Hongrie. Le parlement vote des mesures de précaution vis à vis des migrants clandestins

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

07/03/2017 – 11h30 Budapest (Breizh-Info.com) –  Le Parlement de Hongrie a adopté à une large majorité ce mardi 7 mars des mesures de précaution drastiques vis à vis de tous les migrants entrés clandestinement dans le pays, et cela afin de protéger le peuple hongrois de la submersion migratoire que connait l’Europe depuis plusieurs années désormais.

Cette mesure avait été supprimée en 2013 alors que des institutions non élues (UE etHaut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) avaient fait pression et mené un chantage (économique notamment) sur la Hongrie, qui en votant cette mesure réaffirme sa souveraineté et sa volonté de protéger sa population.

La nouvelle loi a été adoptée, par une large majorité des partis présents dans le Parlement, par 138 voix contre 6 et 22 abstentions. Elle prévoit que les migrants clandestins seront placés dans des « zones de transit » aux frontières serbe et croate, où ils seront détenus dans l’attente d’une décision définitive concernant leur demande d’asile.

Cette mesure s’appliquera tant aux nouveaux venus qu’aux demandeurs d’asile déjà hébergés dans le pays, au nombre de 586 en février.

Les migrants ne seront pas « détenus » – ce qui sous entendraient qu’ils seraient en prison – comme l’indique la presse mainstream, mais logés dans des préfabriqués, à l’écart de la population autochtone, en attendant la décision administrative. De quoi dissuader une large partie des candidats à l’immigration dans ce pays, et ainsi tarir le flux de migrants en provenance majoritairement d’Afrique et d’Asie.

En 2016, seuls 425 migrants ont obtenu l’asile en Hongrie (sur 29 432 demande déposées dans ce pays ) ; il s’agissait majoritairement de chrétiens fuyant les persécutions dans leur pays d’origine, les demandes déboutées concernant des populations musulmanes jugées « à risque » ou des migrations principalement économiques et n’entrant de facto pas dans le cadre du droit d’asile.

Les pays dits du Groupe de Visegràd (République Tchèque, Hongrie, Slovaquie, Pologne) sont aujourd’hui les seuls à mettre en place des mesures dissuasives concernant l’immigration. Des mesures largement soutenues par la population sur place, comme tous nos correspondants locaux peuvent le confirmer.

https://www.youtube.com/watch?v=uEvEI9Cws88

 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

2 Commentaires

  1. Les « zones de transit » créées pour raisons administratives devraient aussi être des « zones de quarantaine » pour éviter la diffusion de certaines maladies en Europe. Les microbes migrent aussi ! Des agents de l’administration pénitentiaire française sont aujourd’hui soignés pour des tuberculoses contractées au contact de migrants, alors que la maladie avait pratiquement disparu chez nous.

Comments are closed.