25/02/2017 – 04h30 Nantes (Breizh-Info.com) – C’est un ordre qui a été donné aux agents de la police municipale nantaise par leur hiérarchie jeudi 23 février au soir.

Ils ne doivent plus aller patrouiller dans une partie du quartier de la Bottière, à Nantes, « jusqu’à nouvel ordre ». Cette consigne intervient après qu’un syndicaliste Force Ouvrière ait violemment attaqué  la mairie de Nantes pour ne pas avoir mesuré les risques que prenaient les agents dans les quartiers dits « sensibles ».

Un climat national et local délétère pour la police municipale

Cette décision sonne le glas d’une ambition toute récente de la municipalité (PS) nantaise. En effet, au début du mois de février, la police municipale s’était vue confier la mission de quadriller les quartiers « sensibles » de l’agglomération nantaises afin de se montrer à l’écoute des doléances des habitants et des commerçants.

Pour la mairie, cette décision a été prise afin de ne pas exposer les agents alors que « des risques sont connus » (sic).

Ces risques, ce sont sans aucun doute les violences en augmentation récemment dans ce quartier précis ainsi qu’un contexte national de haine contre la police après l’affaire Théo.
Les nombreuses manifestations nantaises organisées par l’extrême-gauche locale « contre les violences policières » ne participent certainement pas à l’apaisement d’une situation tendue pour les policiers.

Une conséquence du manque de moyens et de l’animosité d’habitants des quartiers

Un syndicaliste Force Ouvrière (FO), s’étonne auprès de Presse Océan d’une « troublante coïncidence » alors que la veille même de cette décision, était dénoncée l’insuffisance des moyens de protections alloués à la police municipale dans ses missions de sécurisation.

En effet, le 23 février, Laurent Desgens (FO) racontait le désastre de cette initiative mise en place par Johanna Rolland. Quand il parlait de l’état d’esprit des policiers municipaux obligés d’aller patrouiller sans arme à feu ni gilet pare-balles performant, il était catégorique : « Ils ont la boule au ventre quand ils partent le matin ».

Sans moyen de se défendre convenablement en cas d’attaque, les policiers municipaux devaient également composer avec la population – très souvent d’origine immigrée -de ces quartiers,  dont une partie rejetait leur présence.

Dans son entretien à France Bleu, Laurent Desgens disait s’inquiéter pour ses collègues, sachant que les policiers municipaux ne sont pas les bienvenus dans les quartiers sensibles nantais. Selon lui, même des commerçants et des responsables d’association ont demandé aux agents municipaux de se faire discrets : « Ils leur ont demandé d’éviter de passer parce que ça les met en difficulté vis à vis de certains habitants qui voient d’un mauvais œil qu’on puisse parler à la police, qui craignent d’être dénoncés ou que sais-je ». Ambiance.

Le quartier de la Bottière est un point névralgique de la délinquance et de la violence urbaine à Nantes. Avec cette décision, la municipalité socialiste admet que l’ordre républicain ne s’applique plus dans certains territoires de la métropole nantaise. Ce qui n’est pas vraiment une surprise.

Nicolas Serrand

Crédit Photo : Kevin B [CC BY-SA 3.0]
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

15 Commentaires

  1. « Avec cette décision, la municipalité socialiste admet que l’ordre républicain ne s’applique plus dans certains territoires de la métropole nantaise. Ce qui n’est pas vraiment une surprise. »

    certains en doutaient encore ?

    • En réalité c’est l’inverse. La police de l’état français dite  »nationale » assure l’ordre (ou le désordre) républicain. La police municipale représente l’ordre local, un embryon de prise en charge des Bretons par eux-mêmes. En supprimant la police locale on se défosse sur l’état français. Alors qu’il faudrait faire línverse: muscler la police municipale, et coordonner les efforts entre villes bretonnes pour créer une police bretonne capable de palier à l’incurie de l’état français.

  2. «Comment peut-on éviter la partition? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire: la partition.» Hollande dans ses confessions à deux journalistes de l’ imMonde.

    Depuis 1985 l’ état a abandonné sa première mission régalienne qui est d’ assurer la sécurité des Français et il a laissé pourrir partout une situation dont il va être difficile et dangereux pour tous de sortir.

    Allons-nous redonner le pouvoir aux responsables de cet état de fait qui ne proposent rien pour en sortir, qui évitent même d’ aborder le sujet ?

    • La police française n’a jamais eu pour but de d’assurer la sécurité des habitants. Les racines du mal sont bien plus profondes. La police dite  »nationale » vise à protéger avant tout l’état ( »ordre public »). Si les populations en profitent c’est tant mieux , lorsqu’elles en souffrent c’est  »dans l’intérêt de la république ». Si la police était au service des gens elle serait locale comme dans les pays civilisés. Police bretonne et vite!

  3. Franchement que voulez-vous qu’on en dise ,tout cela devient désespérant !
    En plus Nantes est un territoire de gauche ,alors que les habitants ne se plaignent pas ,ils l’auront bien chercher ,et oui ,car voter FN c’est facho ,y’a des moments dans la vie ,ou il faut faire un choix ,sans s’occuper de ce que dise les médias ;qui pratiquent les désinformation .

  4. A force de baisser le pantalon, les politiques umps vont finir par obtenir ce qu’ils cherchent:
    se le faire mettre……..

  5. encore un recul de la république, faute de moyens.Nous allons bientôt
    perdre définitivement tous ces territoires sans nous « battre  » (Hollande
    parle de partition en cachette mais a laissé faire comme ses
    prédécesseurs)Si nous ne voulons pas les perdre, il faudra bien faire
    intervenir un jour l’armée , la légion.
    Comme Beyrouth, Jérusalem,
    Mostar, Belfast ,Nicosie… , certaines villes de France sont déjà
    coupées en deux , et la seine saint denis deviendra sans doute bientôt
    autonome.

    • C’est au contraire une avancée de plus de la république française au dépends des Bretons. On nous dit en substance : c’est trop risqué petits nantais laissez faire l’état français. Je ne serais pas étonné que les instructions viennent d’ailleurs d’en haut… L’état français a toujours regardé d’un mauvais oeil les initiatives locales et les polices municipales en font partie. Il utilisera toujours le désordre pour jouer sur la peur ou sur leur prétendue  »illégitimité » – alors qu’il est bien plus légitime pour les Bretons de se prendre en charge que d’espérer quoi que ce soit de Paris. La république française c’est le désordre. N’oublions jamais comment la république française est née, en coupant des têtes, en persécutant la religion et en massacrant! La notion  »d’ordre républicain » est une vaste fumisterie.

  6. encore un recul de la république,
    faute de moyens.Nous allons bientôt perdre définitivement tous ces
    territoires sans nous « battre  » (Hollande parle de
    partition en cachette mais a laissé faire comme ses prédécesseurs)Si
    nous ne voulons pas les perdre, il faudra bien faire intervenir un
    jour l’armée , la légion.
    Comme Beyrouth, Jérusalem,
    Mostar, Belfast ,Nicosie… , certaines villes de France sont déjà
    coupées en deux , et la seine saint denis deviendra sans doute
    bientôt autonome.

  7. Voici une nouvelle démonstration dogmatique de Mme le Maire, Johanna Rolland préfère priver une partie de ses administrés d’un droit fondamental qu’est celui de la sécurité plutôt que d’admettre la réalité du quotidien dans sa ville.

    Plutôt que de prendre ses responsabilités en donnant à ses agents les moyens de se protéger pour pouvoir ensuite protéger la population, elle décide de ne plus les faire patrouiller dans certains quartiers ou des « incidents » ont eu lieux.

    Avec ce raisonnement, c’est à chaque fois une partie de la ville qui sera retirée des patrouilles si des faits survenaient et à chaque fois de nouvelles zones de non droit cédées aux voyous!

    Comme depuis le début, FOPM ne lâchera rien et se battra légitimement pour obtenir l’armement de la police municipale Nantaise, FOPM espère vivement que pendant ce temps, l’un des notre en uniforme ne soit blessé ou pire par ignorance et entêtement de Mme le Maire!

Comments are closed.