01/12/2016 – 18H30 Genève (Breizh-info.com) – L’accord a eu lieu entre Arabie Saoudite, Iran, autres pays de l’OPEP et Russie ! Une politique de réduction du pompage de pétrole et de hausse des prix, a été actée au sein de l’organisation des pays producteurs de pétrole. La Russie, qui réclamait à l’OPEP de parler d’une seule voix,  a répondu présent immédiatement et réduira sa production.

Le baril de Brent de la Mer du Nord, coté à Londres, s’est envolé, repassant au dessus de la barre des 50 dollars, et prenant + 8 % quelques instants après l’annonce. A New York, le Light Sweet Crude, référence américaine du pétrole brut, a augmenté de 3,62 dollars, correspondant également à un + 8 % de sa valeur : 48,85 dollars est désormais le prix pour janvier 2017.

Tous les pays de l’OPEP devront donc réduire la production, à l’exception de la Libye et du Nigéria, en proie à des attaques terroristes sur leurs champs de pétrole. Même l’Irak devra se conformer à l’accord, malgré la reprise de Mossoul. C’est l’Arabie saoudite qui fera le plus gros effort avec une baisse de presque – 500 000 barils/jour.

Le pétrole continue donc son yo-yo depuis 2007, 147$, 2008, 35$, 2014, 115$ puis 2016, 45$. Les observateurs tablent sur une remontée plus douce qu’à l’accoutumée jusqu’à cet été, en raison des désaccords sur la baisse de la production entre Iraniens et Saoudiens. Rappelons que cet accord est un accord surprise et fragile.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine