02/05/2017 – 07h05 Saint-Brieuc (Breizh-Info.com) – Difficile d’évoquer « l’esprit républicain » où même la démocratie à la vue de la campagne anti Marine Le Pen menée tambours battant depuis le soir du premier tour de l’élection présidentielle.

Après les politiques, les artistes, les « philosophes », les syndicats, le grand patronat, les journalistes subventionnés, voici que certains évêques de Bretagne s’y mettent à leur tour.

Pourtant, contrairement  à 2002, la Conférence des évêques de France a décidé de ne pas se positionner entre les deux candidats qualifiés au premier tour de la présidentielle.

Mais cela n’a pas empêché Monseigneur Moutel, évêque du diocèse de Tréguier et de Saint-Brieuc, de prendre position : « Affaiblir l’Europe et diviser les Français ? Non à Mme Le Pen. Je choisis plus que jamais l’espérance » a affirmé l’évêque, que l’on entend toutefois moins expliquer le fait que les églises se vident, le discours lénifiant du clergé étant de plus en plus décalé avec les attentes des croyants.

Monseigneur d’Ornellas a également pris position contre Marine Le Pen, dans une tribune pas très courageuse dénonçant le refus d’accueillir les étrangers ou appelant à la nécessaire construction européenne sans jamais oser aller jusq’au bout de sa démarche (contre de nombreuses de ses ouailles qui pourraient voter Marine Le Pen au deuxième tour).

Pas de prise de position publique pour Monseigneur Dognin, l’évêque de Cornouaille favorable à l’accueil des migrants. Rien non plus du côté de Nantes ou de Vannes.

Expliquant ne pas comprendre la politique française, le Pape a refusé de prendre position entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron pour le second tour.

Selon un sondage réalisé dimanche 23 avril par l’institut Harris Interactive pour La Croix, au premier tour de la présidentielle,  16% des pratiquants réguliers ont voté pour Marine Le Pen, 24% des pratiquants occasionnels et 20% des non pratiquants.

Crédit photo : Mgr Moutel DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

12 Commentaires

  1. Vous me ferez trois Pater et cinq Avé pour vous faire pardonner les mauvaises pensées envers vos concitoyens. Votant pour elle, je me sens attaqué par les propos. Que Dieu vous garde…

  2. « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »

    L’ église se mettrait-elle à imiter l’ islam en se mêlant de politique ?
    La parole de Jésus na-t-elle plus de poids ?
    La charité chrétienne n’ impose pas le suicide collectif et la mise en danger de son propre dogme.
    Rejoindre volontairement le triste sort des chrétiens d’ orient martyrisés ne nous ouvrira pas les portes du paradis.

  3. Accessoirement, les positions du FN sont totalement incompatibles avec l’évangile. Il faut être demeuré pour imaginer le contraire…

  4. Le Pape François n’a pas précisé sa préférence, mais il a donné de nombreux indices pour la comprendre. L’un des plus subtils est cette phrase à propos de Macron : « mais l’autre, vraiment, je ne sais pas d’où il vient ». Le plan marketing de Macron est tellement bien organisé que, bien sûr, le Pape sait d’où il vient, comme le confirmait son sourire en coin. En réalité, cette phrase est l’écho de ce que Chesterton (dont la pensée est chère au Pape François) disait à propos du capitalisme : « Personne n’a su d’où il venait ; personne n’a particulièrement voulu qu’il vînt. Personne n’a su où il allait ; et en ce moment, il semble directement aller au monopole et à la banqueroute. »

  5. Et bien, je ne donnerai pas au denier de l’Église, cette année. Et j’enjoins tous les patriotes à faire de même.

  6. Quand les évêques se mettent à faire de l’Eurolâtrie. Quelle déchéance!!! Quelle mauvaise foi (c’est la cas de le dire). Effectivement Gillic, pas étonnant que les églises se vident si elle deviennent des réunions pro-Union Européenne et pro-système.

Comments are closed.