Les Fleurs bleues, dernier chef d’œuvre anticommuniste d’Andrzej Wajda

Les Fleurs bleues

05/09/2017 – 07h00 Varsovie (Breizh-Info.com) – En 1948, dans la Pologne sous le joug communiste. Le peintre Wladyslaw Strzeminski (Boguslaw Linda), amputé d’un avant-bras et d’une jambe lors de la Première Guerre mondiale, est adulé par ses étudiants de l’École Nationale des Beaux Arts de Łódź. A la mort de la sculptrice Katarzyna Kobro, dont il était séparé, il élève seul sa fille. Figure majeure de l’avant-garde, il veut créer ses œuvres abstraites en toute liberté. Il refuse ainsi de se conformer aux exigences du Parti communiste qui lui demande de peindre avec réalisme les grandes figures du socialisme. Il est alors rayé du syndicat des artistes et licencié de son poste d’enseignant. Les autorités veulent se débarrasser de cet artiste, l’un des rares à résister au régime totalitaire, en détruisant toutes ses œuvres. Il tombe dans la pauvreté et la déchéance. Il n’a même plus le droit d’acheter de la peinture. Souffrant de tuberculose, il meurt dans l’indifférence…

Dans Les Fleurs bleues (Powidoki), son ultime film réalisé en 2016, le cinéaste Andrzej Wajda (1926-2016) relate les dernières années du peintre polonais d’avant-garde Wladyslaw Strzeminski, broyé par le régime communiste. Il montre que cet artiste, confronté au Parti communiste qui entend tout régir, y compris l’art, résiste avec héroïsme. Cet artiste est campé par un bouleversant acteur polonais intériorisant sa sensibilité. La réalisation, élégante et austère, procure une émotion mettant en évidence la misère et la déchéance de Strzeminski.

Les Fleurs bleues

 

Andrzej Wajda naît en Pologne d’une mère institutrice et d’un père officier. Il tente, sans succès, d’entrer en 1939 dans une école militaire. Son père est tué par l’Armée rouge en 1940 lors du massacre de Katyń. Agé de 16 ans, il s’engage dans la résistance polonaise contre l’occupant allemand. À la fin de la guerre, il fait des études à l’Académie des beaux-arts de Cracovie, puis à la nouvelle école de Cinéma de Lodz. Il subit souvent la censure pour sa critique virulente des méthodes du stalinisme, par exemple à travers ses films L’Homme de marbre (1977) et L’Homme de fer (1981). Souhaitant que la Pologne redevienne libre, il se lie d’amitié avec Lech Wałęsa. Son film Danton (1983), qui critique la révolution française, lui permet de dénoncer la situation politique en Pologne communiste. Dans Katyń (2007), il révèle au grand public que le massacre de Katyn a été commis non pas par l’Armée allemande mais par l’Armée rouge. En 2013, il réalise L’Homme du peuple, éloge de Lech Wałęsa. Dans son dernier film, Les Fleurs bleues (2016), il dénonce une nouvelle fois le communisme. Wajda s’est inspiré de ses propres souvenirs pour mieux dénoncer l’oppression de la dictature communiste.

Les Fleurs bleues

Les Fleurs bleues, DVD 24,99 euros (Editions Kmbo).
Ce film vient de sortir en DVD dans une édition particulièrement soignée. Celle-ci contient Wajda, leçon de cinéma, documentaire d’Andrzej Wolski (1h35), ainsi qu’un livret inédit de 40 pages sur la peinture de Strzeminski.

Kristol Séhec

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !