Joseph Rossé, Alsacien interdit de mémoire (1892-1951)

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Joseph Rossé, député alsacien, est décédé le 28 octobre 1951 au bagne d’Eysses, Lot et Garonne. Il avait été condamné en 1947 par un tribunal de l’Epuration à 15 ans de travaux forcés à l’issue d’un procès éminemment politique. Il a connu les centrales de Fontevrault et de Clairvaux. Dans celles-ci, il a rencontré d’autres épurés célèbres : Maurras, Esteva, de Laborde, Xavier Vallat ainsi que Cousteau, Rebatet, Algarron.

Pourtant, il avait été blanchi par la même Cour pour les faits intervenus avant 1940. Ceux-ci lui avaient valu, avant-guerre, une précédente incarcération dans la prison militaire de Nancy. Après l’armistice, il avait été remis aux Allemands avec seize autres « Nanziger », autonomistes alsaciens arrêtés avec lui pour suspicion d’espionnage dès le début de la seconde guerre mondiale.

Singulière fin de parcours pour ce catholique farouchement opposé au nazisme alors qu’il avait abandonné toute activité publique durant la Seconde Guerre mondiale. Il l’a passée en Alsace à la tête de sa puissante maison d’édition l’Alsatia transformée en bastion anti-nazi. Il était entré en 1943 dans le complot contre Hitler organisé par la résistance allemande.

Mais de ses contacts avérés avec le colonel von Stauffenberg, le porteur de la bombe qui devait tuer le Führer le 20 juillet 1944, la justice politique de la Libération n’en tiendra nul compte. Il ne sera pas plus porté à sa décharge l’intense activité de Rossé pour venir en aide à ses compatriotes alsaciens victimes de l’hitlérisme ou pour éditer clandestinement les auteurs chrétiens interdits dans l’Allemagne nazie.

Pour la première fois, 70 ans après les faits, une biographie apporte une vue complète sur cet Alsacien, toujours interdit de mémoire, dont le nom n’est (encore ?) porté par aucune rue, aucune place, aucune école alsacienne. Écrite par Michel Krempper à qui l’on doit également « Aux sources de l’autonomisme alsacien », livre récemment paru chez le même éditeur, elle est titrée « Joseph Rossé 1892-1951 ».

À l’encontre d’une certaine historiographie officielle – et jacobine – elle retrace en sept chapitres, documents à l’appui, l’itinéraire d’un homme politique hors-pair : enseignant sundgauvien révoqué pour ses positions autonomistes, syndicaliste chrétien à la tête de la plus puissante organisation de fonctionnaires alsaciens, pilier du groupe de l’Alsatia et de sa presse, porte-voix de la Volkspartei (le principal parti alsacien d’avant-guerre) et député de Colmar (trois fois élu), Nancéien puis Nanzinger, résistant anti-hitlérien, victime expiatoire de l’Epuration (à qui ses compatriotes feront de grandioses funérailles).

Nicolas de Lamberterie

Mise en page 1

Joseph Rossé 1892 – 1951 – Michel Kremmper – 20€ – Yoran Embanner (à commander ici)

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

1 COMMENTAIRE

  1. Tout ces portraits émergent maintenant. Ces portraits avaient été injustement bannis et sacrifiés ou au contraire graciés au nom de la cohésion nationale. ( exemple : les Alsaciens qui étaient à Oradour ). Avec l’ouverture des frontières, la cohésion française explose, il n’y a plus d’histoire commune.

    Les familles des nouveaux arrivants n’ont pas payés le prix 14-18, 39-45. Des cambodgiens revendiquaient une histoire avec l’Indochine. Des algériens, africains avaient une histoire commune.

    Que vont signifier tout ces monuments avec la grandiloquence des mots sacrifices ? Comment va t-on motiver un militaire qui voit que tout le monde s’en fout 50 ans après. Ca sera des mercenaires ( style Blackwater, Blackstone à 500€/jour ) et il faudra mettre le prix.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Elzas : kuitaat ar Reter-Meur dre votiñ ?

N'emañ ket pell Bro-Elzas eus Bro-Suis ha sellet e viz pizh gant elzasiz penaos e vez meret an traoù en tu-all d'ar vevenn. Frédéric Bierry,...

Saint-Amarin/Sankt-Amàri  a-enep an elzaseg

digoret ar c'hentañ magouri en elzaseg e Moosch, ur gumun hag a zo just e-kichen Saint-Amarin (hag e Bro-Elzas e vez tost-tost bourkoù ar...

Environnement. En Alsace, des hôtels à hirondelles mis en place contre le moustique tigre

Pour endiguer la prolifération du moustique tigre, une ville alsacienne a eu l'idée insolite de mettre en place des hôtels à hirondelles, ces dernières...

Et si la Bretagne expérimentait la Sécurité sociale à l’Alsacienne ?

Et si on expérimentait la Sécurité sociale alsacienne en Bretagne ? C'est en tout cas ce que propose l'UDB, l'Union Démocratique Bretonne, dans une...