Le Conseil constitutionnel empêche de rendre inéligible les personnes condamnées pour racisme

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

09/09/2017 – 07h45 Paris (Breizh-Info.com) – Vendredi 8 juillet, le Conseil constitutionnel a censuré la loi ordinaire pour la confiance dans la vie politique, visant à renforcer la confiance des électeurs dans leurs représentants et à moderniser le financement de la vie politique. C’est à l’initiative d’une saisine par 60 députés Républicains que le Conseil s’est prononcé.

Une protection de la liberté d’expression

Cette loi visait à punir d’inéligibilité toute personne condamnée pour racisme, homophobie ou antisémitisme. Le Conseil constitutionnel a censuré cette loi « portant une atteinte disproportionnée à la liberté d’expression » selon les termes employés par l’institution.

Mais les juges, malgré tout soumis au politiquement correct, n’oublient pas d’affirmer « que cette disposition est nécessaire au regard de l’objectif du législateur visant à renforcer l’exigence de probité et d’exemplarité des élus et la confiance des électeurs dans leurs représentants. »

Fureur de la LICRA

Les réactions des associations dites « antiracistes » ne se sont pas faites attendre. La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a été l’une des premières à réagir dans un communiqué incendiaire.

« Le Conseil Constitutionnel a jugé que ces dispositions étaient contraires à la Constitution en raison du fait qu’elles porteraient une atteinte disproportionnée à la liberté d’expression.

La décision rendue par les Sages est un recul inédit et incompréhensible de notre droit en matière de lutte contre la prolifération de la haine raciale et un cadeau aux extrémistes de tous poils. En effet cette décision revient à dire ni plus ni moins que le racisme et l’antisémitisme ressortent de la liberté d’expression et ne sont donc pas des délits. Autant abroger les lois Pléven et Gayssot.

La LICRA demande au Président de la République, au Gouvernement et à la Garde des Sceaux de prendre ce problème à bras le corps et de sortir au plus vite la législation antiraciste de la loi sur la presse pour la faire entrer enfin dans le régime général du code pénal. Il est temps d’en terminer avec cette confusion entretenue par les racistes et antisémites qui voudraient que l’expression du racisme et de l’antisémitisme relèverait d’une libre opinion alors qu’il s’agit d’un délit. »

Hasard du calendrier, la veille de ce communiqué flamboyant d’antiracisme, la LICRA était violemment mise en cause par Mohamed Sifaoui, qui annonçait quitter association et son Bureau exécutif.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Une Justice politique » – État de droit et coup d’État judiciaire

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain, auteur de Droit, conscience et sentiments  Régis de Castelnau, qui a été avocat du...

Claudine Glot. Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte

Claudine Glot - Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte https://www.youtube.com/watch?v=Fjbnz3H9jz0 Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...
- Publicité -

2 Commentaires

  1. Il n’y a pas plus raciste (anti-blancs et anti chrétiens bien sur) que la LICRA dont le seul but n’est que de museler toute opinion défendant notre civilisation … tout ceci aux frais de ceux-là même qu la LICRA veut voir disparaître.
    Je ne dit pas merci à Messieurs Pléven et Gayssot dont les lois sont à l’origine des communautarismes qui nous tuent.

Comments are closed.