Journaliste indépendant et créateur de contenu culturel sur le web, Christopher Lannes anime chaque mardi l’émission « La petite Histoire » sur TV Libertés.

Il y a quelques jours, celui-ci a lancé un projet innovant : la création d’une école de formation historique en ligne, “Chronique de France”. Un projet complémentaire d’Istoeriou Breizh, que nous évoquions il y a quelques mois.

Son premier cours, consacré à l’épopée de Jeanne d’Arc, rencontre déjà un joli succès. Nous avons voulu en savoir plus.

Breizh-Info : Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet de cours d’histoire en ligne ?

Christopher Lannes : Deux constats. Le premier, d’ordre politique, est que l’Éducation nationale ne remplit plus sa mission. Aujourd’hui, dans nos écoles, les élèves n’apprennent plus l’Histoire de France. On a retiré Louis XIV, Napoléon… pour faire place à l’étude des royaumes africains et autres sujets grotesques.

De plus, lorsqu’elle est apprise, l’histoire scolaire n’enseigne plus qu’une chose : la haine de soi. De la colonisation à l’esclavage en passant par la collaboration. Le rôle de l’Éducation nationale, qui était de faire des Français, de les rattacher à leur roman national, a été totalement détourné par des idéologues qui, désormais, forment des incultes, dans le meilleur des cas, voire des apatrides. Les Français ont été totalement coupés de leurs racines, de leur histoire, et nous nous devons d’y remédier par nous-même.

Le deuxième constat, plus positif, est que face à ce lent déracinement culturel, de plus en plus de Français ne demandent qu’à renouer avec leur passé. Ce constat, j’ai pu le faire au travers de La petite Histoire, sur TV Libertés. Chaque semaine, je présente des sujets courts, très vulgarisés, d’une dizaine de minutes. Et à chaque fois, les internautes en redemandent ! Ils veulent approfondir, aller plus loin. C’est justement le but de ces formations en ligne que j’ai lancées début septembre.

Concernant mes cours, pour faire simple, ils sont disponibles (et téléchargeables) sur une plateforme ergonomique et interactive avec : des vidéos de cours, des audio, des fiches imprimables, des QCM, une évaluation finale ainsi que l’accès à un groupe privé.

Breizh-Info : Pourquoi avoir choisi Jeanne d’Arc pour votre premier sujet d’étude ?

Christopher Lannes :  Plusieurs choix s’offraient à moi : me calquer sur les programmes scolaires, reprendre l’histoire de façon chronologique, ou laisser libre cours à mes inspirations et aux priorités. J’ai choisi la troisième option en inaugurant ce nouveau format avec une icône nationale, Jeanne d’Arc. C’est une histoire fabuleuse, unique au monde. Une fantastique épopée et une figure incontournable que je me devais de remettre à l’honneur. Jeanne, c’est la France.

Et après deux semaines, le bilan est sans appel : plus de 70 élèves sont déjà inscrits, et les retours sont extrêmement positifs !

Breizh-Info : En quoi la figure de Jeanne d’Arc peut-elle parler aux Bretons ?

Christopher Lannes : Certes, je l’ai dit, Jeanne incarne mieux que personne la France millénaire. Mais pas que ! L’épopée de Jeanne d’Arc est une histoire universelle. Elle ne parle pas qu’aux Français, elle parle à tous ceux qui ont à coeur de sauver leur patrie, leurs valeurs, et de résister face à l’envahisseur, quelqu’il soit. De plus, on l’a vu sous la IIIe République, Jeanne ne parle pas qu’aux catholiques. Pour preuve : elle est même devenue une icône républicaine ! Il fallait le faire…

Au-delà du caractère temporel et politique de sa mission, de la libération d’Orléans au sacre de Reims, Jeanne d’Arc est avant tout une leçon d’espérance, de justice et de courage qui s’adresse à tous.

Breizh-Info : Votre école de formation en ligne s’intitule “Chronique de France”. Comptez-vous vous limiter à l’Histoire de France ou envisagez-vous de vous étendre sur d’autres sujets ?

Christopher Lannes : Dans un premier temps, je me dois de m’attaquer aux fondamentaux de l’Histoire de France. Mais ensuite, je ne m’interdis absolument pas des sujets annexes, liés à l’histoire de l’Europe qui nous concerne tous également : l’Empire Romain, les Vikings, les Celtes… les Bretons !

Je n’y suis pas né, mais j’habite en Bretagne, et je trouve que c’est une région merveilleuse, chargée d’histoire et riche d’identité. Une formation historique sur la Bretagne serait un très beau projet, à condition que je sois assisté dans cette tâche, le moment venu, par un “vrai” Breton !

Je me sens pleinement Français, et je n’ai aucune espèce d’irrespect ou d’animosité à l’égard de la Bretagne, bien au contraire. En revanche, de mon point de vue, je pense que la République jacobine a fait beaucoup de mal aux relations franco-bretonnes… en plus d’en avoir fait beaucoup à la France elle-même.

À bien y réfléchir, je pense que ma formation historique sur la Bretagne parlerait davantage aux Français qu’aux Bretons, à qui je n’ai sans doute rien à apprendre.

Breizh-Info : Quel sera l’objet de votre prochain cours en ligne, et à quel rythme envisagez-vous d’en publier ?

CL : Mon prochain cours sortira en novembre et sera consacré à Clovis et aux Mérovingiens. Après m’être attaqué à une icône nationale, j’ai décidé de poursuivre en revenant aux bases de l’Histoire de France. Je n’ai pas encore de plan préétabli pour les formations à venir, mais je compte bien m’attaquer très prochainement aux Gaulois et aux Celtes, sujet qui m’inspire beaucoup !

Dans un premier temps, je vais tâcher de sortir une formation tous les 2 mois. C’est un gros travail. Ensuite, quand j’aurais déjà plusieurs cours en ligne, je pourrais sans doute consacrer un peu plus de temps à de gros sujets, tels que la Révolution ou encore l’immense Moyen Âge !

► Pour accéder à l’école en ligne et aux cours : http://formationhistoire.fr

Crédit photo :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

  1. Humm…

    Ici nous sommes en Bretagne et pas en France….
    A quand un cours de géographie…?
    Donc ce genre d’info française, à la rubrique informations internationales… Marplij!

    Ceci dit, le travail de Christopher Lannes mérite le respect, d’autant que chacune de ses évocations sur la Bretagne est présentée avec honnêteté même si un vu néanmoins du point de vu français mais il est français donc c’est logique… Quand à ses évocations sur la France, c’est tout simplement passionnant même quand on n’est pas Français…

    Il fait parti de ces nationalistes français qui semblent plus attiré par le coté charnel (vrai) du nationalisme que par le nationalisme artificiel de l’état-nation propre à la République.

    Je pense qu’il incarne ces français avec lesquels il est possible de s’entendre même si nous devons un jour retrouver notre liberté… Ils aiment leur pays, ils comprennent que d’autres aiment également leur pays.

    D’ailleurs, il semble que son travaille a largement inspiré Histoerioù Breizh… Sa participation à TV Liberté faisant beaucoup pour son audience alors que Histoerioù Breizh ne bénéficie pas d’une plateforme similaire… Il y a donc encore une source potentiel d’inspiration pour les Bretons chez les Français…

    Et oui, si la République a fait énormément de mal à la Bretagne (c’est le moins qu’on puisse dire), la France est loin d’avoir été épargnée… tout le monde y perdant très largement (à y regarder de plus prêt, on peut même affirmer que la France a été bien plus détruite que la Bretagne… les Français n’ayant plus conscience d’eux-même à l’inverse des Bretons qui conservent cette conscience même si à minima).

    Quand à son affirmation d’entrevoir sa formation sur la Bretagne comme destinée principalement aux Français, avec le support d’un Breton, c’est une démarche qui l’honore… Il a peut-être déjà compris que les Français ne sauveront leur pays qu’en respectant celui des autres, même s’ils sont pour le moment les maîtres au pays de ces autres…

    Ce vieux vieux principe qui vaut qu’une nation qui veut intégrer de force une autre nation, commence par sa propre autodestruction…

    • Vous oubliez que Jehanne d’Arc (1412-1431) a aussi libéré la Bretagne des Anglais qui ont dû rembarquer en Grande-Bretagne, elle a eu des compagnons d’arme bretons comme Arthur de Bretagne, alors connétable de France (deviendra Arthur III duc de Bretagne en 1457 et 1458), Gilles de Retz, tristement célèbre pour d’autres raisons, Jacques de Dinan, seigneur de Beaumanoir, Bertand de Dinan, seigneur de Châteaubriant, Guy de Laval (1406-1486), seigneur de Vitré, marié à Isabelle de Bretagne, et son frère André de Lohéac, Tucdual de Kermoysan, Cristin Chamber, Pierre de Rieux, et puis aussi pas mal d’Anglais: Archibald Douglas, comte de Wilghton, John of Carmichael, John Wishart, Henri Gallois alias Galloway, William Hamilton dit Hameleton, Thomas Houston, des écossais William Stewart of Stellmilk, John Stewart of Darnley, des Irlandais comme Hugh Kennedy of Artdstynchar dit Canède, Patrick Ogilvy of Auchterhouse, sheriff d’Angus.

      Bernard Shaw a écrit en 1926 un belle pièce de théâtre sur sa vie, ce qui en a fait une des héroïnes importantes des nationalistes irlandais.

      Et puis Jeanne d’Arc est le personnage historique sur lequel il y a eu le plus de romans, de chansons, de poésies, de livres d’histoire, de films …. en langue anglaise, même Léonard Cohen lui a fait une chanson.

      Est-ce que vous savez ce que devient Breizh Atao ?

      Vous ne connaissez pas bien l’histoire des Bretons.

Comments are closed.