valls_lamballe

18/01/2016 : 20h00 MAJ : Nolan L, qui a donné un soufflet à Manuel Valls mardi lors de son déplacement à Lamballe, en Bretagne, a été condamné à trois mois de prison avec sursis dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. La condamnation doit désormais être homologuée lors d’une audience publique.

Le jeune homme de 19 ans a également été condamné à verser un euro de dommages et intérêts à Manuel Valls. Il écope également de 105 heures de travail d’intérêt général

18/01/2017 – 13H00 Lamballe (Breizh-Info.com) – De manière claire, la gifle à Manuel Valls a été très largement saluée par les internautes français. Si la classe politique s’est indignée, le sentiment qui semble dominer sur les réseaux sociaux est l’amusement de voir un ex-Premier ministre autoritaire ramené au réel. Une page de soutien au gifleur a même été lancée.

Condamnation des responsables politiques

Manuel Valls : « Je n’ai jamais eu peur du contact et du rapport avec les compatriotes. Mais je sais que la démocratie, ça ne peut pas être la violence. Un individu qui frappe un responsable politique, c’est évidemment toujours grave. ». 

 

François de Rugy, député nantais candidat à la primaire de la gauche : « La violence verbale et parfois physique se banalise. Tous les responsables politiques devraient la condamner. Solidarité avec Manuel Valls. »

Eric Ciotti : « L’agression contre Manuel Valls est scandaleuse et traduit la montée de l’intolérance de la part d’extrémistes de plus en plus violents. »

Soutien massif chez les lecteurs de Breizh-Info

Pour les lecteurs de Breizh-Info, le constat est presque sans appel : Manuel Valls, par sa pratique de la politique, a mérité de recevoir cette gifle.

Pour Daniel, « cette gifle était nécessaire, elle dénonce son arrogance de prétentieux et son incompétence. »

Mickael renchérit : « Quand on joue l’apprenti dictateur et que l’on prend les gens pour des imbéciles, il faut obligatoirement s’attendre à ce que le peuple réagisse de toute les manières possibles. »

Franck voit en Nolan L. « un héros » et considère son geste comme excusable.

Romain : « Bien que je condamne la violence sous toutes ses formes, je ne suis pas surpris que ça lui soit arrivé. Quand on se moque à ce point des Bretons et de leurs intérêts, qu’on prend toutes les décisions les concernant sans consulter qui que ce soit, et qu’on essaie, dans le meilleur des cas, de dénigrer et négliger leur culture et leur identité, il ne faut pas s’étonner derrière que certains aient ce genre de geste. »

Selon Anne, « quand on se surestime (malgré les gardes du corps) et qu’on veut se la jouer bain de foule au milieu de 10 personnes, on assume ! »

Hervé nuance cette avalanche de louanges : « Je ne pense pas qu’on puisse réagir de la sorte. Ce genre de réaction est compréhensible, mais pas tout a fait convenable. Râler, c’est bien, ça défoule. Une baffe aussi. Mais on ne fait pas avancer les choses. Je n’accuse pas, je ne justifie pas non plus cet acte. »

Réactions enjouées sur les réseaux sociaux

De nombreuses manifestations de joie ont éclaté sur les réseaux sociaux après l’annonce de la gifle. Des messages de soutien, largement minoritaires, ont également été notés.

https://twitter.com/ULYSSE888/status/821407155031048193

https://twitter.com/FranckVignault/status/821445520107442176

Une page de soutien a été mise en place sur Facebook.

Son adresse : https://www.facebook.com/soutienaujeuneayantgiflevalls/

On le voit, si certains ont rappelé que la violence n’était pas acceptable, une majorité de Français semble plutôt satisfaite de voir Manuel Valls, considéré comme autoritaire, descendre de son piédestal.

gifle

Comme un symbole de ce soutien populaire massif, Manuel Valls a été une nouvelle fois humilié, quelques heures seulement après la gifle de Lamballe.

En plein direct sur France Inter mercredi 18 janvier au matin, un auditeur s’adresse à lui : « C’était pour te dire Manu… Je ne sais pas si tu trouves ça normal ou pas mais la claque on est juste 66 millions à vouloir te la mettre, c’était juste trop bon ! Sans déconner quoi, il a été parfait le bonhomme ! ». La politique, un univers impitoyable…

Nicolas Serrand
Crédit Photos :  Lorenz Böck [CC BY-SA 3.0] / Facebook
[cc] Breizh-info.com, 2016 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

8 Commentaires

  1. Félicitations à ce jeune et héroïque résistant breton car n’oublions pas que c’est un indépendantiste breton qui à humilier l’ex-premier ministre de l’occupant…

  2. Certes le geste n’est pas à faire envers un élu de la Démocratie… mais sommes-nous en Démocratie?

    Le geste se déroule en Bretagne, dans un pays européen autrefois indépendant (et qui le serait encore selon les textes internationaux) ayant conservé ses institutions jusqu’en 1789, mais qui aujourd’hui ne dispose plus que d’un budget par habitant 18 fois inférieur à celui de l’Écosse (et environ 10 fois inférieur à la moyenne des régions européennes) or ce chiffre est un indicateur premier de Démocratie.

    De plus, Valls était le 1er ministre d’un gouvernement qui a refusé la réunification de la Bretagne sans aucune consultation démocratique!
    Valls a même affirmé que les Alsaciens n’existaient pas… on peut logiquement estimer que c’est également sa pensée envers les Bretons!
    Le Gouvernement auquel il appartenait vient de rejeter le projet d’enseignement du Breton à l’ensemble des écoliers.
    La langue n’est pas officielle et son usage est combattu!
    Les programmes scolaires de Bretagne sont écrit à Paris et l’histoire n’est pas enseignée!
    Les décisions économiques et sociales qui s’appliquent aux Bretons ne sont pas décidées par les Bretons!

    A l’évidence en Bretagne, le « Pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple » (définition de la Démocratie selon Abraham Lincoln) est en difficulté!

    Donc, l’argument « Elu » ou « Représentant du Peuple » apparaît discutable!
    De plus, tout ceci constitue au regard des textes internationaux et des définitions officielles associées (droit de l’homme, définition de la démocratie, droit des peuples, droits de l’enfant, etc…) une violence (un racisme, une discrimination) majeure!

    Il faudrait vérifier avec des juristes, la gifle est peut-être un acte plus condamnable que la violation des droits fondamentaux…!

  3. Voilà un article qui permettrait de faire taire ceux qui ont dénoncé un sois disant manque de soutien envers ce jeune homme, la page Facebook est accessible à tous alors il y a pas besoin de critiquer.

  4. Ce n’est pas avec des gifles que l’on témoigne son mécontentement , mais par son bulletin dans les urnes. Mais on peut comprendre l’énervement du gifleur

  5. Le lendemain de la fameuse gifle, le ministère de l’Intérieur a publié ses statistiques de la délinquance en 2016 : 214.800 personnes ont porté plainte pour violences en France au cours de l’année. Et comme l’immense majorité des victimes ne portent pas plainte, on évalue à 1,1 millions de personnes les victimes de violences, majeures ou mineures. Bien entendu, la plupart des coupables ne sont jamais retrouvés, et encore moins condamnés. Manuel Valls a été vengé : son agresseur a été aussitôt arrêté et jugé. On ne peut s’en réjouir qu’à condition de déplorer le sort de tous ceux qui, parmi les 1.099.999 autres victimes de violences en France sont abandonnées à leur sort. Manuel Valls n’est pas un Français comme les autres.

  6. Vous rendez-vous compte que nous sommes en pleine cocasserie ? Bravo M.M. les Démocrates : quel bel exemple pour la Bretagne de demain !

    Gifle bretonne administrée à Manuel VALLS. Lettre du bon docteur Louis Mélennec à maître M., avocat d’un militant de la cause bretonne.

    Maître, ….  » Les Bretons qui ont eu accès à leur histoire – que mes travaux depuis 40 ans ont entièrement renouvelée -, sont saisis d’un réflexe de vomissement en la lisant. Pendant longtemps, ils ont refusé de croire que cela pouvait être vrai, tant les faits sont horribles. Comme dans tous les pays du monde, l’histoire a été falsifiée par les plus puissants. La nôtre, en particulier, a été – et est toujours – interdite d’enseignement dans les écoles. Elle a été remplacée … par l’histoire de France !!!

    Voila toute l’affaire : les jeunes n’ont découvert ce qui s’est réellement passé en Bretagne, que très récemment, à travers leur histoire nationale. Beaucoup agissent en conséquence. Dans un climat si possible pacifique, exclu de toute haine, ils savent maintenant que le droit a toujours été du côté de la Bretagne, plus encore aujourd’hui, au regard du droit international, qui condamne avec la plus grande fermeté les discriminations et le racisme dont sont victimes les nations dites « minoritaires », incluses contre leur volonté dans ce qu’on dénomme « l’hexagone ».

    Je condamne personnellement toute violence, même verbale, et toute violation du droit. Je n’ai donc pas approuvé la gifle bretonne administrée à Manuel Valls, quand bien même elle serait mille fois méritée. Il faut reconnaître que ce jeune Breton a exprimé par son geste ce que des millions d’entre nous auraient aimé faire, si cela n’était puni par le droit pénal : la Bretagne lui est reconnaissante.

    Manuel Valls a lu le Livre bleu de la Bretagne : il est Catalan, il comprend parfaitement notre langage. Hollande et Ayrault l’on lu aussi, mais cela excède leurs capacités intellectuelles et morales de compréhension.

    L’histoire ayant été ce qu’elle est, les Bretons accepteraient de prendre leur part de la misère du monde. Ce serait justice. Et Dieu sait si ce peuple idéaliste a soif de justice, après tout ce qu’on a osé lui faire !

    Le pire, pour nous : avoir été victimes de ces mensonges, de ces humiliations, de ces injures, pendant deux siècles et demi, depuis le jour où la France, bonne dernière des nations civilisées dans ce domaine, a prétendu avoir « inventé » les droits de l’homme (!!!), et apporté la liberté au monde (!!!)

    Il y a pire encore : être trahis par ceux qui ont mission de crier la vérité historique au monde entier : les « députés » et les « sénateurs ».

    Cela, nous ne le pardonnerons jamais.

    Il ne sert à rien de dire cela à des Français : même s’ils savent ce qu’ont été les colonisations dans le monde, ils ne comprennent pas, ils ne comprendrons pas. En tout cas, pas avant longtemps.

    Je dis : TANT PIS pour eux. Il n’y a de pires sourds que ceux qui ne veulent pas entendre. A ce stade, cela n’a plus aucune importance, car la vérité progresse maintenant toute seule.

    Recevez mes meilleurs et cordiaux sentiments. »

    Pièces jointes :

    – La Shoah bretonne : http://louis-melennec.fr/2014/12/23/la-shoah-bretonne-un-nouveau-concept-vient-de-naitre

    – Histoire de la Bretagne pour les nuls et les collabos : http://blog-louis-melennec.fr/

    Louis MELENNEC, docteur en droit et en médecine, ex-consultant près le médiateur de la république, historien de la Bretagne, militant des droits de l’homme et des Nations.

    Demain jeudi 26 janvier : émission en direct de la Pravda, de Moscou, avec le bon docteur Mélennec.

Comments are closed.