Revue Conflits. La Russie et nous.

A LA UNE

La revue majeure de géopolitique Conflits sort son 11 ème numéro avec notamment un dossier central intitulé : la Russie et nous.  En voici l’éditorial ci-dessous, ainsi que le sommaire.

Retour au XIXème siècle – par Pascal Gauchon 

Depuis longtemps je pense que le XXIe siècle ne sera pas la prolongation du XXe, mais un retour au XIXe. Deux guerres et une crise mondiales ont ouvert une parenthèse dans laquelle le communisme s’est engouffré. Là où il s’est imposé il a gelé des problèmes qui resurgiront plus tard, voyez les rivalités nationales en Europe orientale.

Dans le monde, il a généré une géopolitique simpliste, l’opposition de deux blocs dotés de l’arme atomique et, pour l’essentiel, le gel des positions acquises.

La disparition de l’URSS fait naître le XXIe siècle et revenir le XIXe. La mondialisation reprend son cours. Comme autrefois la seconde révolution industrielle, la troisième fait naître des entreprises qui apportent la fortune à leurs créateurs. Les mouvements de capitaux retrouvent leur maximum (en pour cent du PIB).

Les droits de l’homme et le devoir d’ingérence légitiment les interventions de type néocolonial comme autrefois la civilisation et le fardeau des « peuples supérieurs ». L’idéologie et les politiques libérales s’imposent presque partout. Les États-Unis qui les incarnent redeviennent la grande nation progressiste et la Russie la puissance conservatrice à l’est de l’Europe.

Avec le Brexit le Royaume-Uni renoue le fil de son « splendide isolement » envers l’Europe, mais pas envers le monde. La France redécouvre les mêmes inquiétudes qu’autrefois face à une Allemagne réunifiée que deux défaites catastrophiques n’ont pas empêchée d’être le plus important État européen…

Ce schéma est bien sûr simplifié. La Chine et l’Inde ont émergé – mais les journaux anglo-saxons et l’empereur Guillaume II agitaient déjà la menace du « péril jaune ». Les nations européennes ne dominent plus le monde – mais l’économie américaine s’était installée à la première place mondiale dès 1880-1890. Reste surtout l’essor du mondialisme et du libéralisme qui caractérise la fin du XIXe comme le début du XXIème.

Pour l’essentiel, nous reprenons donc le cours de l’histoire là où il avait bifurqué au moment de la Première Guerre mondiale. Parfois nous remontons plus loin, jusqu’aux années 1830, avant que le mouvement démocratique prenne son essor. Alors le vote était réservé aux plus riches auxquels se joignaient ceux que l’on appelait les « talents », nos professions intellectuelles et diplômées : le suffrage était réservé à une minorité qui se disait éclairée, à l’abri des préjugés et des emportements qui caractérisaient les masses.

Ce bon vieux temps n’est plus, mais certains le regrettent. Il n’est que de voir la façon dont les résultats du Brexit ont été accueillis. Les électeurs favorables au Leave avaient tous les défauts des masses d’autrefois, mal éduquées et fermées au monde : pour James Traub, c’était les « élites » contre les « ignorants », « la victoire des gens peu formés sur les gens éduqués » précisait Alain Minc ; et Cohn-Bendit de conclure : « Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison. » Le suffrage universel doit passer par la médiation de représentants éclairés qui décideront à la place du peuple sur des sujets qui le dépassent.

Pour son bien et pour le leur, comme le lâche avec naïveté (ou cynisme ?) Bernard Attali dans sa condamnation du référendum du Brexit : « Il est risqué de demander à la dinde ce qu’elle a pensé du dîner de Noël. » De là à traiter les électeurs de « dindons »…

Ce qui étonne c’est la bonne conscience retrouvée des dirigeants de nos pays, qu’il s’agisse de l’élite politique, économique ou médiatique : dans leur majorité ils ne doutent pas de leur supériorité intellectuelle et morale, ils trouvent légitime qu’elle soit récompensée par des revenus de plus en plus élevés. Pendant près d’un siècle, ils avaient craint la montée des totalitarismes et, poussés par la nécessité, ils avaient admis le partage du pouvoir et des richesses. Ils n’ont plus peur, ils n’ont plus de raison de faire de telles concessions ; revient le temps de « l’arrogance intellectuelle, sinon sociale », selon la formule de Dominique Moïsi. Comme aux plus beaux temps du XIXème.

2018803329

Pour vous abonner à la revue Conflits, pour commander un numéro, ou même le hors-série spécial Etats-Unis, c’est ici.

Sommaire : 

4 courrier des lecteurs et Échos

5 Éditorial – Retour au xixe siècle –  Par Pascal Gauchon

6 Actualité

12 Entretien Jean-François Colosimo. La Russie et l’ordre du monde

16 Portrait

Justin Trudeau et le “rêve canadien”. Par Mathieu Bock-Côté

20 enjeux

Le Royaume-Uni reprend le large. Par Hadrien Desuin

24 enjeux

Les jeunes contre le Brexit ? Par Helena Voulkovski

25 enjeux

Timor oriental.

La Cendrillon de l’Asie du Sud-Est. Par Tigrane Yégavian

28 enjeux

Pour suivre les élections américaines. Par John Mackenzie

30 Mémoires conflits

Islam et islams malais. Par Maxime Arquillière, Florent Clément  et François Hiraux

33 idées

De quoi la Realpolitik est-elle le nom ? Par Florian Louis

35 GRANDE STRATÉGIE

L’empire arabe : la grandeur fantasmée Par Pierre Royer

39 GRANDE BATAILLE

Hastings (14 octobre 1066). Quand l’Angleterre s’arrimait au continent Par Pierre Royer

DOSSIER

La Russie et nous

43 La Russie et nous. Par Pascal Gauchon

45 Russie-Europe :

Aux racines d’un malentendu

46 Bruxelles et Moscou,

deux grammaires de puissances. Par Florent Parmentier

48 Europe :

28 représentations de la Russie. Par Pascal Marchand

52 entretien

Thomas Gomart : Russie, Chine, états-Unis. Qui est de trop ? Propos recueillis par Hadrien Desuin

54 Europe/Russie

Les sujets qui fâchent. Par Tigrane Yégavian

58 Du panslavisme

à la diplomatie énergétique ? Par Alexandre Moustafa

60 L’OTAN aux portes  de Saint-Pétersbourg  Par éric Mousson-Lestang

62 Bouclier antimissile : Le grand jeu nucléaire relancé Par Hadrien Desuin

64 Qui gagne aux sanctions ? Par Pascal Marchand

66 Indépendance énergétique :  le dimemme européen. Par Alexandre Latsa

68 Le meilleur allié de la Russie ? Le Saint-Siège ! Par Jean-Baptiste Noé

70 L’aigle bicéphale :  symbole de la géopolitique russe . Par Alexeï Soloviev

71 Le soft power de la Russie .Par Didier Giorgini

73 L’histoire mot à mot. Churchill à propos de l’URSS. Par Pierre Royer

75 Boule de cristal et marc de café. Intellectuels maoïstes. Comment leur dire merci ?  Par Jean-Baptiste Noé

76 bibliothèque géopolitique . John J. Mearsheimer : un “réaliste offensif”. Par Gérard Chaliand

77 chroniques

Livres/Revues/cinéma/Internet

80 Géopo-tourisme

Saint-Pétersbourg, ex-capitale. Par Thierry Buron

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Démolition, le Journal d’Anne France, Alternative Ulster, Pôle emploi la machine à asservir, J-M Caradec : la sélection littéraire hebdomadaire

Démolition, le Journal d'Anne France, Alternative Ulster, Pôle emploi la machine à asservir, J-M Caradec : voici la sélection...

Nantes. Huit vide-greniers et autant de règles sanitaires ?

Maintenant que de nombreuses associations sont enfin au point quant aux règles sanitaires à appliquer aux vide-greniers, et qu’un...

Articles liés