La justice européenne confirme les quotas de migrants en Hongrie et Slovaquie

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

08/09/2017 – 11h00 Budapest (Breizh-Info.com) – La décision est tombée mercredi 6 septembre. Les recours de la Hongrie et de la Slovaquie déposés auprès de la CJUE (Cour de Justice de l’Union européenne) ont été rejetés. Ces recours concernaient le plan de relocalisation des migrants. Un plan qui consistait à imposer la répartition de ces demandeurs d’asile parmi les différents états membres de l’Union européenne et qui faisait suite à leur afflux massif lors de l’été 2015.

Les quotas de la discorde

Jugeant les quotas de migrants à accueillir trop élevés, huit états de l’UE s’étaient alors prononcés contre ce plan. Hongrois et slovaques avaient aussi décidé de saisir la CJUE, qui est l’instance judiciaire suprême en la matière. Mais la décision de cette dernière vient approuver le plan initial de répartition des demandeurs d’asile. La CJUE considère donc, par ce verdict, que l’Union européenne peut légitimement imposer cette répartition aux états membres.

Dans son communiqué évoquant sa décision, la Cour de Justice de l’Union européenne ajoute par ailleurs au sujet des quotas que « le mécanisme contribue à permettre à la Grèce et à l’Italie de faire face à la crise migratoire de 2015 et est proportionné ».

La colère se lève à l’Est

Au-delà de la Hongrie et de la Slovaquie, la République Tchèque et la Pologne ont aussi pris part à cette fronde contre le plan de relocalisation des migrants décidé par les dirigeants de l’UE. Ces quatre états d’Europe centrale aux positions semblables sur les questions migratoires forment ce qu’il convient d’appeler le groupe de Visegrád. Un groupe pris en grippe par Bruxelles qui met par ailleurs ces pays en garde puisqu’ils risquent de faire l’objet d’une procédure d’infraction.  Le fait de ne pas s’être pliés à leur devoir d’accueil des migrants pourraient effectivement leur valoir des sanctions de la part de l’UE.

Attaque au portefeuille

Les menaces avaient débuté bien avant le rendu de cette décision de la CJUE, par l’intermédiaire de l’ancienne commissaire européenne Viviane Reding notamment. Dans une récente tribune, elle estime que l’Union européenne doit durcir ses positions face au groupe de Visegrád. Et, comme l’argent reste toujours le nerf de la guerre, Viviane Reding propose tout simplement de frapper de sanctions économiques les états réticents à l’accueil des migrants. Il suffisait d’y penser.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Eric Zemmour : « Il faut une politique sérieuse d’arrêt de l’immigration et une politique de remigration si possible »

Eric Zemmour : « Il faut une politique sérieuse d’arrêt de l’immigration et une politique de remigration si possible...

Pays-Bas : des citoyens prennent l’apéro en terrasse pour protester contre les restrictions

Le 2 mars, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant le bar Boerke Verschuren dans la ville néerlandaise...
- Publicité -

8 Commentaires

  1. « L’esprit national » a disparu et ce n’est pas au bénéfice de ceux qui ont peiné pour y arriver mais exclusivement à ceux (migrants !) qui n’ont pas trouvé d’autre solution que de fuir devant les difficultés que leur pays avait à affronter !
    Quels courageux, n’est-ce pas ?…

  2. Merveilleuse Union Européenne avec ses institutions et ses fonctionnaires hors sol. A l’heure où Macron voudrait approfondir et rendre sans retour en arrière possible l’intégration européenne, il est plus que temps que les peuples se révoltent.

  3. Encore un effort de la part de l’Union européenne, et le rêve de Vladimir Poutine se réalisera : l’Europe de l’Est se séparera de l’Europe de l’Ouest et se rapprochera de la Russie. L’empire soviétique sera reconstitué non par la force mais par la volonté des peuples grâce à l’aveuglement des technocrates.

  4. A mon humble avis l’Union Européenne se comporte en super-état méprisant sa population. Faudra-t-il la changer, ou même l’abandonner comme la Grande Bretagne ? Oui la colère se lève à l’est.

  5. Est-ce que demain nos logements seront réquisitionnés avec obligation de les héberger, nourrir blanchir et plus si affinités ?
    Il serait intéressant de savoir combien de « réfugiés » ceux qui nous obligent à les recevoir en ont pris chez eux ?

  6. Ne rompez pas les amis !
    On est avec vous .
    Vous êtes devenus notre rêve éveillé .
    L’Europe , incontrôlée , n’est plus qu’un carcan à tous points de vue .
    Quelle déception !
    Là , elle a dépassé les limites du tolérable .
    Mieux vaut en partir .

  7. J’espère qu’ils ne cèderont pas à ce chantage. L’Union européenne démontre une fois de plus qu’elle est une dictature qui refuse aux états de décider ce qui est bon ou mauvais pour eux.

Comments are closed.