Le tweet de Barack Obama contredit par deux études scientifiques ?

Barack Obama Twitter Charlottesville

17/08/2017 – 06h45 Washington (Breizh-Info.com) – Tous les médias sont en pâmoison devant le dernier tweet de Barack Obama, l’ancien président des Etats-Unis. Europe 1, France Info, Le Point, Ouest-France… Ils se sont tous émerveillés du succès de ce tweet qui est devenu le plus « aimé » de l’histoire de Twitter.
Problème, la tirade tant appréciée par les observateurs semble contredite par plusieurs études scientifiques.

Le tweet de Barack Obama

Après le drame de Charlottesville, Barack Obama a réagi sur son compte Twitter.

Postant une photo dans laquelle on le voit parler à des enfants de plusieurs origines par une fenêtre, il cite une phrase de Nelson Mandela : « Personne n’est né en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, de ses origines ou de sa religion… »
Avant de poursuivre la citation dans un second tweet : « Les hommes doivent apprendre à haïr et, s’ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent être éduqués à aimer… »
Puis, enfin de conclure dans un troisième tweet : « …Car aimer vient plus naturellement au cœur humain que l’opposé. » – Nelson Mandela

Deux études scientifiques donnent tort à Obama

Le professeur Kang Lee, de l’université de Toronto, a mené une équipe de chercheurs canadiens, américains, anglais, français et chinois. Leur découverte : les bébés développent naturellement des préjugés raciaux dès 6 mois.

Dans les détails, une première étude, publiée en janvier 2017 dans le journal Developmental Science (lien ResearchGate), l’équipe de chercheurs démontre que les nouveaux-nés de six à neuf mois associent les visages de leur propre groupe de population avec de la musique joyeuse et les visages d’autres groupes de population avec de la musique triste.

Dans une deuxième étude, publiée en avril 2017 dans le journal Child Development (lien ResearchGate), il est démontré que les nouveaux-nés de tout juste 6 mois étaient plus enclins à apprendre des informations d’un adulte appartenant à leur propre groupe de population.

Et le chercheur de conclure : « Les résultats montrent que des préjugés raciaux existent déjà autour de la moitié de la première année de vie de l’enfant. Cela remet en cause l’opinion populaire selon laquelle les préjugés raciaux apparaissent durant l’enfance. »

Et les chercheurs avouent qu’ils n’ont peut-être pas découverts le premier moment à partir duquel les préjugés raciaux existent.

Pas certains que ces études scientifiques aient autant de succès que le tweet de Barack Obama…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Témoignage personnel. L’autre jour, j’accompagne mon petit-fils de 18 mois dans un jardin public. Il grimpe au toboggan et se trouve face à un petit Noir à peu près de son âge. Lippe et regard angoissé. Il se retourne… et derrière lui il voit un autre petit Noir. Sanglots et panique à bord, j’ai dû l’exfiltrer. Cet enfant gai, expansif et pas du tout craintif venait de jouer pendant une demi-heure avec d’autres enfants blancs rencontrés autour du toboggan et parfaitement inconnus de lui. Sa grande soeur n’a aucun problème avec les Noirs : elle en rencontre à l’école. Elle a appris à vivre avec eux. Si j’en jugeais par cette unique expérience, je dirais que Barack Obama se fourre le doigt dans l’oeil (ou nous le fourre).

  2. La démagogie d’Obama n’est plus à démontrer… et rien d’étonnant venant d’un noir car touché et complexé par sa négritude… un problème de complexe que n’éprouve pas les blancs.

    Et quand on a donné autant d’ordres militaires par faire tuer des milliers de gens innocents et entretenu des groupes terroristes on s’abstiens de donner des leçons humanitaires… sans compter les magouilles sur le dos de son peuple qui en paye cash les conséquences… Mandela criminel enfermé en prison pendant des années pour ses meurtres raciaux n’est pas l’exemple le plus élégant… Mais une mode auto culpabilisante et victimaire veux qu’un noir qui réussi à nous niquer soit un héros…

    Il est évident que ni les enfants, ni les adultes ne soient des distributeurs généreux d’amour désintéressé et de tendresse naturelle envers des inconnus… L’égoïsme n’est pas un défaut, bien au contraire, car il permet de se protéger d’un monde en compétition, dur et injuste qui ne laisse pas la même chance à tout le monde… les places de premier sont hyper sélectives…

    1. Difficile de faire une analyse psychologique d’Obama. Non seulement il n’est pas noir mais métis, et surtout il n’a pas été élevé comme un Noir. Il avait deux ans quand son père a quitté sa mère. Il a vécu les cinq premières années de sa vie chez ses grands-parents (blancs) à Hawaï, où il n’y a pratiquement pas de Noirs. Puis il a vécu quatre ans en Asie chez un beau-père indonésien avant de revenir à Hawaï chez ses grands-parents. Même quand il a découvert sa « négritude », ce n’était pas celle des Noirs américains puisque son père était un notable africain. Il a peut-être des esclavagistes parmi ses ancêtres, mais pas d’esclaves, ce qui psychologiquement peut faire une différence. On pourrait presque dire qu’il est devenu noir par mariage ! Sans doute est-il moins noir qu’universaliste.

    2. Analyses psychologiques de bar-tabac. Les complexes que tu évoques mènent à un comportement antisocial, vu sa biographie, il a y peu de chances que B.Obama soit sujet à ce type de trouble.

      Claise, pour éviter de te ridiculiser contente-toi de faire des commentaires sur des sujets que tu maîtrises. Si tant est qu’il y en ait.

    3. Vous avez raison ! Tuons nous les uns les autres et laissons de la place pour une espèce plus compétitive qui saura respecter l’autre dans sa différence !

  3. Qu’instinctivement, on se sente plus proche de quelqu’un de sa couleur que de quelqu’un d’une autre semble a priori logique. Après d’autres paramètres peuvent intervenir. A mon travail, je n’ai eu des problèmes relationnels qu’avec des Blancs, alors que j’ai travaillé avec des Noirs africains ou antillais sans aucun problème.

  4. Notre catholicisme nous tue, car la religion est basée sur la culpabilisation… c’est tellement pratique pour manipuler les gens …
    L’antiracisme c’est comme le Poppers, cela désinhibe pour se baiser…

  5. Il ne s’agit pas de racisme comme on l’entend mais de reconnaissance ou d’identification: lorsque le tt petit commence à se reconnaître il reconnaît par là même ses semblables; surtout s’ils sont reliées à l’affectif: parents,famille, amis.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS