Résistance aux antibiotiques. Fortes inquiétudes à l’ONU.

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

26/09/2016 – 04H45 France (Breizh-info.com) – Selon l’Organisation des Nations unies, si rien n’est fait, la santé physique et économique de l’humanité pourrait sérieusement pâtir de la résistance aux antibiotiques. Selon un autre rapport de la Banque mondiale intitulé «Les infections résistantes aux antibiotiques : une menace économique de premier plan», les résistances infectieuses aux médicaments pourraient causer des dommages économiques équivalents à 3.5% du produit intérieur brut (PIB) mondial. Les pays aux revenus les plus faibles, pourraient perdre 5% de leur PIB.

Une perte économique globale de 100 000 milliards $ pour 2050  est évoquée. Dans ce cas, aucun des objectifs de développement durable de l’ONU n’est envisageable : mettre un terme à la faim dans le monde, améliorer la qualité et la sécurité alimentaire, développer l’agriculture durable, réduire les inégalités au sein des états et entre les nations.

Les rapports sont alarmistes : dans le cas d’une haute résistance aux antimicrobiens, plus de 28 millions d’extrêmes pauvres s’ajouteraient d’ici 2050 dans les statistiques globales, la majorité dans les pays africains. Si ce scénario venait à se concrétiser, les quelques progrès réalisés pour éliminer la pauvreté à l’horizon 2030 seront réduits en poussière. Lorsque les antibiotiques ont été utilisés de manière massive il y a 70 ans, la prévalence des morts par infection a diminué de 80%. Une fois la fonctionnalité des antibiotiques perdue, la prévalence des maladies d’origine infectieuse pourrait retrouver son niveau d’il y a 70 ans.

Dans le contexte du boom démographique touchant les pays africains et asiatiques, les effets sur la santé de ces populations et les conséquences en terme migratoire, demeurent imprévisibles. Autres conséquences économiques et financières, les hausses des coûts globaux de santé humaine pourraient s’élever à 1000 milliards $, et celles des coûts de santé pour les animaux d’élevage feraient chuter la production mondiale de viande issue des méthodes industrielles de 7,5%.

C’est dans ce contexte que s’est tenu le 21 Septembre à l’ONU un grand colloque  réunissant les principaux responsables de l’organisme international. C’est seulement la 4eme fois que se réunissaient les Nations Unies sur une question liée à la santé. Plusieurs chiffres ont été confirmés dont l’évaluation d’une surmortalité annuelle de 10 millions de personnes, les morts par infection dépassant alors dans ce cas les morts par cancer. Les Nations Unies ont annoncé s’appuyer sur le plan de lutte préparé en 2015 après la nouvelle d’une antibiorésistance observée sur les antibiotiques de dernier recours.

Les Nations Unies se sont positionnées sur une nouvelle politique mondiale, plus proactive, basée sur l’anticipation, la vaccination, des tests de diagnostic rapides, et un certain d’outils médicaux nécessitant de forts investissements. Le lecture des procès verbaux du colloque n’incite cependant pas à la sérénité, bien au contraire. Les appels vibrants et les constatations inquiètes s’y sont succédés à un rythme élevé.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Grippe, Covid, qui est vraiment le plus mortel ?

Nous vous proposons de découvrir une vidéo du Youtubeur animant la chaine Décoder l'éco qui compare la létalité de la Grippe et du Covid....

L’hydroxychloroquine fait toujours de la résistance

Chaque jour, plusieurs articles consacrés à l’épidémie de covid-19 paraissent dans la presse scientifique. Tendent-ils à clarifier la question ? Déjà, pour les lire...

Coronavirus. 179 cas dans les 5 départements de Bretagne ce 13 mars à 17h30

A 17h30, ce 13 mars, le nombre de cas de Coronavirus Covid-19 confirmés en Bretagne est désormais de 179 (dont 157 en Bretagne administrative) 100 dans le Morbihan 34 en Ille-et-Vilaine 22 dans...

Coronavirus. Les malades de la mondialisation

Depuis l’arrivée du coronavirus en France, le gouvernement d’Emmanuel Macron navigue à vue et enchaîne les décisions aberrantes. A titre d’exemple, au mois de...