01/08/2016 – 06H30 France (Breizh-info.com) – Gabriel Henri Charpentier a lancé récemment un site Internet – intitulé Art Terre Europa – afin de mettre en avant son travail artisanal, dans la plus pure tradition européenne. Tour de Jul, travail du cuir, céramique peintes main, M. Charpentier propose, sur commande, de réaliser des pièces uniques, afin de faire perdure « cette longue mémoire », si importante dans une société mondialisée et où les peuples sont en perte de repères.
Nous l’avons interrogé sur son métier, sur ce qu’il fabrique, au quotidien.

Breizh-info.com : Pourquoi avez vous décidé de vous lancer dans cet artisanat enraciné ?

Gabriel Henri Charpentier : je suis de ceux qui pensent qu’il est nécessaire de savoir d’ou l’on vient, pour savoir qui l’on est, et ou l’on va, mais aussi et surtout de ce que l’on veux transmettre. Passionné par le travail de la terre, il me paraissait essentiel de rappeler les connaissances que nous ont transmis nos anciens et que nous avons tendance à oublier dans nos sociétés citadines. Je souhaitais également à travers ce site, présenter un métier en perdition.

L’homme européen a toujours travaillé la terre, il la façonne et ainsi lui donne une âme et laisse son emprunte dans l’histoire. L’identité européenne est forte mais aussi vivante, et à travers mes créations, je souhaite la défendre au mieux de mes possibilités.

Pour cette raison j’ai souhaité réaliser des pièces d’usage, des boules de Noël, mais aussi des éléments de décoration ou encore des tours de Jul car c’est à travers ces moments variés du quotidien que notre identité se révèle et perdure. Je me suis également rendu compte qu il y avait énormément de demandes. Les années passant, la disparition de certains artisans mais aussi de passionnés autodidactes, ont laissé un vide. J ai donc souhaité m’investir et tenter de reprendre le flambeau en pensant d’ores et déjà le transmettre à mon tour. Si des vocations se font sentir, ne pas hésiter à me faire signe !

Breizh-info.com : Se lancer dans l’artisanat aujourd’hui, n’est-ce pas suicidaire économiquement ?

Gabriel Henri Charpentier : Voila qui est bien triste à admettre mais oui, c’est absolument suicidaire… nous sommes dans une société d’ultra-consommation où l’on préfère acheter dans de grandes enseignes, des broutilles sans âmes , que l’on retrouvera chez tous ses voisins plutôt que d’investir dans la qualité de nos artisans.

Tous les domaines sont touchés et bien des gens préfèrent acheter et remplacer rapidement plutôt que d’offrir une pièce unique qui se transmettra et qui racontera à chaque génération un petit chapitre de plus d’une histoire familiale ! Pour ma part, j’ai tenté il y a quelques années de me lancer dans ce type de projet, mais les charges sont si conséquentes que l’on ne peut malheureusement pas en vivre.

Un emploi en parallèle est nécessaire pour le quotidien, ce qui fait que la céramique est restée une passion tenace à laquelle je consacre beaucoup de temps, pour mon plus grand plaisir, car bien des citadins souhaitent revenir aux fondamentaux et offrir des pièces uniques qui resteront! –

Breizh-info.com :  Quels sont les objets que vous proposez ?

Gabriel Henri Charpentier : J’ai souhaité lancer plusieurs gammes d’objets, très variés, allant de la reproduction XVIIIème au contemporain, du service de table à la lampe de chevet, du clin d’oeil pour une occasion particulière aux cadeaux de naissance ou de baptêmes.

Pour les objets plus sacrés, je réalise les tours de Jul à l’ancienne, totalement faites à la main et sans moule. Chaque foyer pourra donc y retrouver les éléments forts de son identité. J’essaye aussi de sauvegarder le patrimoine des particuliers en restaurant certaines pièces décoratives de vieilles maisons. Tous les matériaux utilisés sont choisis avec soin pour répondre à une demande de qualité et d’authenticité.

Breizh-info.com :  Depuis quand avez vous débuté ? Avez-vous déjà de la demande ?

Gabriel Henri Charpentier :  Comme je l’explique sur mon site, j’ai débuté après la 3ème. J’ai souhaité me tourner vers l’artisanat car il me semblait que c’était le meilleur moyen d’exprimer ma passion de la terre et de la création ( sensation que je n’arrivais pas encore alors à exprimer ainsi ).

Après un CAP céramique artisanale, je continue mon parcours par un BMA (brevet des métiers d’arts) et un BTS céramique industrielle afin de compléter et diversifier ma formation.J’ai également eu l’occasion de me former à l’atelier du Chambrelin, passage obligé de tous les décorateurs de Limoges, ainsi qu’à la Manufacture de Sèvres où j’ai eu le privilège de côtoyer les plus grands céramistes.

Je souhaite en effet maintenir mais aussi développer la fabrication d’objets en terre, bien difficiles à retrouver depuis le triste dépérissement des métiers manuels, notamment celui de céramiste. De plus je viens tout juste de me lancer dans le travail du cuir.

Il s’agit d’un travail « au repousser » ou bien « à l’incision » pour apprendre, en autodidacte cette fois,de nouvelles techniques.

La demande se fait grâce au bouche à oreille depuis plusieurs années, mais celle-ci s est accélérée depuis un an et demi environ, ce qui a entraîné la création de ce site. Je suis très heureux de voir les personnes enthousiastes et réceptives à ce genre de projet. Cela permet une alternative aux propositions habituelles pour offrir un cadeau qui célébrera un événement familial ou communautaire.

Breizh-info.com :  vous citez Dominique Venner sur votre site ; la préservation de la civilisation européenne est-elle importante à vos yeux ?

Gabriel Henri Charpentier :  Cela est plus qu’important, c’est absolument primordial et nécessaire. La citation choisie de Dominique Venner exprime cette idée de traditions maintenues.

Il s’agit de ce souffle parfois si léger, qui a permis la transmission de ce savoir, pour ne pas oublier qui nous sommes à travers nos anciens, mais aussi à travers tous ceux qui nous succéderont. C’est une volonté d affirmer qui l’on est.

Propos recueillis par Yann Vallerie

Pour toute demande de renseignement, toute commande, rendez-vous sur https://www.art-terre-europa.com/

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine