15/11/2016 ‑ 07H00 Washington (Breizh-info.com) ‑ La campagne présidentielle américaine a propulsé sur le devant de la scène le site web américain Breitbart.com. D’abord considéré comme proche de Ted Cruz, ce site d’information (de « réinformation », dirait-on plutôt en France) est devenu un soutien majeur de Donald Trump. Il a connu un succès parallèle à celui-ci, passant au cours de l’année 2016 du 1000e rang environ au classement Alexa pour les États-Unis au 132e rang au 12 novembre. Il gagne du terrain sur les grands médias institutionnels comme CNN ou le New Yort Times, respectivement 15e et 21e mais qui ont reculé dans le classement au cours de l’année.

breitbartalexa

Google Trends révèle aussi une forte progression des recherches portant sur Breitbart au cours des derniers mois.

breitbartstats

Parfois qualifié de « Huffington Post de droite », Breitbart News a été créé en 2010 par le journaliste Andrew Breitbart, déjà fondateur du blog vidéo Breitbart.tv en 2007. Après le décès de son fondateur en 2012, la direction a été reprise  par Steve Bannon, ancien banquier d’affaires (il a vendu sa société à la Société Générale en 1998) et ancien réalisateur de cinéma. Bannon, qui est devenu le directeur de la campagne présidentielle de Donald Trump en août dernier, définit Breitbart News comme « farouchement anti-establishment, surtout à l’égard de la classe politique permanente ».

Le site comprend des rubriques consacrées à la politique, aux médias, au cinéma, à la sécurité nationale, à la technologie et aux sports. Il ne se contente pas de traiter sous un angle différents les mêmes sujets que la presse institutionnelle : on y trouve aussi des sujets peu ou pas couverts par les autres médias. Ceux-ci lui ont d’ailleurs facilité la tâche pendant la campagne présidentielle en se focalisant sur les qualités et défauts des candidats plutôt que sur les grandes questions politiques comme le terrorisme, la santé, le contrôle des armes ou l’économie, ainsi que l’a montré le Tyndall Report.

Breitbart, qui a son siège à Los Angeles (Californie), envisage de s’étendre géographiquement. Le site a ouvert des bureaux au Texas, à Londres et à Jérusalem. Les informations concernant la Bretagne et la France n’y sont pas très abondantes à ce jour et proviennent du bureau britannique. L’an dernier, par exemple, il a rendu compte du procès à Rennes de pêcheurs bretons impliqués dans un réseau de passeurs introduisant des clandestins au Royaume-Uni. Il envisage d’étendre ses implantations européennes afin de mieux couvrir les questions internationales.

Crédit photo  : copies partielles d’écran Breibart.com, Alexa.com, Google Trends
[
cc] Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. Breibart a relayé abondamment les arguments de Nigel Farage, l’ex-leader de l’UKIP et du camp pro-Brexit. D’ailleurs Donald Trump avait soutenu Farage et l’idée de la sortie de l’UE.
    Breitbart va s’installer à Paris et va permettre à la candidate du Front National d’avoir accès à un espace d’expression libéré de la meute des chiens de garde du système, pendant la prochaine campagne électorale. Un allié de poids pour Marine Le Pen !
    Breitbart a l’intention de créer un site à Berlin également.

Comments are closed.