yaouankiz_breizh

26/09/2016 – 11H00 Nantes (Breizh-info.com) – Lors de la manifestation pour la réunification de la Bretagne du samedi 24 septembre (la « Breizh Manif »), un nouveau groupe breton a fait son apparition, derrière une banderole « Naoned e Breizh » (Nantes en Bretagne) , sous l’appellation « Yaouankiz Breizh » (Jeunesse bretonne).

Ces jeunes, au nombre de 70-80, ont défilé avec les autres manifestants, en lançant des slogans pour la réunification bretonne, mais aussi contre l’immigration, ou l’État qui s’en fait le complice. Ces slogans n’ont pas été du goût de l’UDB, l’Union démocratique bretonne, qui a quitté le cortège après un échange verbal houleux.

Au sein de la manifestation, l’apparition de ce groupe jeune et très dynamique aura suscité beaucoup de curiosité, mais également de la sympathie chez une partie des manifestants. « Ils ont tout à fait leur place ici, même si je ne partage pas toutes leurs idées » nous a confié un adhérent de Bretagne Réunie . « L’UDB et les antifascistes se comportent comme des hystériques » nous dira un autre manifestant. « Dans une Bretagne réunifiée, il y aura des gens de toutes obédiences politiques, à moins que ces gens souhaitent « épurer » la Bretagne des idées qu’ils n’acceptent pas ».

C’est d’ailleurs clairement ce que laissaient entendre certains militants antifascistes ou d’extrême gauche bretonne, qui appellent sur les réseaux sociaux à la constitution d’un service d’ordre pour les prochaines manifestations, afin d’expulser toute initiative comme celle de samedi, y compris par la force. La démocratie, en quelque sorte …

Nous avons interrogé un membre de Yaouankiz Breizh, présent ce samedi à Nantes, pour comprendre les motivations de ce nouveau groupe qui a fait une entrée remarquée sur la scène politique bretonne, ce samedi.

Breizh-info.com : Pouvez-vous présenter ce groupe dénommé « Yaouankiz Breizh » qui a fait parler de lui samedi dernier à Nantes lors de la manifestation pour la réunification bretonne ?

Yaouankiz Breizh : Demat d’an holl ! Yaouankiz Breizh, la Jeunesse de Bretagne, est un groupe informel né il y a peu de la volonté de plusieurs personnes provenant de tout le Pays breton et qui a la particularité de n’être affilié, même de manière sous-jacente, à aucun parti politique ou association déjà en place. Et pour aller plus loin, la grande majorité des présents dans nos rangs samedi à Nantes n’ont aucun passé militant dans un parti quelconque. Voici une des premières vérités à rétablir.

Yaouankiz Breizh ne se situe d’ailleurs pas dans le champs politique traditionnel mais bien sur le terrain métapolitique dans une optique de rupture avec les méthodes du passé. Nous aimons ainsi parler de « politique alternative ». Sur le plan idéologique et sans entrer dans les détails, nos chants et slogans de samedi ont déjà largement permis de comprendre quels étaient nos principes de base :

  • Défense de l’identité bretonne dans les frontières historiques du pays et, de ce fait, retour sans condition de la Loire-Atlantique dans la région administrative de Bretagne, même si pour nous les découpages français n’ont jamais rien changé à notre sentiment d’unité nationale. Notre identité se définit comme bretonne, celte et européenne.
  • Refus de l’immigration et opposition à l’arrivée de « migrants » en Bretagne. Ils veulent nous remplacer mais nous sommes irremplaçables.
  • Opposition face à l’insécurité grandissante dans les villes bretonnes et défiance vis-à-vis du discours multiculturaliste ambiant. Pour nous, Paris et l’Île de France sont les meilleurs exemples à ne pas suivre. Et nous ne sombrerons pas avec eux

photo_1-1

Breizh-info.com : Que s’est-il passé ce samedi ?

Yaouankiz Breizh : Nous nous sommes présentés peu après 15h au départ de la manifestation pour la réunification derrière une banderolle « Naoned e Breizh » (Nantes en Bretagne ) et signée, évidemment, Yaouankiz Breizh.

Peu après et sans raison, quelques personnes de l’Union démocratique bretonne se sont approchées en nous qualifiant de « fascistes » alors que le seul slogan lancé jusqu’alors fut « Naoned e Breizh » justement. Curieux préjugés. Et drôles de principes « démocratiques » que de venir provoquer des personnes supposées ne pas penser comme elles.

Nous commençons la marche avec le cortège un peu plus tard sans autre incident et, bizarrement, nous voyons les maigres troupes de l’UDB situées à quelques pas devant nous, quitter le dit cortège cent mètres après son départ.

Tout le long du parcours, nous ne rencontrons aucun obstacle et la marche dans Nantes se fait en bon ordre et au son de nos chants et slogans. De retour au point de départ avec l’ensemble du défilé, les quelques mêmes excités de l’UDB et autres groupuscules gauchistes affiliés, ce qui devait représenter une quinzaine de personnes tout au plus, ressortent leur argumentaire rouillé sur le « fascisme qui ne passera pas » etc.

Jean-François Le Bihan, le président de Bretagne Réunie viendra à notre rencontre pour éviter que des incidents ternissent la fin journée. Ce n’était bien entendu pas notre but et, loin d’avoir été chassés, c’est de notre propre initiative que nous quittons les lieux toujours en groupe quelques minutes plus tard, tandis que quelques langues cyniques dans nos rangs feront remarquer à l’UDB qu’ils n’avaient « que des vieux » dans les leurs.

Mais nous tenons à faire quelques remarques sur ce qui a été dit à propos de notre groupe lors de cette belle journée :

  • le communiqué de l’UDB parlant de saluts nazis et de propos racistes est une accusation infondée et pour cause, rien de tel n’a été vu ou entendu et, étant donné le nombre de médias et d’appareils photos présents, nous mettons au défi nos accusateurs du jour de prouver leurs affirmations qui s’apparentent plutôt à de la diffamation. Mais n’est-ce peut être pas après tout un bon moyen de justifier une sortie de piste peu glorieuse en début de parcours ?
  • Le communiqué de Bretagne Réunie qui condamne « fermement les propos injurieux et les slogans racistes proférés par quelques personnes immiscées dans le cortège ».
  • N’ayant proféré ni l’un ni l’autre mais étant les seuls à avoir donner un peu de vie à ce défilé par nos chants et slogans, nous répondons tout de même à Monsieur Le Bihan qu’il était beaucoup moins ferme dans sa condamnation lorsqu’il est venu s’entretenir avec nous en fin de journée. Un changement de ton pour le moins surprenant.

 

Breizh-info.com : Pourquoi avoir lancé des slogans sans rapport avec la réunification ?

Yaouankiz Breizh : Pour une raison évidente, c’est que nous sommes dans une logique de rupture. Rupture avec des méthodes, des personnes et des idées qui ont échoué. En terme de mobilisation, cette manifestation est un échec pour les organisateurs. Mais personne ne se pose de questions.

Pourquoi la moyenne d’âge du cortège était à minima de 55-60 ans quand dans nos rangs, ceux de la Jeunesse bretonne, elle ne dépassait pas les 25 ? Car le mouvement breton a une ou deux révolutions culturelles de retard !

Chercher à mobiliser les masses pour une histoire de découpage administratif dans une société minée par l’individualisation, la surconsommation, l’immigration massive, l’insécurité, y compris sociale et l’absence de conscience identitaire, c’est un échec prévisible et assuré.

Et c’est ici que se situe la nouveauté avec Yaouankiz Breizh ! Nous avons aussi bien entendu lancé des slogans en rapport avec la réunification. Mais notre action et notre vision ont un horizon beaucoup plus large et surtout beaucoup plus haut. Recréer de la communauté (la vraie, celle du clan celte), sortir de l’isolement, parler de transcendance, rechercher le beau et le bon et faire naître des rêves dans l’âme des garçons et des filles qui marchent à nos côtés : voilà des mots qui n’ont pas résonné depuis bien trop longtemps mais dont vous avez pu voir les premiers résultats dans les rues de la Cité des Ducs samedi dernier.

Un groupe résistera toujours mieux qu’un homme seul face aux menaces grandissantes du monde moderne. Les yeux ébahis des passants, consommateurs isolés et incrédules, face à notre cohésion et à cette flamme dans nos regards sont là pour en témoigner. Une page va se tourner et nous affûtons nos plûmes.

Breizh-info.com : Comment avez-vous été accueillis dans le cortège ?

Yaouankiz Breizh : Contrairement à ce que rapporte la presse classique et conformiste, bien. Certaines personnes se sont jointes à nous en cours de route et d’autres nous ont confié leur bienveillance, parfois à voix basse, le mouvement politique et culturel breton étant verrouillé depuis 50 ans par la même équipe de perdants marxistes.

Et il est bon de préciser que les quelques échanges verbaux avec les vieux fossiles de l’Emsav furent réellement anecdotiques. De plus, nous pourrions rire de certaines réflexions entendues ici et là sur le fait que ce fameux mouvement breton serait salit par des « gens comme nous » si la situation n’était pas aussi grave en Bretagne.

Réflexions faites par ceux qui sont aux commandes depuis plus de trente ans dans les milieux politiques et culturels bretons et qui, ahuris, ne veulent voir les conséquences de leur « Bretagne tellement ouverte et solidaire » en voie de tiers-mondisation. Mais ces vieux vestiges vont être balayés par l’histoire sous peu.

Breizh-info.com : Avez-vous de nouveaux rassemblements de prévu ?

Yaouankiz Breizh : Vous le découvrirez le moment venu.

Breizh-info.com : Quelque chose à rajouter en guise de conclusion ?

Yaouankiz Breizh : Breizh atav ! L’avenir nous appartient !

Photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

10 Commentaires

  1. J’ aime la Kroaz Du, le drapeau de la Bretagne authentique !!! Cela nous change du gwenn ha du celui des touristes et des nases …..

  2. Ses enfants? La bonne affaire ! Si la Bretagne pouvait parler, j’aimerais bien savoir ce qu’elle penserait de pareils « fils »:

    https://lepeuplebreton.bzh/2016/09/20/pour-un-islam-de-bretagne/

    Nous appelons plutôt cela des traîtres.

    Quant à « gagner des points » et à l’image de la manif’, cela fait 50 ans que l’Emsav cherche à gagner des points auprès d’une masse désintéressée en trahissant les fondamentaux bretons pour se mettre à la remorque de la gauche culturelle française. Vous pouvez me rappeler le résultat SVP ?

    L’image de la manif’ est tout simplement celle d’un groupe de vieux et de gauchistes déconnectés des réalités et qui font rire le bourgeois parisien comme la racaille extra-européenne fraîchement débarqués.

    La YAOUANKIZ n’était pas là pour gagner des points où faire des selfies avec les dealers à Commerce en signe d’ouverture, mais bien pour dégommer la gauche, faire un clivage et remettre un peu de bon sens dans votre mouvement breton agonisant. Fin de chantier !

    • Ya combien de personnes qui ont lu ce pauvre papier ? Sérieux, ça vous crispe de lire ça ? Je ne suis absolument pas d’accord avec ce texte mais je le prends pour ce que c’est: du vent. De la branlette gauchiste. Publié dans un mag que la plupart des abonnés suit pour donner l’obole. Et je serais bien curieux de savoir si la réaction moyenne du lecteur de Peuple Breton est autre que « mmmouais ».
      Des traîtres ? La belle affaire. Dans vos fantasmes d’affrontements, n’oubliez pas que quand ça pète, ça change tellement la donne que le temps à vous énerver sur ceux qui vous imaginez déjà tondre est perdu. Pour le soft. On va pas les guillotiner, trop jacobin… ça se sera fera comment la peine capitale en Bretagne ? C’est quoi qu’est dans l’esprit celtique ? The Wickerman ? Remarquez pendant un conflit, ça se pelotonne. Ya bien la carrière Misery (qui a déjà servie) mais faut se dépêcher, les bobos veulent y « planter » un arbre.
      Vous avez pensé au futur cadastre ? Qui allait avoir sa statue ? Les trucs comme ça…
      Non parce que vu votre attitude sur cette manif, on ne peut qu’imaginer le niveau du projet. Ah ça, ça doit être bien guerrier romantique, on n’en doute pas.
      « dégommer la gauche »
      L’UDB se débrouille très bien toute seule pour être ridicule. Mais dommage que vous ne respectiez pas les militants qui ont eu une crise d’intelligence en arrêtant de suivre leurs rares élus. La candidature Troadec a un intérêt en cet instant T. Au moins, comptable. Dommage que l’UDB ne soit pas allée plus loin dans l’ouverture de son dogmatisme et a continué son phagocytage inique du mouvement électoral breton, en n’allant pas jusqu’à votre porte (enfin au bout du couloir: l’espèce de centre-droit Bretagne réunie quoi) mais c’est trop tard. Ya pas grand à espérer mais avec votre sortie en ville, vous n’aidez pas. Du tout.
      « faire du clivage »
      Et vous le revendiquez. Vous (Mordiern Drezen) êtes crétin. Là-dessus, hein, je dis ça amicalement. Dans le sens où toute personne qui prend part à une manif pour la réunification partage quelque chose d’important avec moi. Malgré toutes les divergences. Je pourrais aussi en dire sur Bretagne Réunie qui ne fait pas non plus le boulot correctement. Et qui semble s’être installé dans son petit créneau, plus festivalier folklorique que réel lobbyiste.
      Je dis aussi amicalement parce que j’aurais aimé être étonné. Effectivement, le mouvement breton bouge. Mais il ne se renouvelle pas. En quoi votre mouvement se différencie de l’extrême-droite clichée ? En quoi votre défilé dans la manif vous différencie de l’extrême-droite clichée ? Pourquoi vous ne faites pas comme les Identitaires de Lille ou Aube Dorée ? Plutôt que de simplement venir faire du bruit ? Mais non… Rien d’autre que ce que tout le monde pensait, des gros lourds, et qui font moins regretter les invitations à dégager des précédentes BreizhManif (pffff… Bretagne Réunie en ferait presque qu’une marque), pourtant illégitimes.
      Vous avez bien le droit de prendre part à une manif pour la réunification de la Bretagne, parce que vous êtes sincèrement pour. Mais pas de vous l’appropriez. De la famille, vous êtes le frangin-tonton toujours un peu bourré qui déçoit. A chaque fois, grille l’occasion de se faire tolérer. En plus, à mon grand dam, le temps joue pour vous. Le temps du militant breton des 70s a vécu. Mais l’époque ne suffit pas, faut être à la hauteur derrière.
      Ya des mecs qui organisent une manif. On vient pas proposer des surprises. Ya des mecs qui ont l’ongle de l’orteil dans le rouage systémique, ce ne sont pas les principaux ennemis (ce qui vaut dans les deux sens qui ne promettent de toute façon pas grande gloire vu les nombres).
      On appelle ça le respect.
      Faites vos trucs (c’est bien aussi de se recueillir à des lieux symboliques comme vous le faites). Mais venez pas foutre le bordel dans ceux des autres. Venez pas faire le gros lourd qui s’approprie la soirée. Et qui, trop con, croit en plus se l’être appropriée alors qu’il l’a gâchée.
      Faites vous respecter (dans le sens civilisé, pas dans le sens racaille, n’est-ce pas) d’abord.
      Vous vous rameniez tous en tshirt blanc, pantalon noir, en rang, silencieux. On avait compris. Yavait le malaise. Et vous auriez étonné. Là, yavait même pas de malaise. Que du vécus et révécus. antifa vs fa. Le gauchiste qui s’indigne et quitte le cortège. Tout ça.
      Pitié.
      En plus, vu l’affluence…
      Pire manif ever

  3. L’air sur lequel ces jeunes scandent « Souriez, vous êtes remplacés ! » ne serait-il pas une partie de l’hymne de l’URSS ? Étrange mélange des genres, en tout cas, avec la banderole et le blase du groupe en breton, les slogans en français et les airs d’origine suspecte.

  4. J’y étais… je suis d’accord avec An : s’ils avaient été dignes, ça aurait été différent… Parmi ces jeunes (bretons ? même pas sur…. franchement c’était à se demander s’ils ne venaient pas d’autres groupes d’identitaires…). Mais pourquoi toujours vouloir se faire remarquer ? Pourquoi rajouter des slogans qui n’étaient pas en rapport avec la réunification ? Ils ont réussi leur coup : les journalistes (la plupart) ne retiennent que cela de la manif, et c’est encore la cause de la réunification qui passe à la trappe.
    Yaouankiz Breizh, avant c’était Jeune Bretagne, Adsav jeunes et j’en passe…. ils n’ont pas changé : ce sont grosso-modo des groupes de jeunes excités qui se retrouvent pour crier des slogans un peu mytho et boire des bières, organiser de temps en temps un week-end avec quelques actions mytho… on le sait, ça n’ira jamais plus loin. Ce n’est pas avec eux qu’on va relever la Bretagne…. et pourtant, elle en a bien besoin.
    En Bretagne, comme en France, tant qu’on ne construira pas sur de bonnes fondations, qu’on ne repartira pas sur les traces de nos ancêtres, de nos saints… rien ne sera vraiment constructif.

  5. Complètement d’accord, l’absence de vision globale (gueguerre gauchiste/identitaire) ne donne aucune lisibilité pour permettre de sortir du microcosme de l’Emsav. Ce genre d’action coup de poing peut attirer quelques sympathies et permettre aux plus excités de se défouler, mais « dehors les bougnoules et les gauchistes » version localiste, ca n’est en aucun cas le début d’un chantier du renouveau breton. Fin de chantier oui.

  6. Si les aigris connaissaient un minimun l’histoire du mouvement Breton, ils entendraient la référence à nos Pères: Unvaniez Yaouankiz Vreiz, les Marchal,Gefflot,Drezen,Boreau de Roincé,Debauvais,Brichler,Mordrel,Yves Casteret… c ki c bouseu? Sans qui, nous ne brandirions pas le Gwenn Ha Du ou le Kroaz Du tandis que nos enfants porteraient les derniers prénoms à la « mode ». Comme hier, d’un côté les patriotes ou nationalistes (Bretons en l’occurence) de l’autre les mondialistes;qu’ils soient capitalistes, verts bobos, verts islamistes ou rouges jaloux. Allez les aigris c’est bientôt la fête des morts si chère à nos ancêtres, allons fleurir les tombes de Jasson à Rennes, de Guy Vissault à Thiais, de Kristian Le Part à Rochefort en Terre, de l’abbé Rallier à Bieuzy, à ces centaines de militants qui ont sali leurs mains pour que la fierté Bretonne bouge encore en 2016

  7. Salut à vous ! Bravo la jeunesse ! Si je comprends bien Adsav! n’y est pour rien ? Peut-être que ces jeunes participeront à la réunion de Renaud Camus à Nantes ? En tous les cas cela fait plaisir de voir qu’il y a des patriotes jeunes

  8. Va pleurnicher ailleurs guignol, les beaufs comme tu dis c’est les gens normaux des classes populaires, bien entendu qu’ils dérangent les petits bourgeois conformistes parce qu’ils leurs rappels leurs faiblesses mentale et physique, non parce que contrairement à toi les beaufs comme tu dis ils connaissent la vie réel et n’ont pas passé la moitié de leurs existence dans les jupons de maman.

    Franchement c’est pas avec des lâches comme toi que quelque chose va changer.

Comments are closed.