi, a déclaré que l’importance du flux migratoire en Europe ne peut être due à un hasard, et que l’intention de conquête de la part de musulmans peut en être une raison, mais que cela est aussi la volonté des grandes puissances.

L’archevêque a insisté sur le fait que l’Europe est sur un mauvais chemin, mais que le renouveau chrétien est possible, faisant écho à son récent voyage en Pologne, où il dit avoir constaté que la foi est bel et bien vivante. Selon lui, la faiblesse de la société multiculturelle vient du fait que nous acceptons les immigrés, mais qu’eux ne nous acceptent pas tels que nous sommes et veulent nous changer.

Márfi a également insisté sur le fait qu’il ne hait pas les musulmans et qu’il ne les blâme pas pour leurs intentions, mais blâme plutôt l’Europe pour laisser tout ceci arriver.

Si les choses continuent tel que maintenant, l’islam va conquérir l’Europe. « La nature a horreur du vide, or [d’un point de vue spirituel] c’est précisément ce qu’il y a en Europe aujourd’hui ». « Pour comprendre ce qui va venir, nous devrions demander aux minorités chrétiennes vivant dans des pays musulmans, pas les politiciens ou les touristes qui y sont toujours les bienvenus, » a-t-il ajouté.

Le 18 juillet, une importante rixe, opposant 200 immigrés, a éclaté dans un camp d’accueil du sud de la Hongrie, opposant des Algériens, des Syriens, des Irakiens ou encore des Mongols. « Nous, les Hongrois, nous n’allons pas baisser la garde comme vous le faites en France. Ici, ces immigrés ne sont pas les bienvenus. Et pour ceux qui sont autorisés à rester temporairement sur notre territoire, ils ont plutôt intérêt à filer droit, sinon nous nous occuperons de les remettre promptement dans le droit chemin » nous confie un sympathisant du Fidesz hongrois (parti au pouvoir).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. Vous avez entièrement raison !
    Mais que peut-on faire individuellement contre ces barbares, vu que l’état est quasiment absent ?

Comments are closed.