Bretagne. Marine Le Pen désormais en tête des intentions de vote

marine_le_pen

07/03/2017 – 13h00 Rennes (Breizh-Info.com) – Marine Le Pen serait en tête des intentions de vote pour l’élection présidentielle en Bretagne – et seconde en Pays de la Loire – selon les résultats d’une enquête dévoilée ce mardi 7 mars 2017 par l’Ifop et Fiducial pour Paris Match, C News et Sud Radio. Une grosse progression donc par rapport aux derniers sondages pour la presse régionale qui donnaient à chaque fois Emmanuel Macron et François Fillon devant elle.

Ainsi, l’enquête, intitulée « Présidentielle 2017 : les rapports de force électoraux à deux mois du second tour » et menée du 2 au 4 mars, indique que Marine Le Pen obtiendrait 25% des suffrages en Bretagne (22% en Pays de la Loire) contre 16% en Bretagne et 21% en Pays de la Loire lors du dernier sondage.

Elle serait ainsi, en Bretagne administrative, au coude à coude avec Emmanuel Macron lui aussi donné à 25% (27% en Pays de la Loire) et devant François Fillon (20% et 20%) tandis que Benoît Hamon ferait 19% en Bretagne et 16% en Pays de la Loire, et Jean-Luc Mélenchon 8 et 11%.

L’évolution par rapport à la présidentielle de 2012 serait par ailleurs largement supérieure à la moyenne nationale.

Au niveau national, Marine Le Pen est donnée à 26,5% devant Macron (25,5%), Fillon (18,5%), Hamon (14%) et Mélenchon (12%) tandis qu’au deuxième tour, Emmanuel Macron l’emporterait par 61% contre 39% pour Marine Le Pen. Toutefois, les personnes ayant donné leur avis ne sont que 62% à être sûres de leur choix (76% parmi ceux ayant désigné Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ). Sur les 37% de sondés désignant Fillon et pouvant encore changer d’avis, 15% le feraient pour Marine Le Pen contre 11% pour Emmanuel Macron.

Le sondage de l’Ifop évoque comme priorités des Français la lutte contre le chômage (55%) devant la sécurité et la lutte contre le terrorisme (43%) et l’amélioration du pouvoir d’achat (41%). La question de l’immigration n’était toutefois même pas proposée aux sondés.

Voir l’enquête complète ici

Crédit Photo : wikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

20 réponses

  1. Si cela permet aux Bretons de guérir du socialisme…. étape indispensable avant que les esprits s’autorisent à penser que les solutions pour la Bretagne et les Bretons ne viendront que de la Bretagne et des Bretons!

    Mais c’est pas gagné, vu que le FN dispose d’un programme économique qui ne ferait pas “rougir” les socialistes (internationalisme en moins…. du moins pour l’instant!)

    On risque de passer d’un socialisme rosé à un socialisme bleuté mais toujours parisien!

  2. Si cela pouvait enlever à la Bretagne sa couleur politique rouge violet, ce serait une très bonne chose, cela redonnerait peut être un peu de vie au Centre Bretagne qui en a bien besoin après 70 années de gestion socialo communiste !!!!

    1. Le problème à mon avis est: changer pour aller vers quoi ? À part une volonté de contrôle des flux migratoires extra européens affichée – reste encore à voir en pratique ce que cela donnerait – quel serait l’impact d’une gestion FN de la Bretagne ? Du tricolore partout, encore plus de Français, d’étatisme etc.

      1. @Le Gwendal ou la détestation de la France. En quelle langue vous exprimez-vous ? En français, non ? Vous préférez les socialos apatrides ?

      2. Je peux m’exprimer en plusieurs langues mais ma langue nationale est le breton. Soyons clair la langue française est langue du déracinement justement. Ce n’était pas la labgue de mes ancêtres. Langue imposée. Detester ou aimer la France n’est plus le sujet. Nous ne sommes plus en 1789 . La question est de savoir si nous aurons en nous la force de survivre à la France moribonde ou si nous serons engloutis avec elle.

  3. Dans notre “histoire” nous avions un train d’avance (facile à démonter au besoin).
    Aujourd’hui nous avons un train de retard (avec la France) car nous nous interdisons de penser sans l’accord des Français et pour nous Bretons la France est devenu le centre de notre monde.

    Il n’y a pas de “mauvais cotés du conservatisme breton”, il n’est mauvais que vis à vis de la pensée pilotée de France… (piloté, donc toujours avec un temps de retard, c’est purement technique).

    Le “bon coté” reviendra quand les Bretons s’autoriseront à nouveau à pensez autre chose que la “bonne” soupe qu’on leur tend!

    1. Oui, je ne nie pas que ce conservatisme puisse être positif. Surtout lorsqu’il se porte sur le maintien de traditions bretonnes ancestrales ou la conservation de ce qui fait l’esprit breton. Conserver la langue bretonne, conserver le littoral, conserver les arts populaires : que des acceptions positives du conservatisme où les Bretons continuent d’exceller.

      Mais politiquement, la Bretagne est devenue un conservatoire des modèles français dépassés, hélas. Quand elle sera indépendante, il en sera autrement.

      Mais c’est pas demain la veille car les notables et le clergé actuel se complaisent dans cette franchouillardise rétrograde. Comme l’avait prophétisé Maodez Glanndour (avec un brin d’humour et un brin de gravité) : le dernière prêtre à parler français sera du diocèse de Quimper-et-Léon et s’appellera Corentin…

      1. Je vous rejoins : Les Bretons ont un très bon comportement social et étatique quand ils sont indépendants, mais quand ils sont soumis et qu’on leur a retirer leur capacité de résistance c’est une catastrophe.

        Ce n’est pas sans raison si les Bretons préfèrent s’investir dans le nationalisme (état-nation) français que dans le nationalisme (charnel breton).

        Mais je reproche moins aux notables et au clergé, qu’aux Bretons eux-même… qui au nom du “progrès”, de la “logique”, ou encore pire du “réalisme” se refusent de réaliser ce que tous les autres nations en Europe parviennent à faire!

  4. Qui vivra verra!!!
    Mais dans un système hyper centralisé par idéologie (que défend Marine tout comme ses prédécesseurs) que peut-il sortir à terme d’autre que du Socialisme…?! (De l’économie dirigée pour citoyens pilotés!)
    C’est basique, mais c’est factuel!

  5. Oui, nous sommes culturellement individuel mais avec une notion forte de la valeur “Nation” (dont du sens du collectif)… Ce n’est pas sans raison si les Bretons sont l’une des rares nations existant avant l’Empire Romain à toujours exister aujourd’hui (Bretons continentaux, Gallois ou Cornouaillais).

    Mais depuis que notre nation est niée (Bretons continentaux) il ne nous reste plus que l’individualisme (au grand bonheur de ceux qui nous pilotent)!

    D’où notre difficulté à constituer une offre bretonne (d’autant que la négation de notre nation est récente à la différence des autres cas similaires en Europe mais aussi liée à la négation de la nation dominante ce qui est un cas unique…: “le modèle” comme dit Marine)…

    L’offre bretonne est faible par l’absence de ceux qui devraient si investir…!

    Reste à savoir quand les Bretons seront lassés par l’artificiel qui détruit leur pays et retrouverons le goût pour le naturel qui ouvre un avenir à leurs enfants!

    1. L’offfe bretonne n’est pas à la hauteur et les Bretons ont sans doute leur part de responsabilité. Et il est sain de se remettre en cause. Force est tout de même de constater que les Allemands de France ne sont pas à la hauteur des Allemands du Sud Tirol, les Basques du Nord de ceux du Sud, les Flamands du Sud de ceux du Nord. Il y a aussi quelque chose de spécifiquement délétère dans la manière dont les choses se passent en Hexagone .

      1. Oui, je me suis longtemps posé la question du pourquoi…

        La réponse m’est venue d’amis Français : Ils m’ont dit qu’eux n’étaient ni Bretons, ni Corses, ni Basque et que si nous tous nous récupérions notre démocratie, eux (ceux qui restent) qui sont-ils…?

        C’est à dire: qui sont les 55 millions (40 si on retire les occitans) de Français véritables??? (une question hallucinante, n’est-elle pas?)

        C’est là que j’ai compris qu’un Français n’a plus aucune notion de sa véritable nationalité, de son identité!

        La République en créant l’Etat-Nation “France” dont les citoyens s’appellent les “Français” et en voulant détruire les nations non françaises (Bretons, Basques, Corses, Alsaciens) a surtout détruit la nation française!

        L’absence de nationalisme (charnel) chez les Français privent les Bretons (et les autres nations de l’Hexagone) de référence…

        Du fait, un Breton qui dit à un Français qu’il n’est pas Français parce qu’il est Breton, le Français qui ignore son identité prend cette affirmation pour une insulte… ce qui met le Breton dans une situation inconfortable alors qu’il ne fait que dire une banalité.

        Le problème est donc plus l’ignorance du Français que l’ignorance du Breton.

        Sauf que le Français à le pouvoir (ils sont les plus nombreux)!

        Les Corses semblent avoir réussi à passer le cap…
        Vexer un Français en le renvoyant à son identité réelle qui n’est pas celle du Corse ne semble plus être un frein…!

        Si le Breton veut sauver son pays, il est temps qu’à l’image du Corse nous apprenions à appeler un Français un “Français” et peu importe si cela le vexe!

        L’absence de valeur “nation” chez les Français n’est pas une raison pour nous suicider avec eux!

      2. Evel just ! Je crois que dans la jeune génération certains se décomplexent . Pour revenir au sujet le seul point positif que je puisse imaginer dans un gouvernement FN c’est que l’outrance des cocoricos poussés du matin au soir pourrait bien accélérer la prise de conscience nationale bretonne!

  6. Le FN s’oppose à l’enseignement des langues autochtones dites “régionales”, aux panneaux bilingues , et il prévoit d’abolir l’embryon pathétique de pouvoir régional , les régions. Ce que le père maintenait d’ambiguïtés la fille la clarifié. Et l’arrivée d’une tripotée d’ex chevenementistes renforce la tendance. Le FN est un parti centralisateur à outrance et étatiste . Cela explique jusqu’a son attirude sur l’immigration : il a évolué vers l’assimilationisme. Comme au temps des colonies on fera de tous de bons petit français (vœux pieux). Dire le contraire n’est pas très sérieux qu’on soit pour ou contre.

  7. La France décline depuis Louis XIV justement ! Le Colbertisme lui a fait rater la revoltion industrielle. L’interlude sanglant de sa révolution et du premier Empire fut son chant du Cygne. Sauvée in ex tremis en 1917-1918, réanimée en 1944, Ia France est un mort-vivant.

  8. A l’époque de Louis XIV, la Bretagne était un état séparé de l’état Français même si elle disposait du même roi comme Chef d’état (Un peu comme le Canada et la Grande-Bretagne aujourd’hui).
    Les lois Bretonnes étaient issues uniquement des États de Bretagne (équivalent à un Parlement d’aujourd’hui) ou du Parlement (équivalent à une cours constitutionnelle). La Bretagne décidait entièrement de sa fiscalité (révolte des Bonnets Rouges quand le roi l’avait “oublié”).

    La Bretagne : Pour Louis XIV et de sa propre phrase était “Pérou pour la France” (Pérou, parce que immensément riche et qu’il pouvait la piller). En effet et bien que traité (1532) en tant que Roi il en était le protecteur des institutions, quand il avait besoin d’argent il ne s’embarrassait pas de principes pour se servir les caisses de l’État Breton (totalement illégal, mais avec une armée contre un pays désarmé dont on est le protecteur…!).

    La France : Pour Louis XIV et là aussi de sa propre phrase “l’état c’était lui”…. peut importe les lois, il était au dessus!

    Le centralisme : Il a créé une oligarchie réduite à l’oisiveté et ne vivant que de la corruption pour obtenir de lui des privilèges.

    L’Europe : Il l’a mise à feu et à sang.

    Son propre peuple : A la fin de son règne il mourait de la famine (ça aidait pour gérer le chômage, tout comme aujourd’hui on truc les chiffres…).

    Donc, si le totalitarisme, le pillage, la guerre et le mépris total du peuple sont pour vous des valeurs… Aucun doute, Louis XIV peut à ce titre être un exemple!
    En plus “light” (quoi que…), le Socialisme est également à sa façon une démarche comparable..!

    Et comme il n’y a pas de fumée sans feu, le fait que le Congrès de la République (réunion du Parlement et du Sénat, la crème de l’oligarchie) se tient officiellement au Château de Versailles (grandiose et payé par la misère du peuple) est à ce titre tout un symbole…!

    A titre personnel, je préfère la Démocratie :
    La nation de Bretagne décidant en Bretagne!
    La nation de France décidant en France!

  9. MAIS ILS ONT TOUJOURS VOTEZ SOCIALISTES ALLER SAVOIR POUR QUOI POUR L ARGENT DE BROUXELLE SAUF QUE SE SONT LES GROS LES PLUS FORT QUI RECEVAIT CETTE ARGENT IL FAUT BIEN ARRETER CE MANEGE QUI DURE DEPUIS COMBIEN D ANNEE ONT EN A MARRE BEAUCOUP DE BRETONS VIVE DANS LA MISèRE ET VOTAIS TOUJOURS LES SOCIALISTES BON C EST TRES TRES BIEN QU ILS ONT ENFIN COMPRIS MERCI A VOUS LA BRETAGNE PEUT ETRE ALLER VOUS SAUVEZ VOTRE PAYS LA FRANCE VIVE MARINE

  10. On peut parler de la Bretagne dans toutes les langues, cela ne change rien au fait que la langue bretonne est intimement liée à notre qualité de Bretons , contrairement au français.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS